Merci Myriam ! - Épisode 7

par L’équipe de Fakir 04/04/2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Avec Isabelle Attard en guest star.

De l’Assemblée Nationale au Ministère du Travail, Merci Patron ! revient avec sa petite question et décroche un nouveau rendez-vous.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 10 avril 2016 à 10:24, par Fred LARGE En réponse à : Merci Myriam ! - Épisode 7

    Merci pour vos initiatives bien ciblées et rafraîchissantes. Quelles sont les voies possibles pour que ces mouvements actuels - majoritairement représentés par des jeunes mais également soutenus par des anciens comme moi - ne « tombent » pas dans la récupération de quelques leaders existants ou en devenir ? Merci pour votre réponse. Fred à Marseille

  • Le 9 avril 2016 à 12:11, par Masson En réponse à : Merci Myriam ! - Épisode 7

    Votre film est excellent ; véritable détonateur social , il risque cependant de faire long feu s’il ne débouche pas sur un objectif politique concret . La crise politique actuelle est celle du régime représentatif. Il faut donc s’attaquer à la racine du problème : la désignation des représentants de la Nation par la voie de l’élection.
    Aujourd’hui , pour de multiples raisons (survivance de la symbolique aristocratique à travers l’élection rappelée par Montesquieu, loi d’airain des oligarchies mise à jour par R. Michels, bureaucratisation des partis décrite M. Ostrogorski...), l’élection des députés ne peut que légitimer le statu-quo.
    Le tirage au sort de quelque 300 représentants, totalement représentatifs à la différence des députés actuels, au sein d’une Assemblée Nationale régénérée à même de se saisir des vrais problèmes du pays est une solution possible. Celle-ci n’a en effet rien d’utopique : pratiqué à Athènes à l’époque de Périclès, le tirage au sort des représentants de la cité est concomitant du « miracle grec » ( invention de la démocratie, création artistique, scientifique et philosophique exceptionnelle).

    Pour sortir du cercle dans lequel nous sommes enfermés, Il faut demander, dans le cadre de la constitution existante, l’organisation d’un référendum sur l’instauration du tirage au sort. comme procédé de désignation des députés, annulant et remplaçant le mode électif actuel.

  • Le 8 avril 2016 à 22:09, par Bertho jac En réponse à : Merci Myriam ! - Épisode 7

    Bravo François , décidément tu es notre pape,tu es notre président ...et notre bible est : Merci patron ! Vive la lutte debout !!!

  • Le 8 avril 2016 à 15:09, par JC desvouas En réponse à : Merci Myriam ! - Épisode 7

    suite et fin ...
    Aussi les « politiciens professionnels » actuels devraient, comme tout le monde, trouver les moyens de leur subsistance et/ou de financement pour assouvir leur passion pour la « France » (c’est en général l’argument à deux balles fourbi pas les députés, sénateurs et autres grands commis de l’Etat pour justifier leurs gras émoluments …on travaille 70H /semaine par passion pour la France…tu parles…).
    Cette description assez succincte du principe est développé sur bien des forums, pages Facebook ou autres sites ayant pour objet la nécessité de passer par une Constituante pour remettre à plat le fonctionnement de nos institutions…
    Citoyens à vos baquets la grande lessive doit commencer …

  • Le 8 avril 2016 à 15:08, par JC desvouas En réponse à : Merci Myriam ! - Épisode 7

    suite du précédent post ...
    Aussi le rapport de force collectif serait à mes yeux, contre toute attente, assez facile à instaurer car le problème n’est pas qu’idéologique, il est aussi technique. Se placer sur ce plan uniquement permettrait peut-être de trouver un consensus au beau milieu de tous les clivages politiques. Je veux parler d’une exigence populaire concernant nos institutions politiques représentatives. Il faudrait donc faire échapper, techniquement, aux partis politiques leur main mises sur les processus et procédures de prise de décisions concernant les affaires relevant du « bien public ». Une solution est de passer d’une représentation politique élue à une représentation tirée au sort. Mille cinq cent à deux mille personnes offrent une représentation parfaite de ce qu’est l’opinion générale, (voir ce petit calculateur dont les résultats sont surprenant http://www.rmpd.ca/calculators.php .... pour 40 millions de personnes, il suffit d’avoir l’avis de 1067 personnes pour obtenir un résultat avec un niveau de confiance de 95% (19 fois sur 20) pour lequel il est possible d’extrapoler le résultat avec 5% de chance de se tromper de 3% …. 1500 personnes tirées au sort pour remplacer l’assemblée nationale et le sénat … ça laisse rêveur.
    suite prochain post ...

0 | 5 | 10 | 15