Macron nous a tuer (1/3)

par François Ruffin 05/12/2016 paru dans le Fakir n°(77) septembre-octobre 2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

C’est juste une entreprise qui fabrique des barquettes en alu, à Saint‑Vincent‑de‑Mercuze (38). Mais ça raconte la France. Son élite en faillite. Son ministre qui parade. Ses contre-réformes. Ses tribunaux de commerce. Son peuple abandonné.

Monsieur le ministre (puisque le titre reste, il paraît),
Sur le retour des vacances, c’était pas vraiment sur mon chemin, mais bon, j’ai fait le détour : je suis passé par Saint‑Vincent‑de‑Mercuze, en Isère, dans la vallée du Grésivaudan. On était le 13 août, un samedi. Y avait un soleil éclatant.
Dans le village, chaleur oblige, les courts de tennis étaient déserts. Ça grouillait de
monde, en revanche, en serviettes et maillots de bain, autour de la piscine découverte. Le coin respirait le tourisme, la résidence secondaire, avec des maison stylées, moderno‑cubiques, genre architecte qui s’éclate.
J’étais perdu.
J’ai demandé mon chemin à une mamie, à l’ombre d’un pin, qui lisait un magazine de décoration : « Excusez-moi, vous sauriez où ça se trouve, Ecopla ?  » Vous devez connaître ce nom, vous. Vous avez reçu des lettres d’une sénatrice, d’un
député, des salariés, du Conseil régional, etc.
On y reviendra.
La dame, elle, ne connaissait pas. Du coup, j’ai rappelé Christophe, Christophe Chevalier, pour qu’il me guide sur les routes de montagne. C’est le délégué CGT de la boîte, et c’est un peu à cause de lui si je cuisais, aujourd’hui, au volant de mon Berlingo.
Je l’ai croisé une première fois, à la Bourse du travail de Grenoble, au printemps 2012, après un débat sur le protectionnisme. Il s’est lancé dans les aléas de son entreprise, vendue et revendue, bouffée par des fonds d’investissement américains, par des banques anglaises, et maintenant aux mains d’un actionnaire
sino-australien, surnommé « le Chinois  ».
ça me saoulait un peu.
J’étais fatigué.
Et c’est toujours la même histoire, le même bazar
financier, ça lasse. J’aurais préféré une bonne blague de cul, ou sur les blondes, ou sur les Suisses vu la proximité.

« Mais toi, ça fait longtemps que t’es syndicaliste ?
— Oh non, c’est tout récent.
— Et comment ça t’est venu ?
— Y a deux ans. Ils avaient installé une caméra, dans le coin pause, devant la machine à café. C’était pour nous surveiller, ça devenait la dictature. Moi, ils m’ont collé une mise à pied, soi-disant parce que j’avais pris dix minutes de repos en trop. Les collègues ont trouvé ça injuste, ils ont fait huit heures de grève, toute une équipe. Quand je suis revenu, j’avais les larmes aux yeux. À mon retour, le chef d’atelier m’a hurlé dessus, à cause d’une presse arrêtée, une cale de sécurité la bloquait, et là, je ne lui ai pas répondu. La preuve que ça n’allait pas : moi qui avais plutôt une grande gueule, je ne me défendais plus. Le médecin m’a ordonné un arrêt maladie. Un peu après, je faisais un tour à vélo, et j’attrape mal à la main, à la gorge, à la poitrine. Chez les beaux-parents, à la place du repas, je me couche, ma femme appelle le Samu
 : “On arrive. Monsieur fait un infarctus.” Ils ont posé l’hélico dans le champ en face, ils m’ont sanglé sur une civière, fallait voir la scène, avec mes enfants en pleurs autour… Je me suis rétabli. Comme je ne fumais pas, que je ne buvais pas, que je n’avais pas de cholestérol, que les tests ADN ne donnaient rien, leur diagnostic c’était : “le stress”. Et moi, j’ai traduit : “le boulot”. Et je me suis dit : “Faut que je me soigne comme ça,
en ouvrant ma gueule.” Donc, pour réagir, pour ne pas subir, j’ai décidé de me présenter aux élections, d’abord sans syndicat, et puis ensuite on a remonté la CGT. Aussitôt après, on a fait appel à un expert-comptable et c’est lui qui a découvert que six millions d’euros étaient partis en Angleterre. Ils ont sucé notre trésorerie. Ils nous ont mis dans le rouge…  »

Je l’ai croisé une seconde fois, et à nouveau à la Bourse du travail de Grenoble, en janvier 2015 (je m’en souviens bien, l’attentat de Charlie Hebdo s’était déroulé la veille). Les soucis ne s’étaient pas arrangés, au contraire :
« C’est le déclin complet. Le stock de métal diminue. Dans l’atelier, on commence à voir le bureau du fond, alors que, normalement, il est caché par des rouleaux. En juin de l’année dernière, comme le Chinois ne payait pas l’Urssaf, ça a déclenché une procédure de redressement judiciaire. Au tribunal, je me suis retrouvé tout seul au milieu des dirigeants. Ils avaient monté un business plan, complètement foireux, promettant le retour à l’équilibre, avec n’importe quoi dedans. Notre expert-comptable en rigolait, mais les juges ont accepté. »
Face au désastre annoncé, Christophe et ses camarades ne restent pas les bras ballants :
« Quand on a vu la cata, j’ai chopé le directeur et je lui ai dit : “On rachète votre entreprise en société coopérative.” Il m’a répondu “Pourquoi pas”. Donc, le soir, je me suis dit : “Faut peut-être que je regarde ce que c’est une Scop !” Je suis allé
sur le site de l’Union régionale des Scop, j’ai laissé mon numéro de téléphone, et le lendemain Meryem m’a appelé. On a fait une réunion, discuté avec les
salariés, qui devaient mettre chacun 5 à 6 000 €. On a fait venir ta soeur, pour les convaincre…
 »
(Vous connaissez ma soeur Laurence. Vous êtes allés à l’école ensemble. Je suis très fier de ma soeur.
À vrai dire, je pense qu’elle devrait occuper votre poste au gouvernement, et que c’est bien la preuve, si vous êtes passé ministre et pas elle, que le système est vicié, pourri, ça suffit pour moi à le discréditer. Enfin bon, à la place de Bercy, ou en attendant (faut pas désespérer), elle dirige la Scop Alma à Saint-Martin-d’Hères et maintenant elle préside l’Union régionale des Scop Rhône‑Alpes. Cette parenthèse publicitaire familiale refermée, je rends la parole à Christophe.)

« On a rencontré les collectivités locales, les banques. Notre commercial suivait, les clients nous soutenaient. Tout était bouclé, jugé sérieux par les partenaires. Et puis, patatras, le mois dernier, le Chinois a viré notre directeur. Il n’est plus question de vendre : “Je vais redresser la société, il nous a assurés. J’ai Ecopla dans le coeur !”, et il s’est bien tapé du poing sur la poitrine. Nous, on ne croit pas à ce miracle. On a vu du monde : le député, le commissaire au redressement, le président du tribunal de commerce, mais en gros ils font confiance au Chinois. »

Je l’ai croisé une troisième fois, encore à la Bourse du travail, en ce début
d’année 2016, pour une projection de Merci Patron ! et ça sentait la débâcle : «  Le Chinois est aux abois. Il a licencié neuf gars, nous a mis en “activité partielle”. Dans l’usine, on joue aux fléchettes, aux cartes, à la Playstation... Pour que les machines tournent, il faudrait qu’on ait du métal, mais c’est fini, il n’y a plus d’aluminium dans nos réserves. On n’a plus la trésorerie pour l’acheter. Des clients sont partis, forcément. On essaie d’alerter les pouvoirs publics, le tribunal de commerce, mais personne ne réagit.  »
Et pourtant, Christophe ne perdait pas espoir :
« On va remettre notre projet de Scop sur la table.  »
Depuis, j’ai suivi la saga à distance, via les communiqués de presse, les lettres ouvertes, les récits de ma soeur. C’est à cause d’elle, au fond, ma soeur, si je vous
embête avec Ecopla plutôt qu’avec les Sapag (dans la Somme), plutôt qu’avec Saintronic (en Charente- Maritime), plutôt qu’avec Ascométal (en Isère aussi), plutôt qu’avec… avec… avec…, parce que j’en ai des dizaines, dans ma manche, des boîtes qui, à des détails près, racontent la même histoire, la dévastation par les financiers, les salariés qui se mobilisent, les élus locaux solidaires, l’inertie des ministères. Mais bon, on va raconter Ecopla, juste Ecopla, et ça racontera les autres,
ça racontera la France : le désert industriel qui s’étend, avec la complicité de son élite de merde. Pardon, je m’emporte.
Calmement, je m’étais promis.
Objectivement.
Les faits, rien que les faits. Ensuite, on verra pour mes conclusions. Sur vous.
Sur le mépris. Sur les « réformes ».

Qu’on en revienne à ce samedi 13 août : sur le parking désert, avant d’entrer, j’enlève mon short, j’enfile jean et chemise, pour avoir l’air présentable, digne de ma noble profession. Christophe m’accueille. Mais aussi Daniel. Gilles. Pascale. Gaëtan. En plein été, je vous rappelle. Un samedi. Le week-end du 15 août.
Et ils sont là.
« D’abord, on tient à te prévenir : tu es ici dans l’illégalité. »
Voilà qui m’effraie. Dans leur salle de réunion, ils me présentent leurs produits, des moules en alu : quand vous achetez votre gâteau marbré à Lidl, par exemple, eh bien autour, y a un petit moule en alu, il est peut-être fabriqué ici. Leur fierté, c’est le RA 605, « un moule en forme de fleur, mais quand on le coupe en quatre ça fait des cœurs  ».
Ensuite, on fait le tour de l’usine, en partant du bureau d’études (qui a reçu vachement de subventions CIR et CICE pour sa Recherche et Développement, même s’il n’y a pas vraiment de recherche ni de développement) jusqu’aux machines (vieillissantes, aucun laser, rien d’informatisé, tout date des années 1980, du temps de Péchiney), mais ils tiennent quand même à me les présenter, une à une, comme de vieilles amies. On retourne enfin dans les bureaux.
C’est là que, le jour tombant dehors, ils me racontent les derniers épisodes :
« En février, d’un seul coup on s’est retrouvés en liquidation. C’était à la demande du Chinois. Jusqu’alors, on alertait dans le vide mais là, soudainement, le juge-commissaire découvrait qu’on n’avait plus que 27 000 € dans nos caisses, et plus aucune activité. Tout le monde était jeté dehors, à la rue : “Vous venez rendre les clés, vous n’avez plus de contrat.” Moi, pour mes seize ans de bons et loyaux services, j’ai perçu 10 000 €. Sachant que le Chinois s’était fait verser 80 000 € le mois d’avant…  »
Mais il en faut plus pour mettre les Ecopla raplaplas : «  On a repris le projet de Scop avec l’UR. Pendant trois mois, on n’a pas arrêté : avec Karine, on a revêtu tailleur et costume, on a pris l’avion pour faire le tour des clients : ils étaient à fond avec nous. On a fait la tournée des banques, des fournisseurs, on a recruté un “manager de transition”. On a distribué des tracts sur les marchés, collé des affiches, on est intervenus en communauté de communes, les maires s’engageaient à nos côtés. On a levé 50 000 € sur Ulule, et en tout 2,3 millions pour relancer la boutique, racheter de l’aluminium, etc. Avant le jugement, le 16 juin, on était confiants. Face à nous, y avait qu’un repreneur, notre concurrent italien, Cuki, qui se porte très mal. Ils mettaient 1,5 million sur la table, pour racheter les machines.
Eux ne gardaient aucun emploi, ne reprenaient même pas le bâtiment. ça paraissait juste une offre pour récupérer le matériel, le carnet de commandes, et surtout pour éliminer un concurrent. Les juges ne s’y tromperaient pas, on pensait. Le matin du 16 juin, toujours dans notre élan, on était en rendez‑vous à la DIRECCTE, on discutait de notre plan de formation. Juste après, on a reçu la nouvelle…
 » Car, comme vous le savez : badaboum.
Le tribunal de commerce a préféré l’offre de Cuki.
« D’après les magistrats, en procédure de liquidation, la priorité, ce sont les dettes : avec le 1,5 million des Italiens, ça paierait l’Urssaf, tandis que nous, nos 2,3 millions, c’étaient pour de l’investissement. Pour tenir compte de l’emploi, nous ont expliqué les juges et le procureur, il aurait fallu intervenir avant, avant la liquidation, en procédure de redressement. Mais bon sang, ça fait depuis 2012 qu’on tire le signal d’alarme ! Qu’on l’annonce à ces mêmes juges, à ce même procureur, que notre boîte fonce dans le mur ! On arrive même avec un projet, de Scop, tout ficelé, estimé crédible par des banquiers, sauf que pendant des mois et des mois, ces juges, ce procureur n’écoutent que le Chinois, n’ont d’yeux que pour lui, et maintenant ils nous disent : “Trop tard ! Il fallait agir avant.” Mais ce sont eux qui n’ont pas agi ! Nous on criait dans le désert !  »
Là, quand même, le 16 juin, les Ecopla sont abattus.
Démoralisés.
Leurs efforts, inutiles.
Et puis, le courage leur revient, ils repartent à l’assaut, avec des lettres ouvertes, à vous, au Premier ministre, au Président. Avec des tracts sur les marchés, encore. Avec des pétitions en ligne. Avec un appel de la décision, un avocat sur le dossier, un nouveau jugement le 5 octobre. Avec, surtout, l’occupation de leur usine, nuit et jour, malgré l’huissier, pour que les Italiens ne déménagent pas les machines.
On en est là.
***

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 6 janvier à 12:12, par Thierry En réponse à : Macron nous a tuer (1/3)

    C’est décidément toujours pareil.... Franchement, à force de se battre contre les uns et les autres, institutions, juges, appareils de direction, accointances diverses, on finit par se demander si tout ça sert vraiment à quelque chose. Pour 3 batailles gagnées, on en perd 20 ; c’est épuisant et démoralisant.

    Dans le cas présent, on retrouve ce curieux comportement des tribunaux de commerce, ces silences inexplicables, et au fond ces incompétences qui profitent toujours auX pireS. Je suis non loin de St Vincent de Mercuze, j’ai un peu suivi cette affaire et le résultat est sans surprise, il faut bien le dire.

    Reste que ce sont ces « faits divers de l’entreprise » qui devraient faire les unes des médias, pour ramener un peu de réalité du terrain à la conscience du public.

    Un bonjour à François Ruffin, avec qui j’ai échangé quelques mots sur la condition de certains métiers du tertiaire lors d’une rencontre à la Bourse du Travail de Grenoble.

  • Le 19 décembre 2016 à 19:01, par Bona En réponse à : Macron nous a tuer (1/3)

    Peut-être que les ecopla pourraient innover en inventant la collecte et le recyclage des emballages en alu après usage ?
    Voir que la braderie de Lille fout à la poubelle toutes ces soupières à moules n’ayant servi qu’une fois, ça me rend ma-la-de.

  • Le 14 décembre 2016 à 10:20, par Lau En réponse à : Macron nous a tuer (1/3)

    Bonjour,
    Cette histoire est bien triste, et ce qui l’est encore plus, c’est qu’elle n’est pas isolée.
    Je voulais rentrer en France et monter ma petite entreprise, mais vraiment je ne sais si c’est le pays le plus adapté...
    Courage aux employés d’Ecopla et aux autres qui connaissent la même situation.

  • Le 10 décembre 2016 à 12:05, par Ouvrard En réponse à : Macron nous a tuer (1/3)

    Putain ! Y en a marre de ces magouilles.

  • Le 10 décembre 2016 à 09:27, par catherine marcadier En réponse à : Macron nous a tuer (1/3)

    Salut, juste un petit commentaire concernant le produit ...l’aluminium et le scandale des boues rouges....du coup j’ai un peu de mal à adhérer complètement même si le produit n’est pas le cœur de ce combat dans cette histoire. Il est par contre au cœur de bien d’autres , et je me disais que si c’était possible de créer une scop sur des emballages recyclables pour les marbrés ...ce serait une victoire sur tous les fronts
    Bon courage
    Catherine

0 | 5