Mais qui est M. Bigard ?

par Baptiste Lefevre, François Ruffin 29/09/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

La direction du groupe vient d’annoncer la fermeture du site d’Ailly-sur-Somme, à deux pas de chez nous. Mais c’est qui, Jean-Claude Bigard, son presque unique actionnaire ?

D’après le classement Challenges, Jean-Paul Bigard est la 166e fortune française. Il a grimpé de quatre places au palmarès, avec des richesses en hausse – qui atteignent les 400 millions d’€. D’après le magazine : « Ce Breton de 66 ans contrôle, avec sa famille, 90 % du n°3 européen de la viande (chiffre d’affaires estimé : 4,3 milliards d’€) ainsi que les marques Charal et Socopa. » À noter également que, en infraction à la loi, en toute illégalité : « Il ne publie pas ses comptes. » Difficile, donc, sur la dernière année, d’évaluer les bénéfices, qui s’élèvent sans doute à plus de cent millions.

Des aides à la pelle
En 2014, le groupe Bigard a touché 32 millions d’€ d’aides de l’État ! À la fois en Crédit impôt compétitivité emploi (inventé par la gauche, Hollande) et en allègements sur les bas salaires (créés par la droite, Fillon).
Ces aides, distribuées aux multinationales, ne sont absolument pas conditionnées à des créations d’emplois, à des clauses sociales, ou à des exigences environnementales.

À Ailly-sur-Somme
En 2007, le site d’Ailly comptait 323 salariés. Contre près de trois fois moins, 123 officiellement, en 2015 (voir : tableau des effectifs du site d’Ailly ci-dessous). Il est clair que Bigard n’a racheté cette usine que pour mieux la fermer.
Sans le dire, jusqu’ici.
Assurant au contraire, en mentant, que l’activité serait maintenue, etc.
Cet abandon par le groupe a produit un malaise chez les salariés, qui percevaient bien l’absence d’avenir. D’où des dépressions, des ruptures conventionnelles, des démissions, des absences pour maladies, etc., qui ont permis à Bigard de dégraisser les effectifs sans « plans sociaux », sans avoir à payer.

Santé
Dans un rapport d’expertise pour le CHSCT, le cabinet Emergences relevait ainsi des « troubles du sommeil, de la tension, de l’anxiété, de la morbidité, irritabilité. »
Et d’offrir des témoignages :
« Je suis suivi par un psychologue. Ma vie familiale est détruite, et puis la santé... Je n’ai plus de sommeil. »
« Je fais de la tension, avant je n’avais pas de tension. J’ai du mal à dormir plus qu’avant, je me réveille en pleine nuit. Trois à quatre fois. »
Jusqu’à cet échange en CHSCT :

Un syndicaliste : Comment se fait-il que des salariés sont à deux doigts du suicide ?
Le directeur : On n’est pas là pour régler les problèmes de santé des uns et des autres.

Voilà qui en dit sur les valeurs d’humanisme du groupe…

Éleveurs
À Fakir, on avait déjà croisé Bigard sur un autre dossier : la crise du porc.
Bigard était le groupe qui tirait le plus les prix vers le bas, poussant des agriculteurs à la faillite ou pire. Eux évoquaient « le retour à un système féodal »
Comme quoi, y a pas que les ouvriers à en souffrir.

Notre point de vue
Bigard a très largement les moyens de payer, de payer pas seulement pour la fermeture aujourd’hui mais pour les années de souffrance et de silence.
Par exemple, on pourrait exiger que soient reprises toutes les aides accordées par l’État. Une trentaine de millions, divisé par 94 salariés licenciés, soit aux alentours de 300 000 € par personne !

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 4 décembre à 19:38, par Steven En réponse à : Mais qui est M. Bigard ?

    @Baudry : faux !

    Une société n’a pas besoin d’être côtée en bourse pour être soumise à la publication de ses comptes annuels.

    L’obligation légale de dépôt des comptes annuels au greffe du Tribunal de commerce concerne quasiment toutes les formes d’entreprises sans distinction. SA non cotée comprise !

    (source : https://www.infogreffe.fr/informations-et-dossiers-entreprises/dossiers-thematiques/vie-de-entreprise/depot-des-comptes-sociaux.html)

  • Le 2 octobre à 14:45, par Baudry En réponse à : Mais qui est M. Bigard ?

    À noter également que, en infraction à la loi, en toute illégalité : « Il ne publie pas ses comptes. »

    Faux : le groupe Bigard n’est pas coté en bourse

    "Code de commerce

    Partie législative
    LIVRE II : Des sociétés commerciales et des groupements d’intérêt économique.
    TITRE II : Dispositions particulières aux diverses sociétés commerciales.
    Chapitre V : Des sociétés anonymes.
    Section 2 : De la direction et de l’administration des sociétés anonymes.
    Sous-section 2 : Du directoire et du conseil de surveillance.

    Article L225-68

    Modifié par LOI n°2011-103 du 27 janvier 2011 - art. 2

    Le conseil de surveillance exerce le contrôle permanent de la gestion de la société par le directoire.

    Une fois par trimestre au moins le directoire présente un rapport au conseil de surveillance.

    Le conseil de surveillance présente à l’assemblée générale prévue à l’article L. 225-100 ses observations sur le rapport du directoire ainsi que sur les comptes de l’exercice.

    Société coté en bourse :
    Dans les sociétés dont les titres financiers sont admis aux négociations sur un marché réglementé, le président du conseil de surveillance rend compte, dans un rapport joint ...

    Le rapport prévu au septième alinéa du présent article est approuvé par le conseil de surveillance et est rendu public."

  • Le 1er octobre à 20:06, par Lebrethon Françoise En réponse à : Mais qui est M. Bigard ?

    Je reste persuadée que la loi dite « travail » n’est là que pour entériner des pratiques largement présentes dans les relations sociales en entreprises. Il y a « belle lurette » que chacun des salariés est face à face avec l’employeur. La violence faite aux militants syndicaux n’est pas un hasard, mais juste pour rappeler que le patron est le maître, puisque la justice sanctionne les vilains trouble fête.
    Mais ne nous démobilisons pas, si nous perdons le moral, eux se sentirons encore plus « légitimes » dans leur attitude.
    Les grosses fortunes gonflent au fur et à mesure que nos revenus baissent, nous les petits, les sans dents.
    C’est la preuve qu’il y a de l’argent : c’est juste une question de distribution équitable.
    Merci pour vos reportages toujours bien ficelés.

  • Le 29 septembre à 13:32, par Zimmermann margarita En réponse à : Mais qui est M. Bigard ?

    Nous Connaissons ce genre de procédé. Je crois qu’on devrait finir avec cette suprématie médiévale des patrons qui se croient tout permis. ÉT qui peuvent « acheter » beaucoup des personnes impliqués.
    Il faudrait se battre.

  • Le 29 septembre à 12:45, par Guignet En réponse à : Mais qui est M. Bigard ?

    Ex salarié et délégué syndical de MoryDucros, plus gros plan social du quiquennat de simplet, je pense qu’à force de mettre les salariés dans le désarroi le plus complet, les grands patrons devraient se méfier ! Des groupes, type action direct ou les brigades rouges pourraient ressurgir ! Je ne suis pas pour la violence, mais je peux comprendre ceux qui la prône, car la fermeture d’un site ou d’une entreprise est d’une violence inouïe pour les salariés surtout quand l’actionnaire s’engraisse au passage !