Le plan de bataille des marchés : la vidéo

par François Ruffin 18/04/2012

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

« Tromper le peuple français » et casser le « fameux CDI ». Voilà le plan de bataille des marchés en cas de victoire de François Hollande. Nicolas Doisy, « chief economist » du « premier broker indépendant en actions européennes » nous le révèle en exclusivité.

Une coproduction la-bas-si-j’y-suis, Fakir et Les Mutins de Pangée.

voir aussi en ligne :

Le plan de bataille des marchés : traduction de la note

Le plan de bataille des marchés : entretien avec le stratège

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 20 mai 2012 à 13:36, par Elvis En réponse à : Le plan de bataille des marchés : la vidéo

    Un peu dommage qu’il semble frileux sur le terme « tromper » : ça lui semble trop fort parce que les marchés ne s’embarrassent pas de finasseries et parlent de façon directe. Et bien, la démocratie (entendre le peuple) aussi ! « Tromper » ou pas, c’est une manipulation des consciences qui est mise en oeuvre, partout où il y a des élus. Il faut en finir vite fait avec l’UE et toutes ces instances illégitimes (et notamment les gouvernements).
    Elvis

  • Le 11 mai 2012 à 16:20, par saratogagy En réponse à : Le plan de bataille des marchés : la vidéo

    Tom.

    Ne serions-nous pas déjà en guerre avec l’Afghanistan ? La plupart des pays européens ne sont ils pas en guerre avec l’Irak ? L’UE ne s’interesserait-elle pas à l’Iran tout comme les USA ? Quid de la Lybie ou de la Syrie ?

    Tu me rétorqueras, oui mais ces conflits larvés ou à venir ne se situe pas sur notre continent.
    Et la Bosnie, le Kosovo ou la Macédoine non plus ?

    Est-ce que ce ne serait pas la politique de dissuasion et/ou le traumatisme de la seconde guerre mondiale qui ne nous empêcherait de pointer des armes létales contre nos voisins ?

    Et puis la guerre économique ne charrierait-elle pas aussi son lots de morts inutiles (souvenez-vous de France-Télécom) ? Maintenant les pays riches sont tellement puissants militairement qu’ils hésitent à employer des armes létales mais utilisent des outils plus subtils ; l’information et la désinformation en font partie. La dette est une arme, tout comme l’idée de banqueroute des états.

    N’est ce pas Daniel Cohn-Benditt ou Cécile Duflot fervents défenseurs de l’union européenne qui préconise que la France cède son siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU ?

    Savez-vous ce qui se serait produit si cela avez été le cas lors de l’envoi de la guerre du golfe II ? Villepin n’aurait jamais pu prononcer son discours à NewYork ; ni Chirac d’empêcher que la France entre en conflit dans une guerre engagée sous des prétextes fallacieux.
    Mitterrand aurait-il pu intelligemment secourir le Tchad en évitant justement la guerre à son époque, avec l’Europe d’aujourd’hui ?

    J’ai bien peur que l’union européenne nous aspire toujours plus dans une logique martiale inspiré du choc des civilisations promus par l’auteur américain Huttington.
    Et le fait de voter à gauche ou à droite ne vous fait nullement décider ni du vote des députés européens étrangers ni de la politique extérieure européenne ou euro-atlantiste.

    L’Union Européenne ne serait-elle pas conçus ainsi, comme un ensemble toujours plus ingérable à l’intérieur mais avec un fédérateur à l’extérieur. Et donc cette belle idée une utopie dangereuse comme l’avait été l’URSS avant elle ?

    En tout cas j’invite tout à chacun au comparatif entre les promesses des promoteurs de l’Europe et les résultats effectifs.
    N’oubliez pas qui a libéralisé l’économie en Allemagne et en Angleterre ; Shroder et Blair 2 socialistes. Surtout n’oubliez pas.

  • Le 5 mai 2012 à 16:22, par Claude LEC En réponse à : Le plan de bataille des marchés : la vidéo

    Je me pose une question : qui étai(en)t dans le bureau ? Il regarde plusieurs fois en dehors du champs de François, derrière sur SA droite et quelquefois carrément à droite en particulier quand il dit « vous m’emmenez où ? ». On a l’impression qu’il demande l’accord ou l’approbation ou la désaprobation de quelqu’un comme à l’époque des entretiens avec des gens de l’est jamais seul en entretiens.
    J’en profite pour dire que nous aurions dû proposer un programme politique. Avec tous les lecteurs de Fakir, je pense que certains ont des idées. On critique mais il aurai peut être fallu faire un vrai programme. Une idée comme ça. Moi je ne suis pas capable de mettre mes idées par écrit.
    Claude

  • Le 4 mai 2012 à 13:42, par Les journalistes sont de gauche En réponse à : Le plan de bataille des marchés : la vidéo

    Ca fait plusieurs jours qu’on nous mattraque avec la victoire de F. Hollande. Je donne un exemple sur une autre radio qui m’a poussé à écouter Europe 1 depuis ce matin : Avec RTL, M. Aphatie a recu tout miel tout sucre M. Hollande ce matin il le caraissait dans le sens du poil, On connait grace à lui la marque de ses yaourt et qu’il fait ses courses. Est ce que ceci veut dire informer. FH ne savait pas que les journalistes le suivaient : C’est prendre les gens ^pour des imbéciles. Sur la mm radio hier avec M. Berne un comique a critiqué d’une manière vulgaire et méchante NS le soir stoujours sur la meme radio à 19 avec PPDA et d’autre FH déjà président et des commentaires qui tue NS. Merci grâce à RTL je voterai NS et j’écouterai Europe 1.

  • Le 23 avril 2012 à 18:07, par RobertDuvall En réponse à : Le plan de bataille des marchés : la vidéo

    Après l’écoute de cet article, nous ne pouvons qu’être révolté et dire que l’histoire montre que le peuple n’est pas uniquement constitué de moutons.

    Il est évident qu’en égorgeant ceux qui construisent les richesses par le travail, on assistera à une réaction qui ne fera pas que des heureux. Les marché financiers pensent dominer le monde car nos dirigeants laissent faire, mais ils se trompent, la colère, si elle ne s’exprime pas par les urnes, elle le fera par les armes ou la révolution.

    Notre passé est jonché de révolutions et de révoltes (1936, 1968 pour ne citer que les plus récentes), le capitalisme actuel n’existe que depuis quelques dizaines d’années, et comme tout système défaillant, il donnera place à autre chose, car tant que les hommes mourront, les systèmes changeront.

    Mon expérience de plus de 20 ans dans le système bancaire me fait croire que ce modèle est très proche de l’implosion et ne tient plus que par le mensonge... prenons rendez-vous avec l’histoire !

0 | 5 | 10 | 15