Les amis du commissaire

par Vincent Bernardet 21/03/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

« Le Commissaire mangeait à la maison il y a trois semaines ». En entendant ça à la fin d’une projo, j’ai un peu flippé. Mais finalement, ça c’est bien passé.

Hier soir, projection à Cucuron, petit village du Vaucluse.
À la toute fin de ma prise de parole, après avoir longuement discuté avec les derniers, en sortant des toilettes, je me fais « bloquer » par un couple de personnes âgées.
« On a bossé pendant 13 ans à LVMH ».

Gloups.

« Marc-Antoine Jamet était mon + 1, le Commissaire est un ami. Il mangeait à la maison il y a trois semaines encore ».
Je regarde à gauche, à droite. Pas d’échappatoire. Je suis seul, tout le monde est parti. Ils sont deux. Vieux, mais deux. Coup de pied rotatif jambe droite ? Prise du cobra ? Il va falloir y aller... ils veulent ma peau, c’est sûr.

« On l’aime bien, Jean-François, vous savez. Après tout ce temps passé avec. D’ailleurs il est flouté, son nom modifié... » Ma défense est un peu lâche. Mais mes poings sont serrés au fond de mes poches. Ils n’auront pas ma peau, les bougres.
À moins que...

« On voulait vous dire bravo pour le film. Jean-François, c’est exactement lui ! Les dialogues à la Audiard, la carrure, la prestance... il est toujours comme ça ! Et Marc-Antoine Jamet, bien fait pour lui ! Il le mérite. »

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 10 juin à 00:17, par Oudrer En réponse à : Les amis du commissaire

    J’adore la formule, elle serait des Black Panthers
    « Organiser la rage »... tout un programme, que nous entretenons 24h/24 ....

  • Le 20 avril à 21:19, par Stéphane En réponse à : Les amis du commissaire

    Bravo et merci Patron !

    quelle audace et quelle légèreté !
    quel humour et quelle vérité !
    ou comment dénoncer tout en donnant envie d’avancer

    Gardez bien la tête froide face à ce succès , et l’esprit léger
    je vous soutiens
    Stéphane

  • Le 17 avril à 16:07, par POUGET En réponse à : Les amis du commissaire

    Quel film-reportage. Jouissif, « bien pensé » comme aurait dit mon beau-père. Un rayon de soleil dans le quotidien. Il devrait être obligatoire de le voir dans tous les séminaires de nos organisations professionnelles. Une nouvelle façon de mener des luttes, d’être responsable, humain et proche des autres.
    Putain, ça fait du bien.
    Continue comme ça François.

  • Le 16 avril à 21:25, par HAMEL Michel En réponse à : Les amis du commissaire

    Encore moi,

    Que faut-il faire ?
    Désobéir..
    Cela a été proposé il y a 400 ans par le copain de Montaigne, Etienne de la Boétie :
    « Soyez résolu de ne plus servir et vous serez libre ! »
    n’est-il pas temps de mettre en pratique ?
    Une autre boite à idées pour cette mise en pratique (car il y a des choses à ne pas faire, par exemple refuser de payer ses impôts...)
    à+
    Michel

  • Le 16 avril à 21:18, par HAMEL Michel En réponse à : Les amis du commissaire

    Bonsoir à toutes l’équipe,
    Je sors du cinéma le Sirius avenue Foch Le Havre, la salle n’était pas pleine mais chaleureuse. Les spectateurs ont applaudis et tout le monde à attendu la dernière image, nous avons tous lu la liste des noms...
    Bravo pour cette réalisation.
    Bien entendu on pense qu’il ne sera pas possible de reproduire le même scénario pour dénouer toute la misère qui s’étend en France, jusqu’en Grèce, via l’Espagne, le Portugal, l’Irlande et l’Islande...
    Il faut ouvrir une boite à idées pour que l’ami François et son équipe se déploient encore.
    Mais il en faudra des François et des Elise pour venir à bout du « système » et l’humaniser et le démocratiser.
    Proposition de lecture : Yanis Varoufakis « Et les faibles subissent ce qu’ils doivent ? », édifiant.
    Merci encore
    et peut-être à bientôt
    Michel

0 | 5 | 10