Nuit Debout : l’étape d’après ?

par L’équipe de Fakir 17/04/2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

La place de la République est remplie, et des Nuit debout ont essaimé en Province, et même à l’étranger. Très bien, la première étape est remplie.
Mais doit-on s’en contenter ?

Les Nuits Debout sont une belle réussite, largement couverte par la presse. Mais attention à ne pas se trouver si beaux en ce miroir médiatique. Attention à ne pas s’applaudir sur le chemin parcouru, sans voir tout celui qu’il nous reste à faire. Attention à ne pas croire que la « grève générale », voire la « révolution » vont advenir, parce qu’on les évoque de manière incantatoire dans les AG. Attention à ne pas s’aveugler sur l’océan de résignation, encore, dont est fait la France, parce qu’on a bâti notre mini-îlot de révolte.
Ces risques, nous ne les énumérons pas pour décourager, mais au contraire : pour les surmonter. Nous avons les ressources, l’énergie, la volonté, pour donner une nouvelle impulsion, pour aller plus loin. Mais vers où, justement ?

On se retrouve mercredi 20 avril à 19h à la Bourse du Travail, rue du Château d’Eau, à Paris ! Avec plein de monde et en fanfare.

Lien de l’événement : c’est par là !

Nuit Debout : l’étape d’après ?

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 21 avril 2016 à 21:01, par Ronan Demangeot En réponse à : Nuit Debout : l’étape d’après ?

    Bonjour à tous et bravo à l’équipe de Fakir.

    Comme beaucoup, j’aimerais que la situation change et que la société devienne plus juste. J’ai participé par le passé à un forum social mondial et ai suivi le mouvement des Indignés. Mon constat est que l’éparpillement des idées et des propositions mène à leurs disparitions naturelles.
    Je croise les doigts pour qu’il ressorte quelque chose du mouvement Nuit Debout surtout à juste un an et demi des élections.
    L’idée de développer une démocratie participative pour redonner du pouvoir au peuple doit pouvoir réunir toutes les différences au sein du mouvement naissant. Seul ce point doit être mis en avant afin d’être audible et clairement identifiable. Si nous obtenons le droit de voter pour chaque sujet via internet, comme cela est déjà le cas dans certains pays, les idées de justice s’imposeront d’elles-mêmes avec le temps et les chambres parlementaires perdront leurs raisons d’être...
    Enfin c’est juste mon avis, concentrer les efforts sur un point pour ne pas se perdre...

    Bonne continuation à tous.

  • Le 21 avril 2016 à 19:48, par Luscher En réponse à : Nuit Debout : l’étape d’après ?

    Aurelia.lulu hotmail.com
    Si nous voulons un mouvement qui ne soit pas comme le fonctionnement de la France, centré sur Paris, évitons d’utiliser le mot « province » telle une république jacobine.

  • Le 18 avril 2016 à 23:12, par Dominique Couturier En réponse à : Nuit Debout : l’étape d’après ?

    Ce n’est pas inintéressant ce qu’écrit Musée de l’Europe ! Et même pas con du tout.
    Notamment sur le rapport entre « nuit debout » et « Loi El Khomri »
    Mais bon, pas grave.

    Pour le moment

    Comme disait Lordon (à peu près) « Quelque chose se passe ». On ESSAIE quelque chose.
    Vendredi soir, dans la ville de la BD je suis entrée en contact avec des jeunes, vous savez ces jeunes pas très politisés, mais qui vont devoir se farcir les conséquences des dérives ultra-libérales des 30 « piteuses » et de l’hybris des prédateurs capitalistes.
    Accessoirement, aujourd’hui sur Twitter un dialogue avec un jeune réac m’a conduite (sur conseil d’un autre Twitos) à aller visionner une conférence sur le matérialisme et le marxisme. Moi qui manquais de bases théoriques, ça m’ouvre des perspectives.
    La suite ? Franchement il est trop tôt pour le dire.
    J’aimerais tant monter à Paris mercredi, mais le temps, le pognon, non. Je suis sûre que, de toutes façons, plein de gens intelligents auront de bonnes idées.
    Et on va suivre ça à distance.
    La vidéo sur le matérialisme historique ? C’est là
    http://www.dailymotion.com/video/x9165d_conference-de-marxisme-1-le-materia_news

  • Le 18 avril 2016 à 21:47, par Laurent Wicker En réponse à : Nuit Debout : l’étape d’après ?

    l’Etape d’Après : demander quelque chose de concret à nos chères élites ou réclamer un droit.

    Personnellement, je demande qu’on mette au point un système qui me permette d’affecter mes impôts.

    Vous allez me dire : me parle pas d’impôt en plein mouvement social, c’est con comme idée, barre-toi...
    En réalité, vu que tous les français sont concernés, c’est le seul moyen alternatif au vote qui permettrait d’exprimer une part de notre souveraineté efficacement.

    Nos sous, nos choix, qu’ils soient énergétiques, culturels, écologiques, sécuritaires, chacun règle son curseur et en est responsable. Aujourd’hui chacun à son petit espace connecté à lui à la banque ou à la foirfouille ET aux impôts, donc c’est possible.
    Ça choque parce que ça implique de casser le modèle et de faire confiance à ses voisins pour qu’ils fassent des choix qui ne soient pas trop cons et qu’ils complètent là où moi je ferai les impasses.
    Le système reste à inventer et à tester mais il peut amener les gens à « vouloir » payer l’impôt, parce qu’il pèsera, qu’il aura plus de précision qu’un simple vote et qu’il sera réellement l’expression d’une citoyenneté.
    Je trouve l’ idée énorme, juste énorme. Je la partage sur votre site parce que l’actualité, nuits debout, onpc, etc. maintenant ou jamais ... une fois les nuits debout couchées, il n’y aura plus de droits à prendre.
    Si ça tombe dans une oreille intéressée c’est tant mieux.
    LW

  • Le 18 avril 2016 à 20:12, par Nathalie En réponse à : Nuit Debout : l’étape d’après ?

    Abonnée à Fakir, reconnaissante pour le documentaire « Merci Patron » et heureuse de la naissance du mouvement « La nuit debout », moi même « sans dent de la classe d’hyper petite moyenne », travaillant depuis l’âge 17 ans et ayant habité jusqu’à 42 ans dans des chambres de bonnes de 7 à 9 m2, aujourd’hui, à 54 ans, grâce au 1% patronal, locataire d’un studio dans un immeuble en ruine du XIIIè donc estimant que j’ai le droit de dire ce que je vais dire là sans me faire traiter de bobo facho : je suis profondément écoeurée par l’attitude du mouvement face à l’arrivée de Finkielkraut. Si c’est ce genre de république (je n’y mets volontairement pas de majuscule) que vous défendez je n’en veux sûrement pas. Je viens d’apprendre que les propositions c’était finalement des insultes. Je suis convaincue que Finkielkraut venait par curiosité intellectuelle, ouvert à la compréhension du mouvement, à la rencontre et à l’échange. Mais l’histoire se répète, l’humanité est définitivement conne et c’est ce qui nous perdra nous tous qui avons besoin d’être défendus. Comme disent « les grands » ceux qui nous « mangent la laine sur le dos », « les lions ne se mangent pas entre eux » et c’est ce que les moutons s’évertuent à faire en bêlant leurs insultes. Finalement, il ne faut pas s’étonner du mépris de la classe des nantis vis à vis des incultes gueulards et insultants que nous sommes.

0 | 5 | 10 | 15