Vincent Peillon et le PS : Le courage de la soumission

par François Ruffin 23/05/2008 paru dans le Fakir n°(34) Août - Septembre 2007

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

C’est une course vers la droite que mènent, ce printemps, dans l’avant congrès, les ténors socialistes. Manuel Valls semblait se détacher, loin devant ses concurrents. Mais Vincent Peillon tient absolument à le rattraper. Il vient, d’un coup, d’approuver le service minimum dans l’Education nationale et les 10000 suppressions de postes - dont 106 dans le département. Pour mieux s’afficher « responsable » et « moderne »...

« Je veux aider à concilier la gauche avec la pensée libérale », proclamait Manuel Valls, le député-maire d’Evry. « Les anglo-saxons ont une souplesse que nous Français, nous latins, n’avons pas toujours », soulignait-il, louchant vers Tony Blair et les démocrates américains. Et le jeune loup ne s’arrêtait pas à mi-chemin : « Le parti socialiste doit changer de nom. »

C’était l’opération « Plus à droite que moi, tu meurs ! » Et Vincent Peillon reçut ces déclarations comme un défi. A son tour, le porte-drapeau de Ségolène Royal devait prouver sa « modernité ».

Lui répliqua donc ce lundi soir, dans l’émission Mots Croisés, sur France 2.

"Faire un service minimum n’est pas dérangeant, annonça-t-il.

-Vous êtes donc plutôt pour ?, s’étonna l’animateur, Yves Calvi.

-Je pense oui.« Et il poursuivit :  »Le vrai problème, ce n’est pas les 10000 postes. Tous ceux qui connaissent ce dossier savent que ce n’est pas la question. D’ailleurs, Sarkozy en demandait plus de 20000. La question, c’est d’être capable de dire ce qu’on fait de l’éducation dans ce pays, et comment après, effectivement, on va soustraire ces 10000 postes."

L’animateur s’en trouva estomaqué : "Si successivement vous nous dites que vous êtes d’accord sur le service minimum et sur les réductions d’effectifs alors là, je dois dire, la gauche est en train de beaucoup évoluer dans ce pays !

-Ecoutez, ça me semble une évidence", confirma Vincent Peillon.
Lui regretta, certes, la « méthode du gouvernement », des « erreurs de communication », mais il appuyait les mesures. Bravo pour le chemin parcouru...

Les deux duettistes jouent le même numéro sur les retraites.

« Bien sûr, il faut faire des réformes. Il faut savoir être courageux », lance Vincent Peillon. Et c’est aussitôt Manuel Valls qui reprend : « Nous aurions dû être plus clairs et plus courageux en 2003 au moment de la réforme Fillon, nous aurions dû soutenir les initiatives de la CFDT et de François Chérèque ». Pendant la grève des cheminots, le même louait les « syndicats courageux » qui appellent à la reprise du travail. Lorsque le député d’Evry conclut que, au PS, « le courage aurait dû nous conduire à mettre tout de suite en oeuvre le chantier de la rénovation, de la refondation », on devine que les acquis du Conseil National de la Résistance seront défendus avec hargne...

Et Bertrand Delanoë entre évidemment dans la danse : il intitule son livre « De l’audace »,pour mieux asséner derrière : « Je suis libéral. » Car c’est une ficelle des discours « modernistes »  : chaque renoncement devient un gage de « rénovation ». Chaque soumission à l’ordre est convertie en une preuve d’« audace », de « courage ».
Un « courage » qui ne conduit jamais ces téméraires (ce serait « archaïque ») à affronter l’Argent, son mur, ses maîtres. Eux qui accumulent « super-profits » et « méga-dividendes » dans l’indifférence...

Jamais, par exemple, sur son site Internet, Vincent Peillon ne dénonce les licenciements chez Goodyear, ou les fermetures d’usine dans le Vimeu. Jamais il n’a présenté la moindre proposition, au Parlement européen, pour sauver l’industrie. Et en pleine affaire Airbus, alors que Lagardère et ses cadres étoffaient leur matelas d’euros, alors que le plan Power 8 dégraissait 4300 ouvriers en France, Vincent Peillon se prononçait en faveur des « stock-options » : « Moi, je ne suis pas du tout pour la suppression des stock options, je pense qu’elles ont un rôle. » Une « révision courageuse » de plus...

Non, lorsqu’il monte à l’assaut (et il serre alors le poing sur les photos), c’est contre « le marxisme avec l’image de la dégénérescence stalinienne ». Comme s’il se trouvait là, l’ennemi des salariés...

Reste à savoir cela.
Si, lorsque le secrétaire du PS dans la Somme soutient les « réformes » du gouvernement, lorsqu’il fait la tournée des plateaux télé pour promouvoir sa « rénovation », c’est avec l’approbation des socialistes de la Somme...


(article publié dans Fakir N°34, septembre 2007)

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires