Laurent Binet  : « Le parti des rentiers contre les travailleurs  »

par L’équipe de Fakir 27/05/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Fakir a demandé à des intellectuels, des artistes, des auteurs, d’écrire quelques lignes sur le conflit en cours. Après Mordillat, Laurent Binet, prix Goncourt du premier roman, prix Interallié… et qui a voté Hollande dès le premier tour de la présidentielle, après avoir chroniqué sa campagne dans son livre Rien ne se passe comme prévu  !

Ceux qui désapprouvent l’action des raffineurs, des dockers et des portuaires sont les mêmes qui refusent de « payer pour la Grèce  », qui pensent que les fonctionnaires sont des privilégiés, les chômeurs des assistés et les étrangers des dangers pour la société.

Ceux-là prennent toujours le parti des rentiers contre les travailleurs, des créanciers contre les débiteurs, des propriétaires contre les locataires, des riches contre les pauvres, des dominants contre les dominés.

Soit ils sont complices par intérêt personnel soit ils se trompent parce qu’ils cherchent leurs ennemis et les responsables de leurs difficultés en dessous ou à côté d’eux au lieu de lever les yeux vers la classe des véritables privilégiés.

Intoxiqués par la propagande du gouvernement qui n’a que le « dialogue social  » à la bouche, ils ont oublié ou n’ont jamais su le sens du mot « solidarité  ». Ils devraient comprendre que les grévistes qui luttent contre la loi travail se battent pour leurs droits, leurs salaires et leurs conditions de travail (et pourquoi ne le devraient-ils pas  ?) mais aussi pour les droits de tous les salariés, les précaires, les vacataires, les chômeurs, les auto-entrepreneurs, les indépendants, les stagiaires, les apprentis, les CDD et les CDI de ce pays.

Voilà la solidarité.

Laurent Binet

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 2 juin à 07:58, par Gmily En réponse à : Laurent Binet  : « Le parti des rentiers contre les travailleurs  »

    Je pense que nous sommes arrivés au même point qu’en 1968 , en 2002 et l’arrivée de Le Pen au second tour de l’élection et l’épisode du référendum en 2005 ou l’état droite et gauche unis ont volés au peuple leur droit électoral , la politique et les politiques proposées ne veulent plus rien dire ! la méfiance dans ces hommes aux mains de la finance est grandissante . Ce week-end ont eu lieu 2 élections de députés , le PS et le PR ont remporté ces partielles avec 20% d’électeurs votants soit environ 10% pour les vainqueurs .
    Les citoyens ne croient plus dans ces hommes et ces femmes qui ne se gênent plus pour mentir , profiter et ménager leurs intérêts perso .La proximité entre le médef principal pourvoyeur d’exilés fiscaux et les élus n’est même plus cachées , les lois sur le travail dictées par Gattaz , Macron et le PR !...
    A ce rythme , dans 10 ans les patrons pourrons instaurer l’esclavage !
    Les multinationales se sont arrangées en créant de multiples entreprises pour détourner nos impôts en faisant tout les travaux très subventionnés que les entreprises public ont abandonnés .Ainsi la boucle est bouclée , le fruit de nos impôts part directement au Luxembourg sans passé par la case taxe et impôts .Le patronat n’a donc plus besoin des travailleurs la magouille et nos impôts suffisent à rentabiliser leurs actionnaires , ils peuvent donc se contenter de garder les ouvriers les plus corvéables qui acceptent leurs conditions !

  • Le 31 mai à 14:32, par Brindille En réponse à : Laurent Binet  : « Le parti des rentiers contre les travailleurs  »

    Bonjour
    « S’il y a également des fonctionnaires qui font grève, alors qu’ils ne sont pas concernés au même titre par le droit du travail que les salariés du privé », c’est aussi parce qu’ils ont des sujets de mobilisations propres à leur secteur professionnel.
    Ils profitent donc de ce mouvement social parce que chaque jour de grève est un manque à gagner et que pour se faire entendre, ils doivent se regrouper afin d’établir un rapport de force en leur faveur.

    Voilà le danger dont parlait Frédéric Lordon quand il clamait haut et fort « nous ne revendiquons rien ! » Car la fragilité de ce mouvement de contestation de la loi El Khomri tient justement à cette somme de revendications sectorielles qui viennent s’y greffer et n’en sont pas moins légitimes.

    Dès lors rien ne nous dit que la solidarité sera au rendez vous quand le gouvernement décidera de satisfaire les revendications de quelques uns pour vider les rues de leurs manifestants et conserver sa loi El Khomri.

    On verra bien à ce moment là si le mot Solidarité garde un Sens. Chaque secteur devra faire preuve de beaucoup d’abnégation pour continuer à faire grève après avoir obtenu gain de cause sur ses motifs internes. Je n’y crois pas trop... Le pouvoir de la rue a ses limites.
    La balle est du coté des frondeurs en espérant qu’ils taperont bien fort cette fois ! Mais je suis peut être un peu naïve.

  • Le 30 mai à 07:17, par Éric GIBAULT En réponse à : Laurent Binet  : « Le parti des rentiers contre les travailleurs  »

    Voter ou pas voter ? Fallait-il s’attendre à mieux avec Holllande ? Après oui je fais la même analyse
    à laquelle j’ajouterai deux mots. Lâcheté et résignation.

  • Le 29 mai à 21:53, par bruno richer En réponse à : Laurent Binet  : « Le parti des rentiers contre les travailleurs  »

    Mon cher Binet, tu passes de l’idiotie journalistique Hollande/Trierweiler à la défense de ceux qui souffrent ? Continues, tu progresses !!!

  • Le 29 mai à 21:49, par bruno richer En réponse à : Laurent Binet  : « Le parti des rentiers contre les travailleurs  »

    Mon cher Binet, tu passes de l’idiotie journalistique Hollande/Trierweiller au soutien des mecs/nanas qui souffrent ? Continue ! tu as de l’avenir. Mais à la fin, n’oublies pas : c’est nous qu’on va gagner

0 | 5 | 10 | 15