L’Insee : « Ca va mieux ! » (pour les riches)

par Baptiste Lefevre 19/11/2016 paru dans le Fakir n°(78 - en kiosque) décembre 2016 - janvier 2017

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

L’Insee vient de publier une étude sur le patrimoine des ménages. Bilan : le pays ne souffre pas trop d’un égalitarisme forcené...

L’Insee vient de rendre publique une étude sur les inégalités de patrimoine :

Les 10 % des ménages les mieux dotés en patrimoine possèdent au minimum 595 700 euros d’actifs, alors que les 10 % les plus modestes en détiennent au maximum 4 300 euros chacun, soit 139 fois moins. Les inégalités de patrimoine sont beaucoup plus marquées que celles des revenus. À titre de comparaison, en 2014, le revenu maximal des 10 % des ménages les plus modestes est 4,6 fois moins élevé que le revenu minimum des 10 % les plus aisés.

139 fois, donc.
Voilà pour la disproportion des fortunes.

En cinq ans, la différence entre les 10 % de chaque bord s’est accrue d’un tiers. Pour une raison bête : parce que les pauvres s’appauvrissent.

Le patrimoine moyen des 10 % des ménages les moins dotés, presque intégralement constitué de comptes-chèques et de livres d’épargne réglementée, a en effet fortement diminué depuis début 2010 (-30,2 %).
Leur montant est ainsi passé de 250 euros en 2010 à 150 euros en 2015 pour les comptes-chèques, et de 110 euros à 90 euros pour les livres d’épargne réglementée.

Cent euros de moins à la fin du moins, et c’est le tiers de la « fortune » qui disparait.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires