A peine président : le renoncement !

par François Ruffin 30/06/2016 paru dans le Fakir n°(56) juillet-septembre 2012

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

« Pas d’audace, pas d’audace, surtout pas d’audace … » Tel était le slogan du tandem Hollande-Ayrault. A peine élus pour renégocier avec l’UE que M. Gentil préférait sermonner les Grecs que chatouiller Merkel...

« Eh vous les Fakir, je vous connais... »
A Eaucourt, notre équipe venait de triompher au tournoi de foot (comme en témoigne la photo ci-contre). Le sandwich avalé, l’averse tombant, on allait s’éclipser dans la Polo à Chef.
« Eh, vous, les Fakir, je vous connais… » C’est un grand costaud qui nous hèle sous le barnum : « Je me souviens, vous êtes venus chez Margot, à Abbeville, y a quelques années… » Oui oui. C’était une robinetterie de luxe, pour les riches, genre émirs, Chirac et Johnny Hallyday. Qui a fermé, en 2004 il me semble, comme tant d’autres boîtes de la métallurgie, après combien ? des jours, des semaines d’occupation ?
« On travaillait à trois là-dedans. Ma femme, mon fils et moi.
- Et vous avez retrouvé du boulot ?
- Moi oui, dans le bâtiment, et puis je me débrouille.
- Et votre femme ?
- Elle fait des ménages, parfois, en remplacement dans les collèges. Et mon fils, ils l’ont repris à la COMAP, mais ça va pas fort non plus, là-dedans. L’industrie, c’est devenu une maladie. »

On s’est mis à causer de nos amis, de Benoît, qui avait écrit le papier, de Bernard, notre photographe décédé depuis, de nos ennemis, Robien, qui faisait retaper son château au black, Sarkozy…
« On a bien fait de virer ce pantin. Mais avec les autres, ça va pas aller loin… Vous avez vu ça : ils ont augmenté le SMIC de 26 euros ! Et à la radio, ils te causent d’un ‘coup de pouce’ !
- Faut voir si…,
allait raisonner un copain.
_ - C’est tout vu ! qu’il nous rétorquait, notre politologue. Hollande, c’est 26 euros ! Et encore, les trois quarts de ça, c’est juste pour suivre l’inflation. Ils vont t’augmenter le gaz cette semaine, ça va te les avaler, les 26 euros… »
L’état de grâce élyséen, à Eaucourt, n’avait pas duré cent jours.

Vu d’Athènes
C’est le SMIC qui l’avait marqué, ce camarade.
C’est un autre signal, nous, qui d’emblée nous a alertés : la Grèce, d’abord.
Cette honte.
Que tout le gouvernement français sermonne les Grecs, de Jean-Marc Ayrault à Pierre Moscovici, de Laurent Fabius à François Hollande en personne, tous unis, avec le Financial Times, avec Angela Merkel, avec les conservateurs de tout le continent. Que ces socialistes à peine élus admonestent les électeurs, là-bas, les menacent en douceur, pour qu’ils votent comme il faut, pour qu’ils ne tentent rien, pour qu’ils obéissent à l’orthodoxie financière, pour qu’ils respectent la discipline budgétaire, pour qu’ils s’enfoncent dans la dépression, la résignation devant l’argent. « Plutôt la droite que Tsipras » : c’est sur ce mot d’ordre que, on s’en souviendra, s’est ouverte la nouvelle présidence.
C’est honteux, déjà, ce message venu de France à un peuple en souffrance. Mais c’est stupide, en plus. Si François Hollande se fixait comme ambition, pour de bon, de rouvrir en Europe le champ des possibles, quel choix valait-il mieux ? L’aventure d’une autre politique au Pirée, qui s’invente en allant, incertaine, trébuchant, mais forte d’une audace peut-être – et qui offre un autre chemin à ses voisins ? Ou un conformiste libéral, opinant à tous les mémorandums de la troïka, à toutes les folles prescriptions de ces médecins du FMI, de la BCE, de la Commission, qui aggravent le mal en prétendant le guérir ?
Ca le confirmait d’entrée : nous avons bien élu un disciple de Jacques Delors, prêt à sacrifier le socialisme, et même le social, à l’Europe de « la concurrence libre et non faussée ».
C’est à Athènes, loin de Paris, que fut signée la capitulation. Avant même les législatives. Avant, surtout, la moindre bataille.

La bombe qui fait pschiiiit !
« C’est une bombe ! » Fin mai, j’ai passé un week-end aux Glières avec Gérard Filoche, l’inspecteur du travail cégétiste et socialiste, bien à gauche (peut-être plus que moi si ça se trouve). Et il a répété ça, deux jours durant : « Quand Hollande dit que la BCE doit financer les états, discrètement, mais il met la bombe atomique au bon endroit ! C’est tous les traités, depuis Maastricht, qu’il fout par terre ! »
Je l’écoutais avec mon sourire en coin. Je l’aime bien, Gérard, mais il est toujours prêt à diffuser de l’exaltation – quitte à semer quelques illusions. Je me taisais, néanmoins, parce qu’on verrait bien. Je tiens pas à jouer, à plein temps, les hyper-blasés gnagnagni-gnagnagna. Et puis, le candidat Hollande l’avait répété avec force, à plusieurs reprises, qu’on ne devait plus « laisser la BCE prêter de façon illimitée aux banques à un taux de 1 % », mieux valait « plutôt prêter directement aux États, ce qui aurait évité que la spéculation ne reprenne ». Devenu président, il tempérait : « nous aurons des discussions avec nos partenaires et particulièrement avec nos amis allemands, mais ils ne peuvent pas poser deux verrous à la fois, un sur les eurobonds et un autre sur le refinancement direct des dettes par la Banque centrale européenne ».
Finalement, au sortir du dix-neuvième « sommet de la dernière chance » depuis 2008, « nos amis allemands » ont posé les deux verrous : non aux eurobonds, et non au refinancement direct par la BCE. Après cette rencontre, François Hollande s’est pourtant dit ravi. Et Le Figaro applaudissait aussi :
« Pourquoi les marchés ont-ils salué les résultats du sommet européen ?

Éric CHANEY, chef économiste d’Axa : Les marchés réclament de l’innovation politique en
 Europe, c’est-à-dire des abandons de souveraineté. La décision d’aller vers une union bancaire de la zone euro en est clairement une »
(1/07/12).

Du simplisme !
Notre souci, maintenant.
C’est que, dans les mois qui viennent, on peut bien moquer les socialistes. Les rebaptiser « sociaux-traîtres » à longueur de tracts et de débats. Dresser, comme dans ce papier, la liste scrupuleuse de leurs reniements. Se lancer dans des logorrhées pamphlétaires.
Tout ça, on sait très bien faire.
Mais nous n’aurons pas avancé d’un pas. L’esprit critique est déjà là, partout dans le pays, le scepticisme instillé dans les esprits – et participe moins, peut-être, à la transformation qu’à la résignation.
Le fatalisme, voilà l’ennemi. A combattre sans répit.
Et contre lui, c’est de l’enthousiasme, aussi, qu’il faut diffuser. Mener des luttes « contre », soit, mais portées par l’espérance, souterraine, que leur vieux monde est à bout de souffle, que le « consommer moins, répartir mieux » s’impose, que c’est nous qui l’avons, l’allant. De l’avant, non pas vers une « utopie », refuge hors du réel, mais d’abord vers des décisions simples, simplistes même, radicales, concrètes, immédiates : contre les dettes ? Le défaut : nous ne paierons pas. Contre le dumping planétaire ? Des barrières douanières. Contre les richesses au sommet ? La taxation, voire la confiscation.
Des mesures d’autant plus dangereuses qu’à notre portée. Auxquelles ne manque qu’une volonté, la nôtre : la poussée et la puissance d’un peuple organisé.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 6 juillet à 14:47, par Marat ! En réponse à : A peine président : le renoncement !

    Filoche est au parti socialiste, où il sert de caution de gauche à un parti de droite, pour mieux nous enfumer.
    Plus une seule voix dans les urnes pour le PS, Filoche ou pas.

  • Le 6 juillet à 12:54, par Julien En réponse à : A peine président : le renoncement !

    Bonjour,

    En termes de proposition, j’en ai deux et seulement deux, mais capables de changer bien des choses :

    • RTT et semaine de 4 jours pour tous, le temps libéré est réinvesti dans une activité choisie et non contrainte (ça, c’est le salariat) ;
    • conversion écologique, emplois vert et tout le package (réflexion sur les indicateurs de mesure du progrès, sur les limites de la croissance, sur les énergies renouvelables, sur une société plus harmonieuse de son environnement, nature et hommes, réduction des inégalités notamment salariales et de patrimoine, etc).

    Deux lignes force très simples, qui impriment dans l’opinion et qui forment le début d’un programme global.

  • Le 4 juillet à 17:15, par Lapige En réponse à : A peine président : le renoncement !

    ........... suite et fin.
    Au PS, on écoute ses diatribes, on hoché éventuellement la tête, puis on revient aux choses sérieuses entre grandes personnes.
    Filoche, s’il allait au bout de ses discours et de la simple honnêteté intellectuelle et politique, aurait démissionné depuis bien longtemps face aux innombrables trahisons de ses « collègues ».
    Mais non, il ne bouge pas.
    Comme je ne pense pas pas que ce soit un imbécile rêveur avec l’expérience qu’il a, je pense donc que c’est lui aussi un traitre.
    Même si j’ai bcp de respect pour le Filoche inspecteur du travail, je n’en ai plus aucun pour le Filoche encarté PS.
    Je ne vais plus sur son blog, ne lis plus ses interviews, me suis désabonné de sa lettre d’infos et me barre illico quand je tombe sur une vidéo où il apparaît.
    Je suis maintenant plus calme.
    Désolé Gérard, fallait que ça sorte.
    Pour le reste, tout mon soutien au gens de Fakir, on a bien besoin de vous.

    Lapige, 57 ans, ouvrier handicapé au chômage forcé et au RSA, du même camp que Filoche (en apparence) mais pas dans la même crèmerie, ce qui suffit à nous différencier.

  • Le 4 juillet à 17:14, par Lapige En réponse à : A peine président : le renoncement !

    Ah, Filoche, l’ami Filoche .....
    Je l’ai lu et écouté pendant bien des années.
    Et puis ... et puis ....
    Je l’ai vu pleurer en direct à cause du vilain Cahuzac, puis scandalisé et pérorant contre la Loi Travail ici au Havre, avec quelques autres intermèdes intéressants entre-temps.
    Filoche c’est le scandalisé de service, la Grande Pleureuse du PS.
    Filoche, c’est un gars qui ne voit pas de problème à siéger au bureau politique du PS à la même table que M.Aubry, Karine Berger (qui a fait un « excellent » boulot à propos de la régulation des banques -dans le sens des mêmes naturellement), Gérard Collomb, Julien Dray, François Lamy etc en un mot une belle brochette de crapules et autres escrocs politiques.
    Filoche, au final, c’est un peu le bouffon du Roy, ses saillies n’ont aucune portée, et à mon sens ne servent qu’à faire croire au bon peuple que malgré tout il reste quelque chose de bon dans ce parti gangréné jusqu’à l’os, et qu’il est possible de le faire changer de l’intérieur.
    Du rêve ... ou du vent.
    ... Suite après ........

  • Le 30 juin à 21:00, par Brindille En réponse à : A peine président : le renoncement !

    Bonsoir
    « ... contre les dettes ? Le défaut : nous ne paierons pas.... »
    Yesss ! Bonne idée ! A quand la Detxit ?

    Parler de Brexit, Grexit, Franxit, ..., être « pour » ou « contre » l’Europe, ... qu’est ce que cela change au fond si les marchés financiers continuent de dicter leurs lois ?

    Pendant que les langues et les plumes s’agitent autour de ces débats, la dette continue de grossir conduisant les nations à toujours plus d’austérité. Telle la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf, la finance qui s’enfle si bien au détriment de l’économie, finira bien par crever bientôt j’espère.