Hector est mort

par L’équipe de Fakir 22/02/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Hector est mort - Enquête, de François Ruffin, Fakir Éditions, 143 pages, 6 euros (+2€ de frais de port)

Nouvelle édition actualisée

À commander dans toutes les bonnes libraires, directement sur notre boutique ou en nous retournant un bon de commande !

Le vendredi 22 février 2002, Hector Loubota, un jeune homme d’origine congolaise, travaille sur le chantier d’insertion de la citadelle d’Amiens. D’un coup, un pan de mur s’effondre, et il meurt écrasé sous 600 kilos de pierres.

Que vient annoncer à la famille, le soir même du décès, une médiatrice de la ville d’Amiens ? « Mieux voudrait que vous ne portiez pas plainte. » L’omerta est en marche.

La justice organise alors l’injustice. Avec une instruction qui s’éternise. Avec un procureur, des substituts, des magistrats, qui négligent le dossier. Avec des élus qui mêlent l’arrogance à l’indifférence. Avec une presse locale qui se tait.

« J’ai confiance dans la justice de ce pays », déclarait le père, Bernard Loubota, au début de l’affaire. Onze années plus tard, ce n’est plus le cas. Et c’est le président du Bureau international du travail en personne, Gilles de Robien, ancien maire d’Amiens, ex-ministre, qui comparaît pour « homicide involontaire ».

Cette enquête au long cours sur un accident du travail nous mène des quartiers populaires aux coulisses des tribunaux, dépeint « le traitement social du chômage ».

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.