Pétition : « Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur ! »

par L’équipe de Fakir 25/04/2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Après la soirée « L’étape d’après ? », mercredi dernier à la Bourse du Travail, un appel est sorti pour que « Nuit debout et syndicats ne se regardent plus en chiens de faïence, avec méfiance ». Qui a été amendé et adopté par l’Assemblée générale de Nuit debout. Qui a été repris et modifié par des syndicats.

Ca donne donc deux textes qui, à bien des égards, sont presque les mêmes, avec des tas d’expressions communes, avec un but explicite dans les deux textes : « Faire peur à l’oligarchie, faire reculer le pouvoir. »

Ce qui prouve qu’on a bien fait de secouer le cocotier, malgré la tempête. Et aussi, qu’une volonté est bien là, des deux côtés. Même si, le fait qu’on ait deux textes, et pas un seul, témoigne encore de réticences, d’un vocabulaire différent, d’une temporalité variée, d’une absence de groupe-liaison, etc.
Pour pas faire de jaloux, Fakir soutient les deux textes.
Et François Ruffin à titre personnel aussi, tout comme Frédéric Lordon.
Avec les cheminots en grève aujourd’hui, les intermittents qui occupent l’Odéon, y a peut-être un truc qui prend tournure.
Si on veut l’emporter sur la loi El Khomri, effrayer l’oligarchie, il ne va pas falloir trop chipoter sur les virgules !

Pétition à signer et à faire tourner en ligne : http://leurfairepeur.wesign.it

Nuits Debout et syndicats : Leur faire peur !

Participant.e.s à la « Nuit Debout » ou/et membres de syndicats, nous souhaitons un rapprochement entre ces deux branches du mouvement « contre la loi El Khomri et son monde ».

Pour cela, nous souhaitons que toutes les manifestations, du 28 avril, du 1er mai et les suivantes donnent lieu à des moments de fraternité place de la République, sous des formes diverses et à imaginer : débats communs, meeting ensemble, etc.

Nous souhaitons que la place de la République devienne le lieu d’arrivée des prochaines manifestations, afin que les travailleurs et travailleuses se mêlent à la jeunesse, que les revendications portent une part d’utopie.

Nous souhaitons que les structures syndicales de la CGT, de Solidaires, de Force Ouvrière, de la FSU, de la CNT et de tous les autres syndicats ainsi que les syndicalistes opposé.e.s à la loi El Khomri, participent à ces moments de fraternité, depuis la base, les sections d’entreprises, les unions locales, jusqu’au sommet, les fédérations et confédérations.

Nous souhaitons qu’on se donne rendez-vous, dès le 28 avril, après la manifestation, place de la République, pour en discuter librement, humainement, faire le point sur nos accords et désaccords, nos différences mais aussi nos luttes et nos espoirs communs.

Seule cette jonction est en mesure, aujourd’hui, de faire peur à l’oligarchie, et de faire reculer le pouvoir.

Texte approuvé par l’Assemblée Populaire Parisienne des 22 et 23 avril 2016 ; l’Assemblée de la NuitDebout Sainte-Foy-La-Grande ; la Commission Convergence des Luttes ; la Commission Restauration ; la Commission Action ; la Commission Grève Générale ; l’Assemblée de la NuitDebout Caen ; l’Assemblée de la NuitDebout Chambéry ; la Commission accueil et sérénité ; la Commission Drogue et Liberté ; la Commission Vote Blanc ; et d’autres en cours …

Pétition à signer et à faire tourner en ligne : http://leurfairepeur.wesign.it


De jour comme de nuit, debout pour gagner !

Acteurs de la mobilisation sociale pour le retrait du projet de loi El Khomri nous pensons que nos actions et le mouvement « Nuits Debout » sont complémentaires.

A l’occasion des manifestations et grèves à venir, à partir du 28 avril, le 1er mai et ensuite, nous souhaitons des moments d’unité, de combativité, de fraternité, place de la République et sur toutes les places de France, sous des formes diverses et à imaginer : débats, village syndical, meetings communs, etc.

Côte à côte dans les rues, travailleurs, jeunes, retraités, privés d’emploi, ont un intérêt commun à débattre et décider ensemble, à construire des revendications portant une part d’utopie.

Nous pensons que toutes les structures syndicales et tous les syndiqués opposés à la loi El Khomri, ont toute leur place dans ces moments de fraternité et de construction collective, que tous les participants aux « Nuits Debout » ont leur place dans les manifestations et la grève nécessaires pour gagner.

Nous appelons, dès le 28 avril et en particulier le 1er mai, après les manifestations, place de la République et sur toutes les places de France, à la discussion libre, fraternelle, pour faire le point sur nos accords et désaccords, nos différences, nos luttes et nos espoirs communs.

Ensemble, nous pouvons faire peur à l’oligarchie, faire reculer le pouvoir, nous pouvons gagner !

Lina Desanti (Secrétaire général UD CGT Tarn-et-Garonne), Cécile Gondard Lalanne, (porte parole de Solidaires), Véronique Ponvert (syndicaliste FSU), Karl Ghazi (CGT Commerce Paris), Denis Gravouil (Secrétaire général FNSAC-CGT), Mehdi Khemoune (CGT Air France), Cédric Quintin (Secrétaire général UD CGT Val-de-Marne) Baptiste Talbot (Secrétaire général Fédération CGT des Services publics), Emmanuel Vire (Secrétaire général SNJ-CGT), Natacha Grelot (co secrétaire national SNPESPJJ FSU), Elisabeth Hervouet (syndicaliste FSU), Hervé Heurtebize (syndicaliste FSU), Julien Rivoire (syndicaliste FSU), Valérie Soumaille (syndicaliste FSU), Christian Taillandier (Secrétaire national SNUITAM FSU), Eric Beynel, (porte parole de Solidaires), Eric Santinelli, (Fédération SUD Rail), Jean Vignes, (Fédération SUD Santé sociaux).

Pétition à signer et à faire tourner en ligne : http://leurfairepeur.wesign.it


Autres signataires : Fakir, Frédéric Lordon, François Ruffin, Caroline De Haas.

Voir en ligne : http://leurfairepeur.wesign.it/fr

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 30 avril 2016 à 17:37, par Y croire ou pas... En réponse à : Pétition : « Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur ! »

    Au risque de paraitre blazé, j’ai déja fait le tour de la question... Doit on lutter ? Contre qui/quoi ? Pourquoi ?
    Ma réponse après des années et des années de reflexion et d’actionS est : la violence.
    Il n’y a QUE ça... Le reste c’est de la littérature et de la revendication de lycéen du type « on veut des mars et des machines à café ». Si vous voulez faire un sitting au djembé devant la préfecture en fumant des joints faites pas croire à des desespérés comme moi que vous en avez quelque chose à foutre de l’intérêt général.

    Si par contre vous voulez mettre un terme au pouvoir du banquier, je vous propose de commencer par les banquiers justement. Et là ils commenceront à avoir peur :)

    Bisou

  • Le 30 avril 2016 à 12:34, par LUCE En réponse à : Pétition : « Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur ! »

    Bonjour,

    Je n’ai trouvé aucune analyse de la société industrielle moderne ni de son devenir : déclin ou même effondrement . Il est temps de s’en occuper...Cela va être difficile mais plutôt anticiper que subir...
    Cela concerne tant les syndicats que Nuit debout...

    Roger LUCE

  • Le 29 avril 2016 à 22:39, par elisabeth En réponse à : Pétition : « Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur ! »

    Assez de « palabres sous le baobab » surtout qu’à part les « jeunes »et les plus motivés pour participer à nuit debout sont ceux qui ont déjà de l’expérience dans des associations solidaires,, des travailleurs précaires, des demandeurs d’emploi, des retraités qui n’ont pas besoin que l’on redéfinisse l’action citoyenne puisqu’il le font déjà concrètement dans des associations prônant la solidarité les valeurs humaines etc..(sans exclusion).IL FAUT FAIRE TAIRE toutes les ignomies entendues (, punks à chien, ,zadistes , bobos gauchistes, bisounours..., etc et ceuxqui veulent interdire le mouvement qui a fait redécouvir aux jeunes l’écoute de l’autre en abandonnant leur portable
    IL FAUT QUE VOUS AYEZ DES PORTES PAROLES OFFICIELS ,
    Trouver des salles de réunion quitte à se cotiser
    Ne laissons pas les casseurs détruire nuit debout , organiser un cordon de sécurité
    C’est pourquoi je n’adhère pas encore à ce mouvement (qui n’as pas pris dans ma villes faute de participants) mais je "marche la tête haute lors des manifestations . je ne suis d’aucun parti et ai participé 15 ans à une ONG de défense des droits de l’homme. .
    ALORS AIDONS les autres sans leur nuire
    Une employé de la santé senior à pole emploi et lectrice de FAKIR

  • Le 29 avril 2016 à 10:46, par LABROT En réponse à : Pétition : « Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur ! »

    Galeried’art debout cree par Hasna Pierre Francois œuvre aussi dans le symbolique.
    Entend proposer des intervenantes-ts à propos de la théorisation de l’émergence.
    Signale le site de Nathalie Harran et son wiki à propos du film de Pierre Labrot
    sur l’émergence Bové comme prélude très inachevé à ND.
    Vidéo-Séquences introduites actuellement au Centre Pompidou par Claire Delove et Nathalie Harran dans une manifestation audiovisuelle en cours.

    PL

  • Le 29 avril 2016 à 09:45, par Delbreil Gérard En réponse à : Pétition : « Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur ! »

    Vite, vite grâce à internet, lancez l’écriture d’une Constitution vraiment démocratique, avec par exemple la prise en compte des votes blancs, le non cumul des mandats, les mandats renouvelables seulement une fois etc...
    Si vous obtenez des millions de signatures ou de soutiens, et c’est possible, l’oligarchie sera obligée d’en tenir compte...
    Il faudra aussi retenir l’exemple islandais et ne pas se laisser endormir par le pouvoir, c’est bien aux citoyens et à eux seuls de l’écrire, comme disent les zapatistes : « el pueblo manda y el gobierno obedece »...
    Vite, avant de disparaitre, les loups sont déjà partout à l’œuvre pour vous (nous) dézinguer
    Courage, la lucha sigue
    Gérard Delbreil

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30