La bio illusion

par François Ruffin 02/09/2016 paru dans le Fakir n°(74) 20 février 2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Stéphane comptait se la couler douce, à la campagne. Pendant que Valérie cultivait son potager bio. Loupé.

Jumilhac, vendredi 8 janvier.

« On avait mis notre maison en vente sur Le bon Coin... »
Dans la nuit, les essuie-glaces grincent sur le pare-brise.
« La semaine dernière, on a retiré l’annonce. Grâce aux 2500 € qu’on a reçus du crédit d’impôt, ça nous a redonné un peu espoir... »
C’est un ex-dessineux de Fakir, Stéphane. Il m’a proposé le gîte, et il en profite pour me retracer sa carrière parce que, ces dernières années, de loin j’ai du mal à suivre : tantôt emballeur de madeleines à la chaîne, pigiste pour « Réussir en Périgord », vendeur de hamburger dans sa camionnette.
« Et Valérie ? je demande.
- Elle n’arrête pas de bosser, je comprends pas. »
C’est sûr que, pour Stéphane, ça relève du mystère, le travail. Lui s’affiche comme un branleur invétéré, et désormais contrarié. Les héros de sa BD, « Trip et Trash, glandeurs associés », ne décollent pas d’un canapé où ils alternent bières et pétards.
« Elle passe ses journées dans ses serres, à faire pousser ses légumes, jusqu’à la nuit, ou à essayer de les vendre sur les marchés. Mais là, la sécheresse, ça lui a laminé le moral. Elle a baissé les bras. Mais pour qu’elle s’accorde une pause, il a fallu qu’elle se fasse opérer du pied. »
Dans leur jolie baraque, maintenant, rustique en bois et tout, qu’ils ont retapée à la force des poignets, on chuchote. Leur fils Lenny, quatre ans, dort à l’étage au-dessus.

« Le bio, c’est une illusion. »
Valérie a le visage creusé, et elle tranche d’emblée : « C’était mon métier. En Guadeloupe, déjà, je travaillais quatorze par jour dans les plantations, mais au moins je gagnais des sous. Je voulais gagner beaucoup moins, mais avoir du temps…
- Ah, ça,
l’interrompt Stéphane, gagner beaucoup moins, l’objectif est atteint !
- Au bout de quatre ans, t’en as marre. Les premières années, tu te dis, c’est parce que c’est le début, il faut trouver la clientèle, le bon rythme, d’abord investir, mais au bout de quatre ans ! Cette année, c’est la sécheresse, qui m’a fait perdre 6 000 € de production. Tu te crèves, et juste pour quoi ? Pour payer la MSA, qui te pompe pour rien, les fournisseurs…
- Si, on a quand même des courgettes à volonté !
- Mais les organisations agricoles,
je l’interroge, elles ne t’avaient pas prévenue ?
- Non. Agrobio, la Maison des paysans, c’est des gens sympas. Mais ils t’encouragent dans ton truc, ils veulent des installations. Avec un vrai accompagnement, ils seraient venus sur place, ils auraient testé la terre, vu qu’elle était pas faite pour le maraîchage…
- Qu’est-ce qu’elle a ?
- Elle est trop acide. Mais y a eu aucune étude de sol, aucune étude de marché. Je voudrais 1 000 € par mois, mais je sais que je n’y parviendrai pas. Même physiquement, je ne tiendrai pas. Mais je suis condamné à continuer…
- Ah bon ? Pourquoi ?
- J’ai reçu 40 000 € d’aides. Si je lâche avant cinq années, je dois rembourser…
- Mais est-ce que c’est pas un prétexte, l’argent ? Est-ce que tu t’acharnes vraiment à cause de ça ?
- Ouais, ouais…
(Songeuse.) J’ai besoin d’un projet pour fonctionner. Là, si mon projet s’effondre, qu’est-ce que je vais devenir ?
- C’est vrai,
reprend Stéphane. Si y a vraiment besoin, je peux retourner chez Bijou, dans les madeleines…
- Ah bon ?
s’étonne Valérie.
- Euh, non en fait… J’ai tenu six mois là-dedans, je me sentais vraiment en taule. Val me supportait plus, je ne me supportais plus moi-même.
- Ouais, et puis Bijou, c’est s’ils ont besoin…
- … et en ce moment, ils n’ont pas besoin.
- C’est une épidémie, en ce moment, dans notre coin,
diagnostique Valérie. Rien que dans le village, y en a quatre qui viennent de démarrer en maraîchage bio, la terre est pas chère.
- Tu les avertis ?
- Je les préviens, mais sans les décourager : qu’ils ne comptent pas là-dessus pour vivre.
- Y a pas encore eu de suicide, positive Stéphane, donc tout va bien ! »

Valérie rigole, quand même.
« Le plus qui arrivent, elle poursuit, c’est des informaticiens.
- C’est marrant,
je théorise : c’est comme si, plus leur métier est abstrait, dans les ordinateurs, dans les codes, plus ils aspirent à un retour à la matière et à la terre, à du concret… »
La néo-paysanne regarde sa montre.
« Bon, faut y aller.
- Où ?
- A la banque. Je voudrais récupérer 1 500 €. C’est mon argent, parce que, pour me lancer, j’ai dû faire un dépôt de garantie de 15 000 €, mais j’espère qu’ils voudront bien m’en laisser 10 %. Sinon, je ne pourrai pas payer mes semences, mes fournisseurs… »

Valérie s’éloigne en claudiquant.
La bonne nouvelle, c’est que Stéphane va reprendre du service comme dessineux : « Entre la maison à bricoler, le terrain à bêcher, le gosse à torcher, aller chercher ma viande, nettoyer la friteuse, ça faisait beaucoup pour quelqu’un qui veut rien branler ! »

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 3 septembre 2016 à 17:13, par cazes En réponse à : La bio illusion

    c est certainement inutile . mais pour les sols acide, il existe des intrant bio a base de coquille d huitre. il y a un fournisseur en Charente maritime.
    bonne chance a vous

  • Le 3 septembre 2016 à 16:11, par ztefan En réponse à : La bio illusion

    Et oui ,l installation agricole,le pb du foncier agricole...je termine une conf gesticulee « de la bouze à la bourse »,ça parle de ça et de solution ,salaire à vie,insurrection paysanne,chouannerie...

  • Le 3 septembre 2016 à 12:17, par Rousselet En réponse à : La bio illusion

    On ne s’improvise évidement pas dans un métier aussi difficile que le maraîchage Bio. Fils de paysan et ayant grandi à la ferme et travaillé 20 ans dans ce domaine, on a évidement une certaine liberté mais aussi des contraintes. La liberté est un choix de contraintes. Tous n’ont pas conscience de ça. Ceci dit il y a aussi des cas où les gens réussissent et sont bien conseillés. A partir du moment où l’on est son propre patron (merci à lui) on a les inconvéniens des petits. Surtout que les primes agricoles sont très injustement réparties : 80% des primes à 20% des agriculteurs...en gros, plus tu as d’hectares et plus tu touches. On devrait les redistribuer pour le maraîchage BIO. C’est difficile de tenir les employés en maraîchage ; ils jettent l’éponge après une ou deux années...c’est un boulot très physique. Un copain installé avec son frère a trouvé un compromis avec l’embauche de deux 3/4 temps. Semaine de quatre jours, les employés ont le temps de souffler. Grace à la redistribution des primes, ce serait un moyen intéressant de créer du vrai emploi avec un vrai sens. Là, les primes servent à continuer à faire tourner l’agro industrie destructrice d’emplois et d’environnement.

    Jérôme Rousselet

  • Le 3 septembre 2016 à 11:39, par lilie En réponse à : La bio illusion

    la MSA elle te ’pompe’ pas pour rien.
    si t’as pu te faire opérer du pied c’est grâce à tes cotisations.
    ’avec un vrai accompagnement’ (d’agrobio) : il va jusqu’où l’accompagnement ? tu veux qu’ils te fassent les semis, qu’ils arrosent et qu’ils vendent sur les marchés ?
    Belle mentalité française.

  • Le 2 septembre 2016 à 14:19, par Stéphane Boucheron En réponse à : La bio illusion

    Bonjour,

    Message pour valerie : qu’elle se rapproche de la ferme du bec helluin pour l’amélioration de sa terre, et d’une manière plus globale des concepts de permaculture.

    Amicalement

    Stéphane

0 | 5