Emmanuel Todd : « Priver le PS de son dernier rempart : les frondeurs »

par François Ruffin 13/05/2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Todd revient sur le PS, avec cette fois les frondeurs dans le collimateur. Et moi aussi, j’en ai ras le casque de leurs pantomimes…

Au précédent épisode, Emmanuel Todd l’espérait :

« Déjà, si ça pouvait conduire à un engagement simple, chez les jeunes : « Plus jamais nous ne voterons PS ! » Je me porte beaucoup mieux, c’est une libération spirituelle, depuis que j’ai fait ce serment pour moi-même. Je rêverais de la mise à mort du PS. C’est peut-être ce que va nous apporter Hollande, il y a là une ouverture pour se débarrasser du parti socialiste. Et il existe désormais un boulevard à gauche. »

Suite à la loi El Khomri passée au bazooka du 49.3, on l’a appelé, hier, dans sa « retraite de travail » en Bretagne. Et c’est les frondeurs, cette fois, qui se sont retrouvés dans son viseur :

« Que le PS soit de droite, tout le monde le sait. Mais il faut maintenant les priver de leur dernier rempart : les frondeurs. Ce sont eux qui vont servir d’ultime alibi. Ils sont certes sympathiques à titre individuel, mais ce sont désormais eux les plus nocifs, eux qui empêchent une clarification. Ou alors, qu’ils soient conséquents, et qu’ils fassent tomber le gouvernement. Le reste relève de l’agitation.
Être de gauche c’est ne plus jamais voter PS. Et il ne faut pas regarder ça comme un geste négatif, mais au contraire positif : se débarrasser du Parti socialiste, c’est ouvrir un champ des possibles. »

Je suis assez d’accord.

Même si, à titre personnel, on préfère nettement une Barbara Romagnan à un Jean-Marie Le Guen, ça fait trop longtemps que la comédie dure, elle ne nous intéresse plus. Depuis quatre ans, ils se comptent, un coup ils sont quinze, l’autre fois trente, etc., avec des psychodrames bidons. Et jusqu’à la pantomime de cette semaine : alors qu’ils pouvaient faire tomber la loi El Khomri et le gouvernement Valls dans la foulée, voilà qu’ils essaient, en vain, de monter leur propre motion de censure, avec la garantie qu’elle ne marchera jamais.

J’ai cette conviction, et depuis un bail : ils se jouent un spectacle, celui de la résistance, mais pour eux-mêmes. Ce petit jeu est lisible par leurs pairs, par les députés, par les éditorialistes, mais incompréhensible pour les gens.

Les Français s’en foutent, eux, de ces caprices : vous êtes pour ou vous êtes contre ? Choisissez votre camp.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 14 mai 2016 à 17:19, par Gennaro Aldo En réponse à : Emmanuel Todd : « Priver le PS de son dernier rempart : les frondeurs »

    Nous nous en étions déjà rendu compte entre amis, mais il y avait comme une gêne à le dire à voix haute, comme si il restait un espoir quelquonque.
    C’est sûr que ce dernier épisode foireux à montré à tous les termes du contrat pour ces « sympathiques râleurs » (certains sont peut être sincères), ratisser large, y compris vers le PC les Verts et la CGT.
    Çà n’a semble t’il pas marché vers les organisations syndicales recherchées sauf pour la CFDT, les Verts traversent un orage sans précédent, mais semblent aujourd’hui plus enclins à créer un nouvel espace commun à gauche, le PC n’en finit pas de crever ses abcès, de plus en plus enclin à une alliance avec JLM.
    Mais ils ont joué un acte de trop !
    Alors qu’ils avaient la possibilité de virer comme un malpropre Valls et sa bande, oups, plus personne ! Aubry absente, quand aux vrais faux frondeurs, ils tentent une motion de gauche qui même s’il elle avait pu être déposée, n’avait pas la moindre petite chance de passer. Il leur restait à voter l’autre, celle de droite...
    Oh, horreur et calamité, voter une motion de droite ? Et voilà où nous en sommes... Maintenant, ceux qui n’avaient pas compris auront au moins un petit doute...

  • Le 14 mai 2016 à 17:18, par Gennaro Aldo En réponse à : Emmanuel Todd : « Priver le PS de son dernier rempart : les frondeurs »

    Nous nous en étions déjà rendu compte entre amis, mais il y avait comme une gêne à le dire à voix haute, comme si il restait un espoir quelquonque.
    C’est sûr que ce dernier épisode foireux à montré à tous les termes du contrat pour ces « sympathiques râleurs » (certains sont peut être sincères), ratisser large, y compris vers le PC les Verts et la CGT.
    Çà n’a semble t’il pas marché vers les organisations syndicales recherchées sauf pour la CFDT, les Verts traversent un orage sans précédent, mais semblent aujourd’hui plus enclins à créer un nouvel espace commun à gauche, le PC n’en finit pas de crever ses abcès, de plus en plus enclin à une alliance avec JLM.
    Mais ils ont joué un acte de trop !
    Alors qu’ils avaient la possibilité de virer comme un malpropre Valls et sa bande, oups, plus personne ! Aubry absente, quand aux vrais faux frondeurs, ils tentent une motion de gauche qui même s’il elle avait pu être déposée, n’avait pas la moindre petite chance de passer. Il leur restait à voter l’autre, celle de droite...
    Oh, horreur et calamité, voter une motion de droite ? Et voilà où nous en sommes... Maintenant, ceux qui n’avaient pas compris auront au moins un petit doute...

  • Le 14 mai 2016 à 16:14, par gendot daniel En réponse à : Emmanuel Todd : « Priver le PS de son dernier rempart : les frondeurs »

    oui entièrement d’accord d’ailleurs cela fait plusieurs dizaines d’année et c’est en aimant l’histoire que j’ai vu la nocivité de ce parti leur trahison d’août 1914 date où ils se sont rangés derrière leur bourgeoisie et leur sale conduite durant la guerre d’Algérie complice des tortionnaires les frondeurs ne veulent pas quitter le giron du parti parce qu’ils ne veulent pas abandonner leurs privilèges et redevenir simple quidam d’ailleurs ils en ont vu des trahisons envers leurs électeurs et les travailleurs dans le passé ils n’ont rien dit et c’est parce que le masque est vraiment tombé qu’ils ont des scrupules le mieux à faire c’est de ne pas adhérer à ce parti de notables au service des financiers et des patrons et recréer un grand mouvement de gauche résolument tourné vers un changement social de la société.

  • Le 14 mai 2016 à 15:51, par JLBA En réponse à : Emmanuel Todd : « Priver le PS de son dernier rempart : les frondeurs »

    100% d’accord avec vous deux. Merci de l’avoir écrit. Il faut qu’ils arrêtent les « on est responsable, on mesure les conséquences » et les « on ne peut pas quand même voter une motion de droite ». Parce que la motion de droite, elle n’est pas vraiment pire que le texte actuel.

  • Le 14 mai 2016 à 15:29, par Vidallet En réponse à : Emmanuel Todd : « Priver le PS de son dernier rempart : les frondeurs »

    Tout à fait d’accord, lequel d’entre eux peut-il encore croire qu’il changera le PS de l’intérieur ? Aucun, !!!!
    Ils sont la caution de gauche du PS et par leur comportement ils minent les espoirs de tous les gens de gauche et poussent nombre d’électeurs au tous pourris si dangereux !
    Notre ami Filoche peut expliquer sur les médias ou son blog que les lois, Macron, El Khomri...... Sont à combattre s’il veut vraiment arrêter le massacre et les trahisons du PS envers le peuple, qu’il quitte le PS, vite !!
    Mais surtout qu’il mette son pouvoir de conviction à entraîner ses « amis » !!!!!!!

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 65