Le boss a des principes !

par Syndicat des Petites Mains Fakiriennes 14/01/2020 paru dans le Fakir n°(90) Date de parution :

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Le patron exige une commission d’enquête interne, maintenant !
À cause d’une virgule sous un point…

On était tous fatigués, devant l’ordi, fin de bouclage, derniers tours de relecture du canard. Un peu stressés, aussi : l’air de rien, en sifflotant, le rédac’ chef venait d’entrer, de s’asseoir pour relire à l’écran.
C’est toujours mauvais signe. Il est capable, sur un coup de tête, de vous supprimer un dossier, ou d’ajouter quatre pages sur des Gilets jaunes, le tout à deux heures de l’envoi à l’imprimeur.
Mais la foudre n’est pas tombée là où on l’attendait.
« Qui m’a écrit ça ? C’est une blague ou quoi ? »

Il a lu le passage d’un texte, en détaillant bien la ponctuation, comme un maître articule une dictée : « Cette fake news (virgule), c’est Emmanuel Macron qui l’a prononcée (point-virgule) ; en dix ans (virgule), la France a vendu pour 11 milliards d’armes (trois petits points)… »
Les plus anciens ont de suite compris.
« C’est quand même pas le point-virgule…
- Si, c’est le point-virgule, oui, justement, c’est le point-virgule ! »

C’est sa phobie, au patron, son angoisse. Certains, c’est les souris, d’autres les serpents ou le vide, ou la foule.
Lui, c’est le point-virgule.
Du coup, ce petit signe, à Fakir, c’est un peu comme la clé de la chambre de Barbe-Bleue : on sait qu’il est là, on sait qu’il existe, mais interdit de l’utiliser.
« Et le pire, c’est ça : quand on le met sous ma signature ! Mon propre nom, sali, bafoué ! C’est un couteau qu’on me plante dans le cœur… », il a sorti, un brin théâtral.
« Mais c’est subtil, le point-virgule, ça marque une vraie nuance… » a osé Julie.
Il se prenait la tête à deux mains, les coudes sur la table, le patron. « Allez me chercher le bouquin de Cavanna ! »
Il s’est raclé la gorge, et s’est mis à lire Mignonne, allons voir si la rose…, à voix haute. On avait l’impression d’être à la messe : « Qui a inventé le point-virgule ? Je ne sais pas. A quoi sert-il ? A rien. A embêter le monde. A rassurer les écrivains timides. » L’utiliser, « c’est tout simplement un aveu d’échec. C’est tout simplement demander au point-virgule, triste bâtard ni chèvre ni chou, de faire ce que devraient être capables de faire les mots eux-mêmes, de par leur choix et la façon de les arranger. C’est demander à une ponctuation de pacotille de replâtrer tant bien que mal ce qu’on n’a pas su mener à bien. […] Guerre au point-virgule, ce parasite, ce timoré, cet affadisseur, qui ne marque que l’incertitude, le manque d’audace, le flou de la pensée, et colle aux dents du lecteur comme un caramel trop mou ! »

Il était comme en transe, le patron :
« Travailler à Fakir, c’est pas être mou, c’est pas être ‘‘entre-deux’’. On va faire quoi, la Révolution avec des excuses dans la voix ? Victor Hugo, il les lavait à l’eau tiède, ses textes ?
- Bon ben, on va monter le CFPJ : le Centre fakirien de la ponctuation juste »
, a lancé Cyril, mort de rire.
« Non mais là tu te fous de moi ! Ça va bien au-delà de ça. Ce point-virgule qui vient de glisser ici, c’est un symptôme, un symbole de tout ce qui dérive dans ce journal depuis que je suis député. Je veux une commission d’enquête interne !
- Hein ?
- Ouais ! Quand mon père bossait chez Bonduelle, on avait trouvé une souris dans une boîte de conserve. Y avait eu une commission pour comprendre tout le process, comment on en était arrivés là. Je veux la même chose. Et un truc carré, sérieux. Parce que ce point-virgule, ça veut dire qu’on me respecte plus, dans ce journal. Fayard, les Arènes, les Liens qui libèrent, jamais ils ne se permettraient ça avec un de mes bouquins. Et à
Fakir, on se l’autorise ? Ma chair, mon sang ? Trahi par les miens ? Poignardé par mes fils ? »

Il commençait à nous inquiéter, niveau santé mentale.
Alors, on a demandé à un cabinet d’audit un devis pour restructurer le canard. Bon, d’accord, on avait glissé « option jacuzzi » dans notre demande…
Quand il a vu le chiffre à la fin de la page, il est devenu pâle, et s’est enfermé dans son bureau. On devrait être tranquilles pour un moment.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.