Lire Guillemin !

par François Ruffin 26/06/2015 paru dans le Fakir n°(69) mars - avril 2015

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Je serai farouchement élitiste : écoutez l’historien Henri Guillemin, c’est bien. Le lire, c’est nettement mieux.

« De toute façon, je sais pas si tu connais Henri Guillemin, c’est un historien, et lui il le démontre bien, que la Révolution française elle était faite pour les bourgeois et que pour le peuple, en revanche, c’était pire après…
– Ah bon ? Et où est-ce qu’il explique ça ? »

C’est Kader, aujourd’hui, mais c’est la centième fois qu’on me fait le coup.
« Ce sont des vidéos sur Internet, des enregistrements qu’il a faits pour la télévision suisse… »

Je vais faire mon élitiste, je vous préviens :
J’ai beaucoup lu Guillemin, du temps étudiant où j’avais du temps. Je me suis rendu dans des bibliothèques obscures pour ça, à bouquiner sur place ses ouvrages jaunis aux pages parcheminées. Et jamais, sous la plume de ce catho de gauche, jamais je n’ai aperçu ça, cette vue à sens unique, réduite, étriquée, sur la Révolution française – dont il n’était pas un spécialiste –, cet abrégé minute «  pour les bourgeois et contre le peuple » qui se donne aujourd’hui pour de la dissidence et qui rejoint en fait une tradition réactionnaire.
Mais encore faudrait-il lire Guillemin, le lire pour y saisir ses analyses de classes, toutes les subtilités dans les luttes qu’elles se livrent, toute sa précision dans la chronologie, ces moments terribles étudiés au jour le jour, parfois heure par heure, l’âme de ses personnages mise à nu, avec toute la joie grinçante dans son ironie. Qu’on le re-découvre aujourd’hui grâce au Net, c’est magnifique, qu’on écoute ça dans sa voiture, son camion, son ambulance, c’est formidable de curiosité, mais c’est un auteur, bordel, un écrivain véritable : lisez-le !
Que retiendra-t-on de Bukowski, bientôt ? Qu’il est arrivé bourré sur le plateau d’Apostrophes, à la place de lire, oui, lire ses Souvenirs d’un pas grand-chose ?
Et de Cavanna, que restera-t-il ? Qu’il a engueulé Bukowski sur le plateau d’Apostrophes, à la place de lire ses Ritals ou ses Russkoffs ?
Que de régals vous manqueriez !

Comme je ne suis pas élitiste à moitié, je vous conseillerais sa pièce maîtresse, d’après moi, sa saga sur Les Origines de la Commune, 1870-1871 en quatre volumes, mais les copains de Fakir se sont récriés, « Ah non, non, pas ça ! Pas 2 000 pages ! Tu deviens carrément pédant ! Nos lecteurs bossent, ils ont des enfants », mais vous êtes les meilleurs, non ?, vous méritez le meilleur, vous êtes notre élite, et les gros pavetons de romance américaine se vendent bien, pourquoi pas les gros pavetons d’histoire française ?
Mais bon, d’accord, n’attaquons pas son œuvre par l’Alpe d’Huez.
Prenons la répétition avant le grand drame, 1848 avant 1871.
Dans La Tragédie de 1848, Henri Guillemin décrit comment cette révolution, menée par le peuple de Paris en février, lui est doucement, délicatement, reprise, volée par d’habiles manœuvres, par les Ateliers nationaux, par le suffrage universel – jusqu’au bain de sang en juin.
Dans le passage que je vais copier, là, on n’est encore qu’aux prémices, un Gouvernement provisoire s’est installé à l’Hôtel de Ville, mené par Lamartine – dont Guillemin dresse un portrait contrasté : « Ce riche est le contraire d’un mauvais riche. Ce royaliste de naissance s’est rallié à la démocratie. Cet homme de gouvernement veut un régime de liberté, et où ‘la liberté ne sera pas le masque du privilège’. » Pour ministres, il est entouré de propriétaires bon teint, pas socialistes, mais en ce 25 février eux restent sous la menace du prolétariat :

A midi et demie, le pire se produit. Les portes craquent, forcées. La salle du Conseil est envahie. Ces visiteurs un peu brusques ne sont pas néanmoins les fous furieux qu’on imaginait. Ils n’ont aucune pensée de meurtre. Ils ne se mettent pas à casser les meubles. Un garçon les précède, de taille moyenne, les yeux bleus ; il se nomme Marche ; il est ouvrier mécanicien, comme Albert ; il a un fusil, et ses camarades se rangent derrière lui, qui va parler pour eux. Les membres du gouvernement s’appliquent à cacher leur effroi ; les uns se sont assis derrière la table, d’autres sont restés debout. S’il ne s’agit que de paroles, il reste encore de bonnes chances que l’on puisse se tirer de là. Marche s’exprime bien ; sa voix est plus violente que son langage ; il y a un tremblement en elle ; il est intimidé et lutte pour ne pas l’être ; il fait sonner sur le plancher, au bout de chacune de ses phrases, la crosse de son fusil. Ce qu’il vient réclamer, au nom de la classe ouvrière, c’est une législation du travail, une refonte de tout le système industriel, et aussi une allocation pour l’ouvrier en cas de maladie, et la certitude donnée aux vieillards que la nation ne les laissera pas mourir de faim lorsqu’ils ne pourront plus travailler. Tout de suite. Marche exige un décret tout de suite.
 
Une discussion s’engage, ce qui est déjà excellent ; chacun remontre au mécanicien que sa conduite choque les usages ; que les problèmes soulevés par cette requête sont plus complexes infiniment que ne le suppose un jeune cœur, noble certes mais ignorant ; qu’il faut s’en remettre aux compétences ; que des enquêtes sont nécessaires ; que le Gouvernement Provisoire connaît de près la détresse du prolétariat et saura y porter remède. […]
 
Marche est buté. Il ne bouge pas d’une ligne, pas plus au propre qu’au figuré ; il ne s’en ira pas sans que l’on n’ait rédigé, devant lui, et à l’instant, le décret qui garantit aux prolétaires le droit à la vie. Le gouvernement ne parvient pas à faire taire l’obstiné. Lamartine, tout au début, a essayé d’un discours, et Marche a été parfaitement incivil : « Assez de phrases comme ça ! » Un coup de crosse par terre a ponctué cette grossièreté, coupant court aux images séductrices.
 
Il faut tout de même absolument découvrir une issue. Lamartine, qui s’était assis pendant les efforts successifs de ses collègues, se lève, fait le tour de la table, s’approche de Marche qu’il domine de toute la tête et lui met, d’un geste affectueux et viril, comme pour une conversation d’homme à homme, la main sur le bras. Marche sursaute, recule, et cherche à dégager son bras ; mais Lamartine le tient fortement, entre ses doigts et sa paume, fortement, doucement, comme un enfant, ou un malade, ou une femme. C’est fini. Le petit Marche n’est pas de taille. Il a réussi tout à l’heure à empêcher de couler les paroles savantes et belles contre lesquelles il savait bien qu’il serait sans défense. Son unique recours était dans le refus d’entendre. Lamartine lui parle comme à un camarade dont il partage tous les vœux, mais qu’il veut éclairer sur les vrais moyens, les seuls vrais moyens d’arriver au but ; et Marche a lâché son fusil. Il est pris dans un tourbillon où la confiance se mêle au soupçon, et à l’espérance enivrée et à la rage. Il pleure, sans comprendre lui-même au juste d’où lui vient ce flot de larmes qu’il est impuissant à retenir et qui lui fait honte.

L’occasion est manquée.
Les lions sont domptés avec des phrases.
Le « droit au travail », l’ « organisation du travail », attendront encore des décennies.

Où le lire ?

Plus besoin de s’enfermer dans les archives des bibliothèques.
Les éditions Utovie republient toute l’œuvre d’Henri Guillemin : La Tragédie de 1848 est ainsi reparue sous le titre La première résurrection de la république (39 €, c’est cher, mais ça vaut éminemment le détour, et sinon faites-le acheter par vos biblios).
Le site est là, pour consulter le catalogue : www.utovie.com
Mais vous pouvez toujours commander chez votre libraire indépendant

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 1er juillet 2015 à 18:22, par sinnaz En réponse à : Lire Guillemin !

    Bonjour,
    Je confirme, j’ai osé et je ne regrette pas. Je suis loin d’avoir terminé le pavé de 1848 mais quelle histoire ! le narrateur est aussi passionnant qu’un bon écrivain de polar avec un luxe de détails qui nous font croire « que nous y sommes ».
    Seul petit bémol sur la maison d’édition, je suis passé par mon libraire et il a eu les pires difficultés (délai d’attente 3 semaines) à être entendu malgré l’encaissement de son chèque illico...avec aucunes excuses sur le retard ; je ne fais que rapporter ses dires et je le crois.
    Bonne continuation et merci pour tout.Salut l’épique équipe qui pique.

  • Le 28 juin 2015 à 22:55, par Claude Corteville En réponse à : Lire Guillemin !

    Merci pour cet article. C’est vrai, il faut écouter Henri Guillemin. Et plus encore, il faut le lire.

  • Le 27 juin 2015 à 07:30, par hug’z En réponse à : Lire Guillemin !

    Mouais j’ai l’impréssion de lire un adepte de la modération politique.
    Va falloir m’expliquer en quoi la révolution Fr n’était pas une révolution provoquée par la bourgeoisie, au bénéfice de la bourgeoisie..
    Je ne sais pas si c’etait mieux ou pire après pour le peuple, mais en tout cas il semblerait qu’on nous ait décrit de façon exagérée l’avant révolution. Lire dupuis-déry peut éclairer sur le sujet..
    Fakir n’est décidément pas subversif, plus le temps passe plus je finis par le penser.. (Bon, en même temps dès qu’on a besoin d’argent pour faire des articles, dans une société marchande, donc capitaliste, ce n’est de fait pas subversif me dira-t-on, mais quand même)

    Enfin, c’est sacrèment gouflé n’empêche, guillemin n’a écrit que deux bouquins sur le Revolution FR, qui sont sortis récemment, et ce sont des retranscriptions de conférences non filmées je crois.
    Donc, snober les conférences me parait SACREMENT gonflé.. elitiste, clairement, mais un peu présomptueux surtout. (comme tout elitiste me dira-t-on)

    Ps : il me semble que guillemin était tout sauf élitiste et très critique envers les puissants (donc les riches, dans un systeme marchant encore une fois). Il me parait plus qu’évident que guillemin n’était pas ’’modéré" à ce sujet, même plutot radical.
    C’est que j’ai l’impression qu’avec cet article vous avez essayé de le « pacifier », alors qu’il remet en cause bcp de choses de la version officiel.

    Je termine en ajoutant un lien vers l’article de Chollet sur la modération politique, une vertu ? http://www.laviedesidees.fr/La-moderation-politique-une-vertu.html

  • Le 27 juin 2015 à 02:40, par Pastèque En réponse à : Lire Guillemin !

    Super de faire connaître Henri Guillemin ! ses conférences sont très intéressantes. surtout rousseau, robespierre, la Commune de Paris en 1871, la période 1870-1914 absolument pas connue et pourtant..
    comme le dit daniel mermet, tant que les lapins n’auront pas d’historiens, l’histoire sera racontée par les chasseurs !

    Henri Guillemin + Howard Zinn c’est un bon combo pour résister à la domination bourgeoise !!

  • Le 26 juin 2015 à 23:46, par Guillemin En réponse à : Lire Guillemin !

    Bonjour,
    Je vous trouve quelque peu sévère, et en effet malheureusement élitiste. S’il est un lieu commun que celui d’affirmer que les gens ne lisent plus, bien que cette assertion ne tienne compte selon moi ni de la constatation statistique ni d’une étude qualitative des ouvrages parcourus, il me semble du reste qu’écouter Henri Guillemin plutôt que de le lire est toujours préférable à ne pas le connaître du tout, et qu’à tout prendre je préfère mon prochain tenant l’histoire de France de ce conteur fabuleux à mon prochain ne tenant rien du tout ci ce n’est quelques dates sans significations. N’étant pas moi même un grand lecteur, je le confesse et le regrette, j’ai decouvert Guillemin au détour d’une vidéo Youtube et ai entrepris de toutes les regarder. Je les ai télechargées, et les ai écoutées à maintes reprises en voiture, dans le métro, ou en faisant le ménage. J’ai adoré, vénéré sa diction et son phrasé, cet emploi précis du subjonctif sans lequel la langue française serait bien vide, son humour, sa tandresse et ses emportements. Et il me semble que si Guillemin est à vos yeux un grands écrivains, il n’est pas désolant au contraire, de se satisfaire pleinement de ses qualités de narrateur. Je compte lire Guillemin très vite, rassurez-vous, surtout lorsque une librairie l’aura en stock, et approfondirai alors ma connaissance trop imprécise de l’histoire de France. J’aurai j’en suis certain, un immense plaisir à le lire, mais suis tout aussi certain que jamais je n’aurais eu ce plaisir, ou du moins pas si tôt, si Internet et la télévision suisse ne me l’avais permis. Aussi je vous accuse, avec bien entendu tout l’amitié que je réserve à un admirateur de ce grand monsieur, d’entamer ici un débat d’initié et de quelque peu malmener ceux qui n’ont pas pris Guillemin par le bon bout. Enfin, peut être devriez-vous y penser, certains, lorsqu’ils marchent, téléphonent, écoutent pour la 100e fois le même morceaux de musique ou pour la première fois la 100e chanson éphémère d’un prolifique label. D’autres rêvent et d’autres encore, ne font rien d’autre que marcher. Or puisque jusqu’à preuve du contraire l’on ne peut guère lire en marchant, ou même en conduisant, ou même parfois dans les transports tant on y est confiné jusqu’à l’écrasement, peut être faudrait-il au contraire préconiser aux heures perdues pour la lecture, ce passe temps instructifs et jousissif qui est d’écouter, des jours durant, Henri Guillemin. Je ne doute pas un seul instant que ses futurs lecteurs seront avant tout ses actuels auditeurs.

    Sinon je suis d’accord, il ecrit pas mal :)

0 | 5 | 10