Au pied du Sapin !

par François Ruffin 03/01/2017

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Paris, mercredi 21 décembre 2016

La nouvelle tombe, sans surprise, sur le site du gouvernement : « Le budget 2017 a été adopté ». Et de fournir un résumé :

« Le budget 2017 conforte dans la durée les baisses d’impôt pour les entreprises. Le taux d’impôt sur les sociétés baissera donc progressivement pour atteindre 28 % en 2020 (contre 33,3 % aujourd’hui). Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) passera quant à lui de 6 % à 7 %. »

Noël approche, le Medef aura ses souliers garnis au pied du sapin…
Dans les médias, ça fait à peine des brèves. On cherche en vain un chiffrage : combien ça va coûter à l’Etat ? Ca passe inaperçu, ces dizaines de milliards. C’est un symptôme : on s’est habitués à l’avalanche de cadeaux pour le patronat, et que ça soit compensé par des « baisses de budget » pour les hôpitaux, la Justice, la Culture, ou par des taxes injustes, la TVA, les impôts locaux.
Même les PDG, d’ailleurs, ne disent plus merci, « les organisations patronales » seraient « circonspectes » d’après Le Figaro. Un peu comme ces mômes, vous savez, blasés de recevoir trop de jouets.

Il faut se souvenir d’un autre temps, alors, d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, d’un temps où les patrons et leurs porte-voix étaient tout surpris que les socialistes fassent ça.
« Le coût de la baisse des taux de l’impôt sur les sociétés est énorme, s’étonnent Les Échos, puisqu’il est estimé à 13 milliards de francs » (13/09/91). À l’automne 1991, la presse financière est stupéfaite, surprise de l’offrande que « la gauche » s’apprête à faire au patronat : « Cette mesure, qui coûtera à l’état 7,7 milliards de francs en 1993, est un cadeau fiscal aux entreprises, mais également à leurs actionnaires » (La Tribune, 22/10/91).
D’autant que, dans quelle France est prise cette décision ? Dans un pays à la croissance radieuse, à l’état généreux, aux caisses débordantes ? Pas vraiment. Ca ressemble à aujourd’hui : en 1991, « le gouvernement affirme sans cesse qu’il faut des réductions budgétaires ». Il opte pour un « prélèvement de 0,9 % des cotisations sociales, l’augmentation du forfait hospitalier, les mini-augmentations de salaire » (L’Humanité, 27/08/91). Mieux : l’« Etat continue de racler les fonds de tiroir pour boucler le budget », notamment en soutirant « 500 millions de francs sur les bénéfices d’EDF » (Le Quotidien de Paris, 18/10/91). Bref, pour à peu près tout, à l’époque, le refrain revient : « Il n’y a pas d’argent dans les caisses. » Pour tout, sauf pour « muscler les entreprises françaises au moyen d’allègements fiscaux conséquents » (La Tribune, 26/08/91).

Marché unique
Que se passe-t-il alors ?
Depuis 1971, sous la droite, la France de Valéry Giscard d’Estaing, même celle de Georges Pompidou, ses patrons, ses entreprises, ses actionnaires, avaient parfaitement supporté un impôt sur les bénéfices de 50 %. Et voilà que, sous la gauche, la France de François Mitterrand ne tolère plus ce même taux ? Voilà qu’il convient de le raboter sans cesse – à 45 % (1985), à 42 % (en 1986), jusqu’à 33,3 % donc ? L’explication tient en trois mots : « marché unique européen ». Comme le notent Les Échos :

Pressé par la perspective du grand marché de 1993, le gouvernement veut accélérer la réforme de l’impôt sur les sociétés... Si le gouvernement modifie aujourd’hui sa philosophie et accélère la réforme, c’est essentiellement parce que le temps presse : le 1er janvier 1993, le marché unique européen devient une réalité. Il s’agit tout à la fois de mettre les entreprises en bonne position par rapport à leurs concurrentes – le taux moyen de l’impôt sur les sociétés est de 43 % en RFA [Allemagne de l’ouest], 35 % en Grande-Bretagne – et de favoriser les implantations étrangères en France (26/08/91).

Cette logique sévit depuis 1986, depuis la signature de l’Acte unique européen. Nous n’en sommes toujours pas sortis.
Michel Sapin, ministre de l’Economie, explique ainsi, en 2016 : « A 28 %, la France aura alors un taux équivalent au taux moyen européen. » Tandis que, pour le même motif, la CGPME pleurniche : « On peut regretter une mesure simple qui aurait consisté à aligner immédiatement sur la moyenne européenne le taux marginal d’IS à 25% pour toutes les entreprises et tous les bénéfices. »
Au nom de l’Europe, c’est toujours moins !

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 9 janvier à 15:43, par sandra En réponse à : Au pied du Sapin !

    Bonjour,
    ’Scusez moi mais je crois qu’il vous manque une colonne 2002-2012 dans votre graphique ;-)
    Sincères salutations et bonne chance pour 2017 !
    Oui j’ai décidé de ne pas dire bonne année, à personne.
    Sandra

  • Le 8 janvier à 15:46, par Pénitot Jacques En réponse à : Au pied du Sapin !

    Excellent graphique mais à la place de gauche ne serait il pas plus juste d’écrire parti socialiste. Il est temps de faire une campagne pour que les médias arrêtent de confondre parti socialiste et gauche.

  • Le 5 janvier à 20:34, par Marat ! En réponse à : Au pied du Sapin !

    Marc, naïf, n’est pas vraiment le qualificatif qui vient à l’esprit quand on vous lit.

  • Le 4 janvier à 22:06, par Marc En réponse à : Au pied du Sapin !

    Cerise sur le gâteau : peut-être que les entreprises françaises seraient vraiment plus compétitives à l’export ? (j’en sais rien mais ça peut pas faire de mal)

    Oh Fakir, mon Fakir, suis-je redevenu naïf ? :)

  • Le 4 janvier à 22:06, par Marc En réponse à : Au pied du Sapin !

    Pas d’accord avec vous ! (pour une fois que ça arrive...)

    Le contraste que vous soulignez entre l’indifférence d’aujourd’hui et le saisissement d’hier, face à une réduction de l’IS, n’implique pas forcément des patrons « enfants gâtés », ou une logique commandant de déshabiller l’éducation et la santé publiques pour habiller les actionnaires (même si ces deux phénomènes existent énormément, malheureusement).

    De mon côté, j’imagine qu’une suppression totale de l’IS ne serait pas forcément une mauvaise chose. Je ne conçois évidemment cette suppression qu’en la compensant intégralement par d’autres prélèvements. Par exemple : une augmentation de l’impôt sur les personnes physiques, en particulier sur les revenus du capital ; ou une taxe sur les moyens de transport en fonction de leur coût réel pour la société.

    En tout cas, en matière de taxe, il me paraît plus pertinent de frapper la pollution, les risques sanitaires et les injustices de revenus, plutôt que la réussite d’entreprises, non ?

    Je néglige probablement des inconvénients non négligeables mais a priori, une suppression de l’IS permettrait de favoriser l’investissement des entreprises qui se portent bien et de simplifier les règles du jeu fiscal. Plus tous les avantages induits par les nouveaux prélèvements (réduire les injustices, la pollution, les risques sanitaires...) !