Camés aux subs

par François Ruffin, Pierre Souchon 20/03/2016 paru dans le Fakir n°(65) mai - juin 2014

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

« François Hollande est devenu un puissant dealer de subventions, un narcotique auquel les entreprises françaises aiment se shooter… » C’est un ancien du Medef qui le dit.
Ce que confirme un comptable de Vinci.
Et une chasseuse de primes, pro du « détournement ».

« Tiens, aujourd’hui, je viens d’intégrer le CICE, le Crédit Impôt Compétitivité Emploi dans les comptes de la boîte. »
Roland est comptable dans une entreprise, filiale du groupe Vinci. Ça nous intéressait, cette petite mécanique financière :
« Et comment vous faites, alors ? Vous mettez ça dans les “investissements” ?
- Non, c’était tout simple : j’ai inscrit une ligne de crédit, 400 000 euros, boum, à rajouter d’un coup dans les “plus”.
- Mais vous allez devoir embaucher, non ?
- Pas du tout. D’ailleurs, chez nous, il y a une dame qui est partie en congé maternité. Bon, un congé normal, tout se passe bien... Sauf qu’un peu après l’accouchement, la collègue fait une infection, et elle enchaîne sur un arrêt maladie. La boîte l’a convoquée... pour un entretien préalable au licenciement. Ils lui ont expliqué qu’ils ne pouvaient pas la garder, que ça coûtait trop cher de l’indemniser, vu qu’en ce moment les salaires sont gelés et la situation pas terrible terrible. Ça a fait du barouf, elle est allée voir les syndicats... En attendant, elle a plus de boulot, deux enfants à charge. Et moi, au même moment, je vois tomber les 400 000 € du CICE. »
Proche de la retraite, Roland a toujours voté socialiste, un atavisme familial. Et c’est navré qu’il raconte les avatars de la dernière réforme présidentielle : « J’ai fait mon boulot, mais c’est bizarre, quand j’entends Hollande parler des contreparties, tout ça... Chez nous, ils ont pris le fric presque sans remarquer, et ils licencient une collègue avec quinze ans d’ancienneté parce que ça coûte trop cher... »

Trémolos
« Chaque chômeur qui reprend un travail, déclarait, avec des trémolos, François Hollande pour ses vœux, c’est une famille qui respire, c’est de l’espoir qui revient, c’est du pouvoir d’achat qui est regagné, de la justice sociale qui est retrouvée. » Comme la rhétorique est habile, évoquer les souffrances des humbles pour mieux justifier les cadeaux aux puissants : « En 2014, nous aurons besoin de la mobilisation de tous pour gagner cette bataille. C’est pourquoi je propose un pacte de responsabilité aux entreprises. Il est fondé sur un principe simple : moins de charges sur le travail, moins de contraintes sur leurs activités et, en contrepartie, plus d’embauches et plus de dialogue social. »
Et à coup sûr, on va créer un corps de police spécial, pour vérifier que les « contreparties » sont bien au rendez-vous, des inspecteurs aux pouvoirs élargis pour contrôler la quantité des « embauches » et la qualité du « dialogue social ».
Qui s’y retrouve encore ?
Vingt milliards pour le CICE, trente pour la fin des cotisations familiales, 4,5 pour la suppression annoncée de la C3S (la Contribution de solidarité des sociétés), 3,5 pour une baisse de l’impôt sur les sociétés… Mais ça ne suffit toujours pas, et voilà que l’Institut Montaigne – un think-tank patronal, présidé et fondé par Claude Bébéar, l’ex-PDG d’Axa – affirme, dans une « étude », que « dix milliards d’euros d’allègements supplémentaires sur les bas salaires pourraient créer jusqu’à 800 000 emplois », et cette « étude » - présentée comme une banalement « universitaire » - est aussitôt reprise par l’AFP, Les Échos, Le Parisien, etc.
Moins citée, cette analyse : « François Hollande est devenu un puissant dealer de subventions, un narcotique auquel les entreprises françaises aiment se shooter… » Qui écrit ça ? Un ancien cadre du Medef, responsable des affaires sociales. Et David Verhaeghe de filer la métaphore : « Les entreprises françaises sont malades de cette addiction à la subvention déguisée. Celle-ci agit comme la cocaïne : elle donne l’illusion temporaire de la puissance et de la force, mais elle ruine la santé à petits feux. »
A tel point que la chasse aux subventions est devenue un sport prisé.

« L’Etat n’a pas les moyens de se payer des enculés comme nous ! »

Après trois années de thèse – en « génie des matériaux » – Élise répond à une annonce d’ « ingénieur d’affaires, chercheur conseil » : « Il faut qu’il y ait marqué “chercheur” conseil, décode-t-elle, même si chez eux je n’ai jamais une minute de recherche. Ça leur permet de bénéficier du Crédit Impôt Recherche. Mais en réalité, j’étais commerciale, je devais vendre leurs produits… » Et quels produits ? « De la défiscalisation en Crédit Impôt Recherche ! J’ai commencé par potasser le Code général des impôts, un guide de procédure fiscale…
- Mais ils avaient pas besoin d’une scientifique pour ça ? on lui demande.
- Non, mais ça faisait sérieux, pour être crédible chez les clients, pour discuter avec le PDG. J’avais capté que c’était limite. Je leur expliquais comment frauder, comment retranscrire toute leur activité en Recherche et Développement. On tirait sur cette vache à lait, pour faire du détournement. Souvent, les clients doutaient de pouvoir en bénéficier, mais nous une laborantine, une secrétaire, un VRP, on te passe tout ça en R et D. Les SSII, les sociétés de service en informatique – ce sont des marchands de viande – ils embauchent un cheptel de cent mecs en CIR.
- Mais les inspecteurs des impôts ont bien dû vous coincer ?
- Non, jamais. Le contrôle se fait à deux niveaux : fiscal, et sur ce plan là, formel, administratif, on respecte scrupuleusement la procédure. Mais en théorie, le contrôle est aussi scientifique, et là, le fisc, on les enfume. Il leur faudrait des agents qui soient les deux en un, mais l’État n’a pas les moyens de se payer des enculés comme nous ! On arrive à endormir les contrôleurs, en leur fabriquant des fantômes. Ça correspond à un tel travail d’investigation, ils n’en ont pas les moyens. Et aussi, ils ne sont pas encouragés : il y a la volonté politique de fermer les yeux.
D’après un rapport de la Cour des comptes, un tiers du CIR part dans les sociétés de services, dans les banques, les assurances, etc. Plus que dans l’industrie pharmaceutique !
Ce qui me révolte, c’est que les clients, une fois qu’ils ont touché au truc, ils tombent dans un engrenage où ils veulent toucher toujours plus de pognon. Là, toute la bagarre, tout le lobbying, c’est de transformer le CIR en Crédit Impôt Innovation, que ce soit encore plus large… »
C’est en 2012 qu’on avait croisé Élise.
En 2013, François Hollande créait quoi ? Le crédit d’impôt innovation…

Discrétion
Les subventions, soit. Mais les cadeaux faits au patronat, depuis trente ans, prennent bien d’autres formes, plus discrètes. Ce sont les licenciements facilités, le marché du travail flexibilisé, la lutte contre le pouvoir d’achat.
Toute une société qui s’adapte aux désidératas du patronat. Jusqu’à cette gigantesque offrande, qui détermine tout ou presque depuis des décennies : « la libre circulation des capitaux et des marchandises ». Et aujourd’hui, en bonus, en extra, « la plus grande zone mondiale de libre-échange »…

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 5 avril à 10:31, par entrepreneur En réponse à : Camés aux subs

    article très intrerressant, mais merci de préciser que ce ne sont pas vraiment des chefs d’entreprises, mais des spécialistes de la finance/defisc, je suis chef entreprise d’une boite de 10 personnes, je peux vous affirmer que je n’ai jamais reçu en 6 ans la moindre subvention ou argent provenant du trèsor public.
    je pense que 95% de ces 40Mrds vont directement dans les poches des boites cotées en bourse. QUEL ARNAQUE POUR NOTRE PAYS ET NOUS CONTRIBUABLES.
    Cdlt
    OM

  • Le 29 mars à 22:58, par Véronique Wolff-Besançon En réponse à : Camés aux subs

    Je tiens tout d’abord à vous féliciter et vous remercier pour la bouffée d’oxygène que vous m’avez procuré en allant voir votre film « Merci Patron » qui est excellent ! C’est frais, mousseux et amer comme la bière. J’ai savouré chaque acte à petite gorgée jusqu’à l’épilogue. Un vrai régal ! C’est pétillant, joyeux, émouvant, grave à la fois. Elle est extraordinaire et banale l’histoire de cette famille ! Vous en avez fait un joli conte de fées des temps modernes. C’est plein d’espoir pour la syndicaliste que je suis. J’ai a- do- ré ! ça gonfle d’espoir et d’énergie pour nos vies. A nous de trouver la pointe d’originalité. Mettons en oeuvre toute notre imagination et notre créativité dans les situations grotesques que nous vivons au quotidien. Voilà la leçon que j’ai retenu. Éducatrice spécialisée en Institut Thérapeutique et Éducatif pour une Association à but non lucratif, c’est la course aux Subventions, aux bonnes œuvres, aux prix de journées (Sécurité sociale). Ce secteur n’est pas toujours très propre. Il y a des dérives. De nombreux politiques ferment les yeux sur une gestion pas très saine de l’argent public. Les inégalités, la violence, ça peut rapporter gros pour nos managers ! J’ai retrouvé la santé en m’engageant ! Il n’y a que de cette façon que nous gagnerons un monde plus humain !

  • Le 21 mars à 05:40, par Le Mangeur Musqué En réponse à : Camés aux subs

    Intéressant.

    Mais en ce qui concerne le crédit d’impôt recherche, la procédure de vérification est très différente de ce qui est décrit : En cas de contrôles, et souvent même de façon purement routinière, les parties scientifiques sont validées par des experts du ministère de la recherche.
    Et ils ne sont ni dupes, ni tendres !
    Notons néanmoins que les grands groupes captent plus de 60% du CIR (et du CII maintenant), et c’est souvent là qu’il y a un manque de vérification à postériori.

  • Le 20 mars à 10:53, par marche éric En réponse à : Camés aux subs

    je travaille dans une filiale d’un grand groupe francais et j’ai pu voir il y à peut de temps les chiffres des subventions (cice)depuis 2013 c’est alucinant beaucoup plus important que ce que je pensait 11211000 euros en 3 ans . résultat pression , menace , licenciement ; restructuration , condition de travaille qui se dégrade et 25% de notre travaille qui est sous-traité dont une partie à des pays d’europe du sud ou de l’est . pourtant ce groupe est le 2iéme le plus important en france dans sont corps de métier , c’est trois principaux concurent sont francais est sont marché est franco francais cordialement ...

  • Le 20 mars à 10:49, par Philippe En réponse à : Camés aux subs

    Corruption déguisée et cynisme absolu, écœurant.

0 | 5