Ecopla : « Macron nous a tuer ! »

par L’équipe de Fakir 08/09/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Deux ans que les salariés d’Ecopla attendent une réponse de l’ex-ministre de l’Economie. Puisque Monsieur Macron ne vient pas à leur porte, ils iront à la sienne...

Avec près de cents salariés, l’entreprise Ecopla (Saint-Vincent de Mercuze, Isère) fabriquait des plats en aluminium pour les cakes, les pâtisseries industrielles.
Elle s’est fait piller sa trésorerie par une banque (Barclays), par un fonds d’investissement (Audax), par un actionnaire sino-australien (Jerry Ren). Jusqu’à la faillite.
Le concurrent italien (Cuki) vient de racheter les machines, mais il ne conservera aucun emploi.

Depuis deux ans, pourtant, les élus du département, la sénatrice communiste Annie David, le député socialiste Pierre Ribeaud, et bien sûr les salariés eux-mêmes, n’ont cessé d’alerter le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Quelles réponses leurs interpellations, par courrier ou au Parlement, ont-elles obtenu ? Aucune. Alors que son cabinet recevait l’actionnaire sino-australien, et alors que les pouvoirs publics lui accordaient une confiance aveugle, jamais les salariés n’ont obtenu une audience au ministère.

Ces salariés étaient, et restent, porteurs d’un projet de reprise crédible, avec des banques à leurs côtés, les collectivités locales, l’Union régionale des sociétés coopératives, la filière France Aluminium, leurs industriels clients fidèles. Ils ont rassemblé plus 2 millions d’€ d’investissements pour redémarrer la production, avec trente emplois maintenant, cinquante à terme. Un geste, une intervention du Ministère aurait suffi à débloquer le dossier.

Alors, Monsieur Macron, à quoi peut servir de lancer vos « marcheurs » au porte-à-porte si votre porte à vous reste fermée durant des années ? Comment prétendre à la « proximité », à l’ « immersion » dans le pays (et devant les caméras), alors que n’avez pas bougé le petit orteil pour cette entreprise ? alors que vous préférez parader à Las Vegas ?

PDF - 572.9 ko
Communique de presse

Rendez-vous :

  • Le samedi 10 septembre à 11h au stand de Fakir à la Fête de l’Huma (place Bobby Sands), pour une réunion d’information et une séance de motivation !
  • Le lundi 12 septembre, des salariés d’Ecopla (montés exprès de Grenoble dans des cars Macron) se rendront donc :
    A 9 h, le matin, au ministère de l’Economie, dans l’espoir que Messieurs Sapin et Sirugue montrent davantage de compétence que leur prédécesseur.
  • A 14 h, au siège de En marche ! dans la tour Montparnasse : puisqu’Emmanuel Macron n’est pas venu à eux, ils vont à lui.
Contacts
  • Christophe Chevalier : 06 38 13 92 23
  • Karine Salaun : 06 34 87 55 34
  • Sylvain Laporte : 06 60 45 47 30
  • François Ruffin : 06 13 36 37 08

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 19 septembre à 12:58, par cyril En réponse à : Ecopla : « Macron nous a tuer ! »

    Est-ce que sauver son emploi nous rend libre ? Je comprends qu’il faille ne pas se faire éjecter car ensuite nous sommes dans la mouise pour survivre. Mais au-delà de cela, l’emploi, c’est être toujours exploité, aliéné, assujetti à la machine capitaliste.
    Monter une SCOP, n’est-ce pas s’ auto-exploiter, s’auto-licencier si cela ne fonctionne pas ? Car, on peut avoir la maîtrise des moyens de production, mais face à la concurrence, si vous ne suivez pas la cadence et les coûts, vous coulez.
    Je voudrais aussi rappeler que l’industrie financière n’est pas a cause de la crise. Ces’t justement parce que le capitalisme arrive à bout de souffle que vous avez l’industrie financière et la spéculation ; ce sont des conséquences de la déliquescence du système de la marchandise.

    De plus, le Grésivaudan a été détruit par l’industrie, aujourd’hui pas les nouvelles technologies qui saccagent les nappes phréatiques pour fabriquer des gadgets électroniques.

    L’industrie de l’ aluminium est une des plus dangereuse et polluante.

    Si nous restons dans le schéma capitaliste, nous pourrons faire tout ce que nous voulons, nous serons anéantis par ce système qui est en train de s’auto-détruire en expulsant le travail humain vivant et en détruisant nos conditions de survie sur cette planète.

  • Le 19 septembre à 10:17, par Michel Esteban En réponse à : Ecopla : « Macron nous a tuer ! »

    A la lecture de vos articles deux possibilités :

    • On s’en moque, on oublie (presque) tout ce qui concerne ces voyous qui nous dirigent, on reste chez soi et comme les mimiles, on bouffe et on baise !
    • Ou bien on se radicalise d’un coté ou de l’autre. faut pas s’étonner ensuite du résultat aux élections.
      Pour suivre la voie du milieu, celle de la raison et de la justice sociale, il faut être solide et s’attendre à prendre des claques
      Bon courage !
  • Le 17 septembre à 21:07, par Rodrigues En réponse à : Ecopla : « Macron nous a tuer ! »

    Monsieur Rufffin

    Je vous suis« plutôt votre journal » depuis un peu plus de 2 ans. Je les achète chez mon marchand de journaux pour lui donner une chance de survie. J’habite à Angers depuis une 20 ans et je j’ai jamais lue un seule article sur les disparitions industrielles de cette ville depuis. Thomson récemment, BULL, Valeo qui as été contraint d’embaucher en CDI plus d’une centaine d’intérimaires qu’ils exploitent toujours.

    Je suis abonné au MD et j’y suis prêt à suivre le mouvement Nuit Début que vous et l’économiste LORDON on mis en place. Je l’avais écrit sans aucune réponse.

    Brésilien d’origine, née 2 ans avant le coup d’état de 1964, français depuis presque trente ans en France, mon pays d’origine vient de subir un nouveau coup. C’est le même qu’on subit depuis des années en Europe, institutionnel.

    Bien cordialement et à disposition

    Eziquiel

  • Le 14 septembre à 10:51, par bonaca En réponse à : Ecopla : « Macron nous a tuer ! »

    Le traite europeen interdit toute entrave à la libre circulation des capitaux. On n’y peut rien : c’est inscrit, c’est devenu légal.
    L’Etat essaie de râcler les fonds de tiroir pour sauvegarder l’emploi industriel (Alsthom, ...), mais avouons qu’il est impuissant.
    La France doit sortir de l’UE afin qu’elle retrouve sa souveraineté.
    Sinon, le cas ECOPLA se reproduira encore et encore, jusqu’à l’anéantissement complet de l’industrie française.
    Hors de l’UE, la France ne sera jamais isolée, bien au contraire, elle retrouvera son rayonnement.
    Les Européistes jouent sur les peurs.
    Et je reviens sur le référendum de 2005, auquel nous avions répondu NON à une belle majorité.
    Les Français ont été lucides. Ils sentaient le danger d’un libéralisme frénétique, de la perte de notre autonomie.
    Nous sommes attachés à nos services publics, à notre savoir-faire, à notre bien commun.
    Tout çà est pulvérisé par ce traité ultra-libéral.
    Les chinois achètent les plus grands bourgognes. Achetez 2 ha de thé en Chine, vous irez vous faire cueillir gentiment...
    Et en 2008 : on nous fait avaler le traité... : honte à nos élus qui n’ont pas respecté la volonté du Peuple.
    La priorité, à mon avis : nouveau référendum sur l’appartenance à l’UE.
    Je demande que mon message ne soit pas diffusé.
    Il est à l’attention de Mr Ruffin dont j’apprécie l’action et le courage.
    Cordialement,
    Daniel Bonaca

  • Le 11 septembre à 15:19, par virieux anne En réponse à : Ecopla : « Macron nous a tuer ! »

    Bonjour,
    J’ai entendu via l’émission de « L’Huma si j’y suis » en direct la situation et donc je vous adresse tout mon souhait que votre combat aboutisse et bon courage.
    Anne virieux (du gard)

0 | 5