Les chiottes d’Hugo

Par François Ruffin 19/02/2018

En février 1851, le député Victor Hugo s’en va visiter les Caves de Lille, voir de près la misère ouvrière. Il en revient avec un long discours... qu’il ne prononcera pas. Pourquoi ? « Frères ! Bonheur en bas, sinon malheur en haut ! » Les vacances de Noël, c’est le temps de la respiration, de l’inspiration pour les futures batailles. 
Aujourd’hui chez (...)

En février 1851, le député Victor Hugo s’en va visiter les Caves de Lille, voir de près la misère ouvrière. Il en revient avec un long discours... qu’il ne prononcera pas. Pourquoi ? « Frères ! Bonheur en bas, sinon malheur en haut ! » Les vacances de Noël, c’est le temps de la respiration, de l’inspiration pour les futures batailles. 
Aujourd’hui chez Victor Hugo, dans ses Ecrits politiques. J’y pêche des formules qui pourraient être miennes : « Je veux l’influence et non le pouvoir. » « Prenez garde ! Ce (...)

Voir tous les numéros