Merci Myriam ! La loi El Khomri par l’absurde

par François Ruffin 21/03/2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

On peut faire, on le doit, la critique des mesures que contient la loi El Khomri. Mais il faut surtout faire la critique des mesures qu’elle ne contient pas : la ministre s’attaque-t-elle, le moins du monde, aux causes réelles du chômage ?

L’entreprise ECCE, sous-traitante du groupe de luxe LVMH, fabriquait des habits Kenzo à Poix-du-Nord (59). Matière première et main d’œuvre, tout compris, un costume revenait à 80 € en sortie d’usine – pour être revendu près de 1000 € en boutique. La marge était appréciable, mais insuffisante : la production a été délocalisée en Pologne, puis en Bulgarie, et peut-être en Grèce, à la recherche de salaires toujours plus bas. Que prévoit la loi El Khomri contre ça ? Rien. Une autre loi est-elle prévue, à Bercy, contre ça ? Non, aucune. Valls, Macron, Hollande se taisent.

L’entreprise Pentair, à Ham (80), est hyper-rentable : 22,4% de marges, avec un carnet de commande tellement plein que les employés travaillent jusqu’à 46 heures par semaine. Et pourtant, elle va fermer l’an prochain. Les plans « sociaux » vont démarrer en septembre. La production sera délocalisée en Inde. A tel point que le député de droite du coin, Stéphane Demilly, s’écrie : « Ce sont des salopards de financiers, il faut le dire. » Mais contre ces « salopards de financiers », que prévoit la loi El Khomri ? Rien. Une autre loi est-elle prévue, à Bercy, contre ça ? Non, aucune. Valls, Macron, Hollande se taisent.

Dumping tous azimuts

Le lave-linge de Whirlpool est parti à Poprad, en Slovaquie, les pneus Contis en Roumanie, les Goodyear à Katowice, en Pologne, et les papier-peints Abélia, les climatiseurs Magnetti-Marelli, les composants électroniques Honeywell, les chips Flodor, etc. Et tout ça, pour un dumping tous azimuts, social, fiscal, environnemental, monétaire parfois (et même sur la sécurité des travailleurs). Mais contre cette désindustrialisation massive - avec des dégâts psychologiques, des conséquences politiques – que prévoit la loi El Khomri ? Rien. Une autre loi est-elle prévue, à Bercy, contre ça ? Non, aucune. Valls, Macron, Hollande se taisent.

« Mon adversaire, c’est la finance », déclarait François Hollande durant sa campagne. Mais capitulant d’avance devant cet « adversaire », renonçant à réformer l’ordre macroéconomique, signant des deux mains les traités eurostéritaires, le gouvernement en est réduit à du bricolage contre les salariés : plafonnement des indemnités de licenciement, paiement des heures supplémentaires, salaires des apprentis…
Qui peut croire que résident là les causes réelles, massives, profondes du chômage ?

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 13 avril 2016 à 23:15, par cyril En réponse à : Merci Myriam ! La loi El Khomri par l’absurde

    Oui il faut combattre le regrès social. Oui il nous faut partager la valeur économique.

    Cependant, la lutte contre la classe dominante ne fera pas disparaître celle-ci, si nous restons dans le cadre du marché du travail donc de l ’ emploi. En effet, la défense de l’emploi est du pain béni pour les capitalistes car c’est cela qu’ils veulent car le salarié dans l’emploi est subordonné à l’employeur et donc est mineur économique et n’a aucun pouvoir de décision sur ce qu’il produit, comment et pourquoi il le produit ! L’emploi est du travail exploité dans ce système. En outre, il n’ y a que le travail productif qui valorise le capital. Tout travail hors de ce cadre est dit non productif (ex : serveurs serveuses, vendeurs, vendeuses, femmes ou hommes de mange, gardiens d’immeubles, etc...) car il ne crée pas de valeur économique. Tous ces métiers sont rémunérés via le travail productif qui lui seul augmente les moyens de paiement en circulation. Il n’ y aurait qu’environ 10% des travailleurs qui seraient capital productif ! Donc, nous arrivons au terme du capitalisme à cause de sa contradiction interne qui fait baisser inexorablement le taux de profit. D’ où l’industrie financière.

    Pour finir, je ne pense pas que relocaliser pour fabriquer des chips, des pneus, des composants électroniques, etc..., soit plus vertueux pour l’environnement.

  • Le 13 avril 2016 à 19:26, par cyril En réponse à : Merci Myriam ! La loi El Khomri par l’absurde

    Quand j’explique la casse de la classe dominante aux petits commerçants de ma ville, je me fais taxer de soutien à tous les assistés (RSA, chômeurs, etc...).

    A écouter ces braves gens, il n’ y a qu’ eux qui travaillent et être salarié, c’est la joie et le bonheur !

    Bien entendu, si on veut trouver du travail, il n’ y a qu’à se bouger le cul ! Tas de feignasses d’assistés.

    Bien entendu , la classe prédatrice nous donne !!! du travail

    Ce qui me consterne le plus, c’est que ceux qui sont dans la merde ne se retourne pas contre les prédateurs, mais contre les proies !

  • Le 13 avril 2016 à 11:22, par mimi En réponse à : Merci Myriam ! La loi El Khomri par l’absurde

    j’ai du mal a comprendre : la loi el khomri n’était-elle pas il y a quelque temps la loi Macron ?
    par quel miracle khomri en est-elle devenue la créatrice. miracle ? non ! il me semble plus raisonnable de penser ceci : el machin arrive au gouvernement : sans préparation ni compétences (comme tous les autres) alors, le petit nerveux espagnol lui dit : « tu ne sais pas quoi faire ? ne te casse pas la tête ! on va te donner un projet de loi tout prêt : c’est Macron qui l’a pondu, mais cela n’a pas d’importance, prends et tais toi. et il ajoute : » au fait, j’y pense, évite de dire des conneries quand tu passe à la radio et a la télé, ne fait pas comme machine vallaud ben kassen qui demande lors d’une visite d’hôpital, a un médecin : « vos jeunes patients doivent parfois s’attacher a vous ? » réponse de l’intéressé : « je suis médecin légiste ! »
    ça fait peur des personnalités comme ça ! et il y en a beaucoup au gouvernement !
    Vous croyez que c’est avec une bande de bras cassés comme eux , que la France pourra se relever ?
    On pourrait attribuer a flambi la phrase suivante : « Le gouvernement qui nous a précédé , nous a laissé la France au bord du gouffre, mais nous allons lui faire faire un grand pas en avant : »

  • Le 11 avril 2016 à 08:39, par patrice En réponse à : Merci Myriam ! La loi El Khomri par l’absurde

    Nos élus semblent plus intéressés par leur microcosme, leurs indemnités et le pouvoir, que par la défense de l’intérêt général !
    La question qui se pose devant l’impuissance des urnes à faire évoluer cette situation est :
    Comment pour les citoyens se réapproprier l’espace démocratique et décisionnel ?

  • Le 9 avril 2016 à 21:23, par GAUTIER Daniel En réponse à : Merci Myriam ! La loi El Khomri par l’absurde

    Je crois que les cas de délocalisation que vous reporté n’a pas grand chose à voir avec la réforme du code du travail.
    La délocalisation fait référence à la libéralisation de l’économie mondiale dont l’année 1989 est témoin de deux évènements qui la concrétise, l’écroulement du mur de Berlin avec la fin de l’économie dite soviétique et les évènements de la place Tien’anmen avec l’entrée de la Chine dans le « socialisme de marché ». Près de deux milliards d’homme entrent dans l’économie mondiale avec une véritable révolution du mode de production.
    A côté de ces évènements la réforme du code du travail d’ El Khomeri ressemble plus à la détermination du sexe des anges au moyen âge qu’à une réforme cruciale de l’économie hexagonale. Il faut simplement prendre conscience que l’on n’est plus dans un contexte de la protection d’un salarié à la merci d’un patron exploiteur mais bien de renforcer la cohérence de l’entreprise face à une concurrence internationale implacable.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25