Emmanuel Todd : « Priver le PS de son dernier rempart : les frondeurs »

par François Ruffin 13/05/2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Todd revient sur le PS, avec cette fois les frondeurs dans le collimateur. Et moi aussi, j’en ai ras le casque de leurs pantomimes…

Au précédent épisode, Emmanuel Todd l’espérait :

« Déjà, si ça pouvait conduire à un engagement simple, chez les jeunes : « Plus jamais nous ne voterons PS ! » Je me porte beaucoup mieux, c’est une libération spirituelle, depuis que j’ai fait ce serment pour moi-même. Je rêverais de la mise à mort du PS. C’est peut-être ce que va nous apporter Hollande, il y a là une ouverture pour se débarrasser du parti socialiste. Et il existe désormais un boulevard à gauche. »

Suite à la loi El Khomri passée au bazooka du 49.3, on l’a appelé, hier, dans sa « retraite de travail » en Bretagne. Et c’est les frondeurs, cette fois, qui se sont retrouvés dans son viseur :

« Que le PS soit de droite, tout le monde le sait. Mais il faut maintenant les priver de leur dernier rempart : les frondeurs. Ce sont eux qui vont servir d’ultime alibi. Ils sont certes sympathiques à titre individuel, mais ce sont désormais eux les plus nocifs, eux qui empêchent une clarification. Ou alors, qu’ils soient conséquents, et qu’ils fassent tomber le gouvernement. Le reste relève de l’agitation.
Être de gauche c’est ne plus jamais voter PS. Et il ne faut pas regarder ça comme un geste négatif, mais au contraire positif : se débarrasser du Parti socialiste, c’est ouvrir un champ des possibles. »

Je suis assez d’accord.

Même si, à titre personnel, on préfère nettement une Barbara Romagnan à un Jean-Marie Le Guen, ça fait trop longtemps que la comédie dure, elle ne nous intéresse plus. Depuis quatre ans, ils se comptent, un coup ils sont quinze, l’autre fois trente, etc., avec des psychodrames bidons. Et jusqu’à la pantomime de cette semaine : alors qu’ils pouvaient faire tomber la loi El Khomri et le gouvernement Valls dans la foulée, voilà qu’ils essaient, en vain, de monter leur propre motion de censure, avec la garantie qu’elle ne marchera jamais.

J’ai cette conviction, et depuis un bail : ils se jouent un spectacle, celui de la résistance, mais pour eux-mêmes. Ce petit jeu est lisible par leurs pairs, par les députés, par les éditorialistes, mais incompréhensible pour les gens.

Les Français s’en foutent, eux, de ces caprices : vous êtes pour ou vous êtes contre ? Choisissez votre camp.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 13 mai 2016 à 19:07, par Cyril En réponse à : Emmanuel Todd : « Priver le PS de son dernier rempart : les frondeurs »

    C’est Deleuze dans son abécédaire qui disait qu’être de gauche, c’est ne jamais cesser d’être minoritaire... Peut-être que Todd avait cette définition en tête, en la paraphrasant « ne plus jamais voter pour ce supposé parti à vocation majoritaire »... En tous cas, c’est limpide...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | 65