Merci Myriam - Episode 2

par L’équipe de Fakir 14/03/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Merci patron ! retourne au ministère du Travail, avec Frédéric Lordon en guest-star.

Merci patron ! retourne au ministère du Travail avec notre petite question : y a-t-il un truc de prévu, dans la loi El Khomri, pour qu’une entreprise ne délocalise pas de France vers la Pologne, puis vers la Bulgarie ?

Mais c’est pas simple d’obtenir une réponse...

L’accueil est charmant, dans le hall, mais la com’ est verrouillée.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 14 mars à 20:03, par Bubu En réponse à : Merci Myriam - Episode 2

    On lâche rien !!!

  • Le 14 mars à 14:15, par Michéle Guellier En réponse à : Merci Myriam - Episode 2

    Bonjour, En lisant ces articles et d’autres, je me disais qu’un sujet dont on n’entend peu parler (même chez vous, mais je ne suis qu’une récente abonnée), ne semble pas pris en compte, anticipé (sic) par les pouvoirs publics, c’est que le chomage contre lequel ils voudraient nous faire croire qu’ils luttent a une belle envolée devant lui :
    Des études qui semblent sérieuses ? (et on le voit bien venir) prédisent qu’en 2020, demain donc, on aura encore perdu 5 millions d’emploi avec la robotisation (7 - 2 créés pour ces mêmes robots).
    Ajouter à cela qu’il n’est sans doute pas prévu que les robots cotisent à la sécu et on va où ?

    Ce n’est donc pas sur la virgule du chiffre du chomage qu’ils devraient se crisper, ou faire semblant, ni évidemment offrir toutes ces fleurs aux grands patrons, mais bien réfléchir à une nouvelle solution. Genre 25-30h de travail pour tous... non ?
    Ou bien peut-on s’attendre, -espérer tout en la redoutant- une « révolte », mais aussi l’aggravation des violences face à la poursuite de la montée des inégalités ?
    C’est quand que le « progrès » va finir par nous rendre plus heureux ? C’est ce qu’on disait durant les 30 « glorieuses », mais là on va bientôt fêter les 40 « merdeuses » !

    Sinon merci pour ce que vous faites, ça fait du bien de se retrouver qq part...
    PS/ Où peut on lire les commentaires comme celui que je tente d’écrire en ce moment ?