L’Angle Eco : « Je ne servirai pas d’alibi »

par François Ruffin 19/05/2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Ils voulaient que je vienne à leur débat sur « les inégalités entre générations », sans un salarié ni un précaire, mais avec des diplômés d’HEC, et des gérants de start-up et moi au milieu, comme alibi.

Bonjour Monsieur Lenglet, bonjour Monsieur Delbos.

Vous m’avez invité pour votre première émission de L’Angle Eco, qui sera diffusée le mardi 31 mai. Je vous en remercie, mais je décline cette invitation.

Je pourrais arguer que le thème retenu, « les inégalités entre générations », n’est pas dans mes cordes, que j’y préfère les « inégalités » tout court, une archaïque lecture « capital / travail ». Mais bon, comme je suis journaliste, c’est-à-dire « bon à rien et touche à tout », j’aurais pu m’accommoder de ce sujet, le détourner un peu : quand on assiste à une assemblée générale d’actionnaires, exclusivement composée de têtes blanches, on se dit que, en effet, les dividendes pour ces vieux sont prélevés sur des jeunes salariés (ou en stage, ou au chômage).

Non, c’est le casting pour vos plateaux qui me fait renoncer à vous rendre visite.

On connaît l’orientation libérale de François Lenglet (55 ans), et ce n’est pas moi, avec mon engagement assumé, qui vais lui demander de se retrancher derrière une fausse neutralité.

A ses côtés, Jean Tirole (62 ans), prix de la Banque de Suède d’économie, partisan du libre-échange, de la flexibilité du travail, de la baisse des indemnités chômage, etc., lui apporte une caution scientifique à tous les dumpings réclamés par le Medef. (De son vivant, j’ai longuement discuté avec Maurice Allais, le premier Français à avoir reçu le prix de la Banque de Suède d’économie : avec la même caution scientifique, lui aurait défendu des positions presque inverses, pour le protectionnisme et contre tous les moins-disants imposés au nom de la compétitivité. Mais cet économiste, hétérodoxe, n’a jamais bénéficié de la médiatisation offerte au très libéral Jean Tirole.)

Partons pour ce tandem.
Mais qui mettez-vous, à leurs côtés, pour le rééquilibrer ?
Dans le premier « débat », par exemple, sur l’emploi ?

Sophie de Menthon (68 ans), « cheffe d’entreprise », et longtemps membre du Medef.
Emmanuelle Duez (28 ans), diplômée de l’Essec et de Science-Po, décrite par La Tribune comme « serial entrepreneuse de choc ».
Enfin, Diana Filippova (29 ans), diplômée de HEC et de Science-Po, que vous me présentez comme « entrepreneuse », et en même temps « responsable des relations écosystème start-up chez Microsoft ».

Des libéraux débattront donc avec des dirigeants d’entreprises, des diplômées de grandes écoles avec des diplômés de grandes écoles, l’élite occupera tout l’espace. Nul doute qu’on trouvera bien des désaccords entre eux, que certains – certaines – auront des propos originaux, mais enfin : qu’il n’y ait pas un salarié normal, pas un stagiaire, pas un précaire, pas un syndicaliste ! Eux qui représentent la masse du pays ! Comme s’ils n’avaient rien à dire, eux, sur l’emploi !

Et je viendrais m’y ajouter, moi, pour servir d’alibi à cette comédie ?
Je pourrais, oui.
Je pourrais y venir, pour dénoncer ce dispositif.
Mais parfois, on est fatigués de ces combats : je vous laisserai « débattre » tranquillement…

Bref, je ne trouve pas que ce pluralisme rétréci fasse honneur au service public.

Je reste à votre disposition, néanmoins, ultérieurement, pour des débats plus équilibrés.

Fakirement,

François Ruffin

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 1er juin 2016 à 18:04, par Boudine Jean-Pierre En réponse à : L’Angle Eco : « Je ne servirai pas d’alibi »

    On me communique votre intervention dans la foulée des protestations et des dénonciations des manipulations qui ont eu lieu durant DPDA avec Jean-Luc Mélenchon.
    C’est chouette que nous commencions à être capables de secouer ces médias soumis, qui truquent et manipulent au profit, entre autres, de la papesse des truqueurs et des manipulateurs : Marine Le Pen !

  • Le 31 mai 2016 à 14:42, par Nanou50 En réponse à : L’Angle Eco : « Je ne servirai pas d’alibi »

    Bravo et merci de renvoyer le sieur Lenglet dans ses cordes libérales

  • Le 31 mai 2016 à 10:18, par françoise domec En réponse à : L’Angle Eco : « Je ne servirai pas d’alibi »

    Bravo pour cette honnêteté intellectuelle qui vous honore face au conte de fées pour Medef(istes) que propose ce faux débat pour vrais partisans du libéralisme à tout-va . Si on avait encore des doutes sur la main-mise de ces entrepreneurs qui dirigent le pays, il suffisait de regarder hier Special Investigation ... Le cynisme atteint des sommets !

  • Le 31 mai 2016 à 09:04, par Anne Marie Legoubé En réponse à : L’Angle Eco : « Je ne servirai pas d’alibi »

    Même si vous aviez été présent à cette émission, je ne l’aurai pas regardée tant m’insupporte Lenglet, ce crâne d’oeuf bientôt chenu, suffisant, servile avec les puissants de l’économie libérale.
    Merci de l’avoir éconduit.

  • Le 31 mai 2016 à 07:42, par franck leduc En réponse à : L’Angle Eco : « Je ne servirai pas d’alibi »

    Absolument rien ne sert de servir la soupe avec la cuillere de’’ l idiot utile’’ a cette oligarchie malfaisante . continuons à demander le depart de Lenglet apres son derapage honteusement partisan sur le président Morales.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 75