Ecopla : et maintenant, les politiques…

par Sylvain Laporte 21/10/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Une bataille judiciaire est perdue. Place à la politique…

« Irrecevable » : ainsi en a tranché la Cour d’appel de Grenoble. Mais, dès cet adjectif prononcé, la présidente en a pointé le fautif : « le ministère public ». Rendant son délibéré, la juge a souligné la « dignité des salariés », a « regretté de ne pas pouvoir se prononcer sur le fond », pointant à un « ministère public qui, lui, pouvait faire appel ».

On le savait.
Mais voici qu’une magistrate elle-même ose le dire.
C’est à graver dans les annales que, dans un tribunal, le procureur soit aussi ouvertement critiqué. Le bras armé de l’Etat. C’est le ministère de la Justice, donc, qui est maintenant mis en cause dans le dossier Ecopla.
Voilà qui s’ajoute aux aveux d’Emmanuel Macron, reconnaissant ses « erreurs » et celle du ministère de l’Economie.

La Justice.
L’Economie.
C’est le gouvernement, bel et bien, qui est responsable, par ses négligences répétées, du sort subi par les salariés d’Ecopla. Alors qu’on apprend aujourd’hui que la Banque publique d’investissement claque plus de 6 millions l’année pour ses voitures de fonction, qu’on facture du taxi sans compter, que ses cadres s’augmentent pendant que l’industrie patine et se fait pillée.
Ces millions-là devraient aller aux Ecopla.
Car c’est au gouvernement, désormais, de réparer ses erreurs : de donner aux Ecopla les moyens de récupérer, et de faire repartir, leur outil de travail.

Et lui présenteront, aussi, leur projet de « loi Ecopla » : qu’en cas de liquidation d’une entreprise, les salariés priment sur les créanciers.

Cette décision judiciaire n’arrange pas les affaires des Ecopla, certes.
Mais elle renforce leur légitimité.
C’est fort de cette légitimité qu’ils rencontreront aujourd’hui le ministre de l’Economie, Michel Sapin, à Strasbourg.

Un grand coup de chapeau à Christophe, Karine, Patrick, Josiane, Gaëtan, Pascale, Eric, et compagnie, qui malgré l’adversité ne baissent pas les bras. Gloire à eux !
Et à la fin, encore, toujours : c’est nous qu’on peut gagner !

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 24 octobre à 23:04, par juliana En réponse à : Ecopla : et maintenant, les politiques…

    Les politiques nous pissent dessus et certains média et maintenant la justice nous disent qu’il pleut

  • Le 22 octobre à 19:14, par Hannibal En réponse à : Ecopla : et maintenant, les politiques…

    pendant que l’industrie patine et se fait pillER ElémentaiR

  • Le 21 octobre à 18:05, par Cathus Danièle En réponse à : Ecopla : et maintenant, les politiques…

    Encore un peu d’espoir du côté de Sapin ...
    Cette fois la juge a eu le courage de dire ce qui était juste !
    Mais si l’on parle de courage , quel est celui de l’ équipe Écopla ! Bravo à eux , ils méritent notre soutien admiratif !