Nuit rouge : le 31 mars, on ne rentre pas chez nous !

par L’équipe de Fakir 07/03/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Vous avez bien ri et applaudi à Merci patron ! Super. Mais ce film, c’est un élan, il est fait pour qu’on décolle nos derrières des fauteuils, pour qu’on se dresse avec espoir et colère.

Alors voilà : le mercredi 9 mars, on vous propose d’être dans les cortèges et de distribuer ce tract.
Pour préparer le jeudi 31 mars.
Et que, ce jour-là, au-delà de la manif, on essaie ensemble quelque chose.

Imprimez-le.
Diffusez-le dans votre ville.
Envoyez-nous des photos.

Sans vous, on ne peut rien. Avec vous, on peut beaucoup.
Et c’est pour ça qu’à la fin, c’est nous qu’on va gagner !

François Ruffin et toute l’équipe de Fakir.

PDF - 1.4 Mo
Nuit rouge : le tract

Le jeudi 31 mars : On ne rentre pas chez nous !

On a décidé ça, avec des nanas de la CGT et des gars de Solidaires, avec des intermittents et précaires, avec des lycéens et des étudiants, un collectif informel, mais avec quand même un millier de présents à la Bourse du travail :
le jeudi 31 mars, on participe à la manif nationale à Paris. Mais après le défilé, on ne rentre pas chez nous. On occupe une place, un lieu, on verra bien où. On fait une projection géante de Merci patron !, à rigoler tous en chœur. On se fait des concerts pour la bonne humeur. Et aussi, surtout : on cause. On essaie d’inventer un truc, un point de fixation des espoirs et des luttes.
Donc, vous prévoyez le sac de couchage et le bonnet !

Patrons malpolis : jamais un « Merci ! »

Quoi de neuf avec la loi El Khomri ? Rien : voilà trente ans que, d’un gouvernement à l’autre, ils répètent les mêmes recettes. Voilà trente ans qu’ils demandent aux salariés, et jamais au capital, de « s’adapter », de se « moderniser ». Voilà trente ans qu’ils flexibilisent, compétitivent, précarisent, tempartiellisent, allègefillonisent, ANIsent, CICEisent, etc. Avec quoi, pour résultat ? Un chômage toujours plus de masse. Et des patrons malpolis, qui ne disent jamais « merci » !
Au-delà de la dernière contre-réforme, c’est à toute cette histoire qu’il faut tourner la page.
La « gauche de droite », ça suffit.

Le samedi 12 mars : Merci patron !, la suite

Ce samedi 12 mars se tient à Amiens « le réveil des betteraves », avec la Compagnie Jolie Môme, l’Arrache fanfare, les Sapag, Frédéric Lordon (économiste) et Mickaël Wamen (délégué CGT de Goodyear).
François Ruffin (rédac’chef de Fakir) viendra y raconter la suite, pas montrée sur grand écran, de Merci patron ! : « Bernard, ses barbouzes et moi ».
Et ensemble, on viendra imaginer une suite à Merci patron ! : qu’est-ce qu’on peut faire ensemble, maintenant ?

Sans vous, on ne peut rien. Avec vous, on peut beaucoup.
Et c’est pour ça qu’à la fin, c’est nous qu’on va gagner !

Rouges et verts : tous ensemble !

Le Code du Travail et la pollution, les Goodyear et Notre-Dame-des-Landes, c’est un seul et même combat : contre l’oligarchie.
Comme on l’écrivait y a une paire d’années :

On le sait, désormais : ils iront jusqu’au bout. Ils raseront les forêts. Ils videront les mers des thons, des baleines, des sardines. Ils pressureront les roches. Ils feront fondre les pôles. Ils noirciront l’Alaska. Ils réchaufferont l’atmosphère jusqu’à ébullition. Ils nous vendront un air coté en Bourse. Ils affameront des continents. Ils sauveront les banques avec nos retraites. Ils solderont les routes, les îles, les jardins publics au plus offrant. Ils spéculeront sur nos maisons, notre santé, notre éducation. Ils mettront, à force de stress, la moitié des travailleurs sous antidépresseurs – et l’autre moitié au chômage. Ils lèveront des impôts sur nos égouts, nos chaussettes, notre haleine – plutôt que de toucher à leurs bénéfices. Le doute n’est plus permis : qu’on les laisse faire, et tout ça ils le feront. Voilà leur programme pour ne rien changer, ou si peu. Pour préserver leurs privilèges, leurs dividendes, leurs jets privés, leurs allers-retours en classes affaires. Pour se bâtir des ghettos sociaux, sécuritaires, climatiques – où les plus riches de nos enfants, les plus serviles, les plus laquais, seront admis en leur compagnie.

Mais les laissera-t-on faire ?

Depuis les cavernes…

Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France, a vu sa fortune augmenter de 9,27 milliards d’euros en 2015. C’est comme s’il gagnait 10 000 € par minute ! Les ouvrières de Poix-du-Nord (59), qui fabriquaient les costumes Kenzo, étaient payées au Smic, soit – environ – 20 000 € par an (avec les cotisations retraites, chômage, etc.). En une année de travail, elles touchaient l’équivalent de deux minutes de leur PDG ! Et il aurait fallu qu’elles cousent 463 500 ans pour accumuler autant que Bernard Arnault en douze mois. C’est-à-dire depuis l’âge du feu ! Depuis que l’ « homo erectus » a commencé à se redresser !
Ça paraît déjà hallucinant.
Mais le plus drôle, et le plus tragique, c’est que le salaire des ouvrières de Poix-du-Nord est trop élevé ! Leur usine a délocalisé en Pologne, et maintenant en Bulgarie !Et les médias, les économistes, nous le répètent tous les matins, sans humour, qu’en France « les salaires sont trop élevés » ! Nos salaires à nous, pas ceux des grands patrons...

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 8 avril à 13:28, par Xavier ROULOT En réponse à : Nuit rouge : le 31 mars, on ne rentre pas chez nous !

    Bravo pour ce film ! Ça fait plaisir de voir qu’il y encore des « VRAIS » journalistes qui veulent se battre contre l’oligarchie qui nous dirige.
    Rendons le pouvoir au peuple !
    ...et que son travail et sa dure labeur soient reconnus et récompensés pas uniquement avec les miettes qu’on leur jette à la figure alors que les actionnaires (fainéants mais avec beaucoup d’argent) se gavent toujours plus et arrosent tout leurs copains politiques et banquiers pour rester maître du jeu.
    Tous ensemble pour que la plus grande arnaque de l’humanité cesse ENFIN !

  • Le 31 mars à 12:21, par collectif MLQ (Martine Lutteuse Queen) En réponse à : Nuit rouge : le 31 mars, on ne rentre pas chez nous !

    Oui,le Collectif MLQ sera présent à l’occupation de la Place de la République et se mêlera de ce qui le regarde et regardera ce qui se démêlera...

    MLQ lance une pétition en faveur de la déchéance d’identité de gauche des gens qui nous gouvernent.
    Le lien pour signer :
    https://www.change.org/p/peuple-de-gauche-et-au-del%C3%A0-usurpation-d-identite?recruiter=519076139&utm_source=share_for_starters&utm_medium=copyLink

    Merci Fakir !!!!!

  • Le 30 mars à 13:00, par Pourpre l’Orchidée En réponse à : Nuit rouge : le 31 mars, on ne rentre pas chez nous !

    Salut nous tous, où sera le rendez vous s’il vous plait ? possibilité que je laisse mes coordonnées si besoin, pas mal de choses à préparer. Merci d’avance ...

  • Le 27 mars à 15:01, par François Nora En réponse à : Nuit rouge : le 31 mars, on ne rentre pas chez nous !

    Arrêtons de parler et agissons !
    Posons un calendrier sur 3 ans pour se retrouver à 10 millions dans la rue pour dire stop le 14 juillet 2019 ,
    Des objectifs lourds ça se construit pas a pas et non sur du sporadique !!
    El pueblo unido jamas sera vincido !
    Hasta pronto !

  • Le 26 mars à 20:58, par Hervé En réponse à : Nuit rouge : le 31 mars, on ne rentre pas chez nous !

    Allez, faisons pas dans la légèreté ni la grandiloquence, soyons modestes et humbles. Faisons comme les gentils immortels qui nous offrent de beaux métiers en CDD, et ce malgré le coût du travail et les surcharges sociales. Faisons comme ces adorables vampires qui nous font l’honneur de nous laisser bâtir de beaux châteaux, et ce uniquement pour le plaisir des touristes du futur qui s’ennuieront le dimanche par la faute d’un fonctionnaire tatillon et un code du travail perfide et inutile, Donc, soyons simples, et disons les choses comme elles sont : il y aura un avant et après « Merci Patron ». Et c’est moi, sinistre mortel fonctionnaire et tatillon, qui vous le dis !

0 | 5 | 10 | 15 | 20