Les doigts de Patrick

par François Ruffin 13/01/2017 paru dans le Fakir n°(78 ) décembre 2016 - janvier 2017

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Ceux qui ont coupé les doigts de Patrick n’iront jamais au tribunal. Où passent, eux, les huit de Goodyear. A leur procès, je suis invité à prendre la parole.

Y a eu, je crois bien, 1173 personnes licenciées de chez Goodyear, mais comme les chiffres ça signifie pas grand-chose, je voudrais sortir un visage, un nom, de la masse. Celui de Patrick. Patrick Habare. Je ne sais pas s’il est là ?
(Il était là, mais il n’a pas répondu.)
C’est un ouvrier qui travaillait à la chaîne et qui profitait des temps morts, pour lire. C’est comme ça, à l’usine, qu’il a lu tous les Rougon-Macquart de Zola, Ulysse de James Joyce. Et comme il écrivait un peu, il nous a envoyé ses textes, à Fakir, et donc je suis allée le rencontrer.
Son appartement était bourré de livres, je m’y attendais, mais surtout de CD, des milliers de CD, de la musique rock, mais aussi afghane, africaine, tout. ‘‘Tu joues d’un instrument ? je lui ai demandé.
- Je jouais, il m’a répondu. De la guitare.’’
Mais en même temps, il m’a montré sa main gauche. Deux doigts étaient sectionnés. Le majeur et l’index, il me semble. Et il a l’auriculaire bloqué, aussi.

‘‘C’est dû à quoi ? je l’ai interrogé.
- Goodyear. Je remplaçais un collègue pendant les congés. J’avais quatre presses en charge. Et la sécurité sur ces machines, tu sais comment ça marche, c’est un rayon, dès qu’il voit quelque chose en dessous, la machine s’arrête. ça nuisait au rendement, parce que nous, pour faire le quota de production, il fallait qu’on nettoie le moule pendant la fermeture de la presse, donc ils ôtaient les sécurités.
Sur la presse n°4, y avait eu un accident, déjà. Ils avaient remis la sécurité. Mais ils ne l’ont remise que sur cette presse.
La presse n°2, c’était moi. C’était ma deuxième journée à ce poste, le mardi 13 juillet 1993. Après moi, ils ont remis la sécurité… mais que sur cette presse.
La presse n°1, c’est un délégué CFDT, il s’est battu, pendant des années, pour que la sécurité soit remise, et à la fin ils ont accepté, mais que sur cette presse.
La dernière presse, la presse n°3, le gars y a perdu tous les doigts de sa main droite.’’

Et Patrick concluait en me disant : ‘‘Peu de temps après ça, ils ont pris toutes les presses, ils les ont emmenées en Pologne. Je doute que là-bas ils aient remonté les sécurités.’’

Mickaël [Wamen, le délégué CGT] est venu, ce matin, nous rappeler que Goodyear avait fait je sais plus trop combien de millions de bénéfices. Eh bien moi, je vois le lien entre ces profits et les doigts de Patrick. C’est parce qu’ils enlèvent les sécurités, c’est parce qu’ils élèvent la productivité, c’est parce qu’ils paient moins cher les Polonais que, derrière, ils peuvent verser des dividendes aux actionnaires. Et je vois le lien avec aujourd’hui, avec ce procès, parce que ceux qui ont coupé les doigts de Patrick, ceux qui en sont responsables, ceux qui en bénéficient, ceux qui l’ont amputé d’une part de sa chair, ceux qui l’ont amputé de son loisir préféré, eh bien eux, jamais ils ne sont poursuivis devant les tribunaux. A la place, on poursuit huit salariés parce qu’ils ont retenu des cadres durant une journée… mais ils ne leur ont pas coupé des doigts, à ces cadres ! Et attention, je ne dis pas qu’il faille le faire. »

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 14 janvier 2017 à 22:13, par cath56 En réponse à : Les doigts de Patrick

    pour Dominique :
    parce que sur la photo, c’est François Ruffin il me semble :-)

  • Le 14 janvier 2017 à 12:43, par Verite En réponse à : Les doigts de Patrick

    Ces raccourcis sont scandaleux
    Laisser croire ce genre d’inepties aux lecteurs est mensongers et indigne de la presse
    La fermeture du site est de la responsabilité de la Cgt
    L’accident de Patrick est regrettable mais sans La Cgt il aurait encore du travail !!!!

  • Le 13 janvier 2017 à 20:23, par DOMINIQUE FELIX DIONISI En réponse à : Les doigts de Patrick

    Quelque chose me dérange beaucoup dans cette info, surtout la photo. Il est écrit que la personne interviewée a été AMPUTÉE de deux doigts (le majeur et l’auriculaire) de la main gauche alors que, sur la photo, on voit très bien que l’auriculaire est replié puisque l’extrémité de ce doigt apparaît clairement.
    Quelle explication donnez-vous ?
    J’aime bien Fakir mais, là, il y a un lézard.......

0 | 5