« Ils nous ont dit : Vous êtes fous ! » (vidéo)

par François Ruffin 08/10/2013

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Sous forme vidéo, Fakir présente le dernier ouvrage de ses éditions : « Il nous ont dit : Vous êtes fous » Entretiens avec Maurice Kriegel-Valrimont.
Sur les photos, dans les films, Maurice Kriegel-Valrimont (1914-2006), c’est le jeune homme à lunettes debout derrière le général Leclerc, le jour de la Libération de Paris, en août 1944, tandis que le maréchal Von Choltitz est fait prisonnier et que leur char se fend un chemin parmi la foule.

Le livre est en librairie depuis le 26 septembre.

« Ils nous ont dit : vous êtes fous ! »
Fakir éditions. 120 pages, 6€ (+ 2€ de frais de port)

À commander dans toutes les bonnes librairies. Ou sur notre boutique.

Mais ce n’est pas avec un « ancien combattant » qu’on vient discuter : c’est avec un militant au présent, un homme qui, sa vie durant, s’est battu pour qu’existe « une force motrice à gauche ». Et nul doute que, encore vivant, il serait aujourd’hui à nos côtés… pour défendre les retraites que, à la Libération, comme député, il avait mises sur les fonts baptismaux.

La « réforme des retraites »

À propos de ce « vaste plan de sécurité sociale », on l’interrogeait sur son inconscience : comment prétendit-il mettre en place un « vaste programme de Sécurité sociale » dans une France à l’époque à genoux ? Sa réponse, en ces temps de « réforme », est d’une évidente actualité :

« Bien sûr, des gens nous ont dit « vous êtes fous ». C’est bien pire que ça : la France n’avait plus de ponts, le France n’avait plus de charbon, la France n’avait plus d’acier, la France n’avait plus d’énergie. Bien. C’est vrai que c’était à peine concevable. Bien. Nous sommes passés outre, tout bonnement. Nous sommes passés outre et nous avons fait les choses. »

« Une force motrice à gauche »

« Le Maurice-Kriegel Valrimont de trente ans, il s’engagerait ? je lui demandais en 2006.

- À fond.

- Mais à fond où ?

- Ah, là, je suis bien embêté parce qu’aucune force motrice ne s’est encore cristallisée. Enfin, à coup sûr, j’adhèrerais à un syndicat, et j’aurais touché à tout ce qui est un peu nouveau.

- Mais vous ne vous dites pas : « J’ai perdu mon temps avec toutes ces bêtises » ?

- Pas du tout. Les vies militantes sont des très belles vies. Pour tout ce que j’ai connu, je n’en vois pas de meilleures. Peut-être ai-je un peu d’illusions, mais alors laissez-moi mes illusions... »

Et dans l’introduction de ce livre, on ajoute ceci :

« C’est pas bien, il paraît, de faire parler les morts.

Je ne vais pas m’en priver, pourtant.

Ce texte date du printemps 2006, et il est daté : sept ans plus tard, nous ne traversons plus le même désert. Cette force motrice s’est cristallisée. Et il ne fait aucun doute pour moi que Maurice Kriegel-Valrimont n’aurait pas seulement approuvé le Front de gauche (dont, par parenthèse, je ne suis pas membre, seulement « compagnon de route ») mais qu’il l’aurait accompagné, qu’il l’aurait quotidiennement soutenu, qu’il aurait mis toute son énergie restante à le faire exister, à le développer, à le maintenir - avec des critiques, évidemment, mais qui n’interdisent pas l’action, qui la guident au contraire. Il l’avait tant espérée, cette unité de « la gauche de gauche », il en fut si longtemps un artisan en vain, qu’il ne l’aurait pas boudée.

Je fais parler ce mort, d’autant plus volontiers qu’il ne s’est jamais tu en moi, bien vivant. Rares sont les semaines où je ne me demande pas, intérieurement, « qu’aurait fait Maurice Kriegel ? »

Voilà pourquoi je publie ce livre.

Parce que, dans ces échanges avec Kriegel, et par les temps troublés qui s’annoncent, des lecteurs peuvent puiser cette force que j’ai ressentie, moi, à le fréquenter : d’une volonté optimiste, et néanmoins lucide. Les jours de vague à l’âme, de découragement politique, je songe à lui : simplement, ne pas baisser les bras.

François Ruffin


Le livre est en librairie depuis le 26 septembre.

« Ils nous ont dit : vous êtes fous ! »
Fakir éditions. 120 pages, 6€ (+ 2€ de frais de port)

À commander dans toutes les bonnes librairies. Ou sur notre boutique.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 13 mai 2014 à 09:53, par champy geneviève En réponse à : « Ils nous ont dit : Vous êtes fous ! »- Vidéo

    J’ai appris l’existence de Fakir à La Belle Rouge à Saint Amant Roche Savines en 2013,je compte bien y aller à nouveau en 2014 et vous y revoir pour lire:Ils nous ont dit :vous êtes fous ;j’ai lu Hector en faisant la queue pour Jolie môme, puis La banqueroute ;je vous ai aperçu à la dernière manif à Paris ,mais je vous ai loupé,j’habite en province à Charleville Mézières où vous pourriez faire une vente un jour...Chalut et Fraternitéssss.Geneviève

  • Le 23 octobre 2013 à 11:09, par Alain Girard En réponse à : « Ils nous ont dit : Vous êtes fous ! »- Vidéo

    Ce livre est une merveille.Si vous avez (comme moi) toutes les peines du monde à croire à la politique, à ceux qui sont censés la pratiquer ou la servir, ce livre redonne espoir et remonte le moral.
    Oui, on peut changer (un peu) les choses, oui la politique peut peser d’un certain poids quand la volonté est là, même si la situation semble interdire tout changement. Un bouquin de salubrité publique ! A lire et à faire lire.