Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1)

Par François Ruffin, 25/10/2012 , N°49 (février-mars 2011)
Augmenter police Diminuer police

Le journal Fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Après les Zones industrielles picardes, Megève.
Après les prolos, la France de tout en haut – et son tournoi de polo.
On y allait comme le chrétien part en Terre Sainte : dans l’attente d’une révélation. Ici, l’exploitation allait se montrer à nue. Ici, nous allions découvrir leur secret, on titrerait genre « Le Mystère des Riches enfin résolu ! »
Mais c’est justement l’inverse : Megève fonctionne comme un masque. Cette ville offre un négatif de la vie qu’ils imposent aux autres, ailleurs…

« Ici, Norbert Dentressangle est en train de se faire construire un énorme chalet. Ça doit valoir dans les 5 millions d’€, même plus… Sur votre droite, on passe devant chez Filipacchi, l’ancien patron d’Hachette… De l’autre côté, vous avez Givenchy… Et dans les parfums toujours, Lindsey Owen Jones, l’ex-PDG de l’Oréal… Tiens, c’est la famille Pollet. Mais si, vous connaissez : La Redoute… De ce côté-ci, les Rotschild installent tout un complexe de grand luxe… »

Sur les hauteurs de Megève, dans sa Panda 4x4, Anne-Catherine (on a changé le prénom, elle tient à sa réputation) nous offre un tour de CAC 40, les résidences d’hiver des grandes fortunes. Elle les connaît bien. Parce qu’elle en est, à moitié : unique héritière d’une boisson gazeuse, cédée à un groupe japonais. Parce qu’elle leur en a vendu, surtout, des villas perdues dans la montagne.

« J’ai tenu une galerie de tableaux. Ils achetaient des tableaux, des tableaux de merde, des tableaux italiens, qui étaient moches… C’est là que j’ai découvert que, vraiment, y avait beaucoup d’argent. Ensuite, j’ai ouvert une agence immobilière, plutôt spécialisée dans le standing. Je m’étais trompé : de l’argent, y en avait pas beaucoup, mais beaucoup beaucoup beaucoup. Je me souviens d’un jour, à midi moins le quart, je vois arriver une voiture de location, avec un mec en imperméable tout crade, une grosse bonne femme :
“- Est-que nous pourrions voir trois quatre logements ?
- Revenez cette après-midi, je leur dis, je vous montrerai tout ça.”
Le soir, une amie, dans la concurrence, m’appelle : “T’as eu des clients vers midi, aujourd’hui. Tu les as mal reçus ?
- Oh c’était rien, des fauchés…
- Ouais, eh bien, tes fauchés, c’étaient les Mulliez. Ils m’ont acheté un immeuble avec dix appartements.”
En dix minutes, ils avaient lâché plus de 20 millions de F de l’époque… »

Ça ferait plaisir aux caissières de Auchan, sans doute, de découvrir ce bout de paradis. Même si, au fond, y a pas grand-chose à voir. Juste des portails électriques qui coulissent, des grands murs, des bâtisses de bois.
«  Les grosses familles, elles ont des gros chalets, avec piscine, tout le luxe, donc elles font la fête à l’intérieur. Alors qu’avant, c’étaient des plus petits chalets et ils sortaient, on les croisait au village. Maintenant, ils mènent leur vie entre eux, ils reçoivent à domicile. »

C’est tout le problème, pour un reportage chez les riches : pas facile de les approcher. Y a des digicodes à l’entrée, et quand on sonne, c’est une bonne à la peau brune et à l’accent du sud qui ouvre : « Monsieur n’est pas disponible ». Y a des carrés VIP où on doit montrer “pass” blanc avant de pénétrer. Y a des « chargés de com’ », qui vous tiennent à distance avec courtoisie. Y a, en plus, que votre porte-monnaie ne suit pas : pas question de les accompagner dans leur restau favori (vous mangez sur le parking une tranche de jambon Petit Casino), encore moins dans leur hôtel préféré (vous logez dans un Formule 1 en bas, du côté de Cluses).

333 € la minute…

« Bienvenue à la douzième édition du Polo Masters de Megève, hurle le commentateur dans sa sono. Les conditions climatiques ne sont pas bonnes, les températures sont très élevées… Voilà pourquoi notre tournoi s’est réfugié sur la patinoire… »
On n’a pas choisi notre week-end au pif, en cette mi-janvier : c’est le Polo des Neiges, avec ses hautes figures.
« Monsieur Laurent Dassault, aux couleurs du Mont d’Arbois, de la famille Rotschild, fait un tour d’honneur en ce moment, poursuit le commentateur. Face à lui, l’équipe JetFly. » En tant que reporter sportif, fan d’équitation, on compte bien causer de leur passion…
Une passion qui « coûte cher », admet Sébastien.

Au bar, après un coup de crosse (on dit « maillet ») pendant un match, ce promoteur immobilier, du côté d’Aix, se colle un bout de pansement sur le bout du nez : «  Le budget moyen, c’est entre 15 et 25 000 € par tournoi. » Comparé à Laurent Dassault (le fiston des avions), ou à Philippe Charriol (le PDG des montres de luxe), lui fait presque figure de prolo du polo. Qu’on aborde la question financière ne le choque donc pas : « Celui de Megève, ça monte minimum à 30 000 €. Sur trois jours. Pour les autres, ici, vous doublez, vous triplez…
-Combien ça fait de la minute de jeu, alors ?
-Ça fait beaucoup. » Amusé, il sort son portable et tapote : « Trois parties de trente minutes, soit 333 € la minute de jeu. » Heureusement, il détient une recette pour diminuer les coûts : « On peut défiscaliser à hauteur de 60 % quand on est sponsorisés par sa société. » C’est donc l’État, ouf, nous tous, qui régalons aux deux tiers pour cet amusement. Pardon : cet investissement…
Mais 30 000 € – Sébastien a aperçu nos yeux ronds – jamais on ne parviendrait à les claquer en trois jours ! Faut en bouffer à la truelle, des kilos de caviar ! Plonger dans des baignoires de Dom Pérignon ! « Mais 30 000 €, ça correspond à quoi ?
-Les femmes se rasent assez vite des passions des hommes. Donc aller à Deauville, à Megève, La Baule, à Saint-Tropez, ça fait passer la pilule. Avec une offre de services à côté. »
Un joli euphémisme, « offre de services », pour causer des hôtels quatre étoiles et autres boutiques Hermès. Reste que, 30 000 €, ça en fait des sacs à remplir de fourrures…
« Surtout, poursuit Sébastien, faut payer les chevaux, les joueurs, les petiseros… »
Faut saisir ça, cette différence : sur un terrain de foot, ou de rugby, ou de hand, tous les coéquipiers sont égaux, les barrières sociales tombent le temps d’une rencontre, seules comptent les qualités physiques. Pas au polo. Qui est un sport extrêmement hiérarchisé : la haute ne l’affectionne pas par hasard. Ici, au sommet, se trouve « le patron » - son vrai nom, je n’invente rien, la sociologie se livre à nu. Amateur, c’est le moins doué, mais il fait office de capitaine. C’est qu’il paie ses coéquipiers, des professionnels, souvent argentins - la patrie du polo - pour galoper à ses côtés. Le dernier échelon, c’est le « petisero » : le palefrenier, le valet d’écurie (mais ça fait plus classe en espagnol), qui ramasse le crottin des canassons et leur apporte les croquettes.
« Ce qui est bien, conclut Sébastien, c’est que dans ce milieu, on est en contact avec toutes les classes sociales. » Et ce qui est encore mieux, c’est que chacune reste à sa place…

« Le Polo Masters s’est réfugié sur la patinoire… mais même ici, même avec du produit, il a fallu beaucoup d’efforts pour faire geler la neige… » Tandis que les chevaux tournoient dans la gadoue, le commentateur poursuit sa complainte du climat : «  J’espère que la nuit sera fraîche… Pourvu que la température descende de quelques degrés avant la finale demain… J’ai l’impression que malheureusement la surface est en train de s’abîmer un petit peu… » Autour du terrain, on assiste à une exposition de 4 x 4 – dont un Honda sera offert au gagnant. Et la sono fait entendre ce cri d’effroi de l’organisateur : «  Quand va-t-on retrouver un climat de saison ? », avant de recommander, dans la phrase d’après, la compagnie « JetFly » - qui sponsorise une équipe.

Le match s’achève.
Laurent Dassault « fils du sénateur, frère du député et petit-fils du grand avionneur qu’était Marcel Dassault » sort du terrain. De la buée remplit ses lunettes. De la sueur coule long de sa tempe.
« Je porte le maillot du Mont d’Arbois, de la famille Rotschild. Ce sont des amis à moi, de longue date, et je suis très fier de porter leurs couleurs. D’autant plus que nous avons un vin en commun en Argentine, qui s’appelle Fetcha de los Andes, et c’est un lien de plus qui nous unit à la famille Rotschild. » Une imbrication des dynasties capitalistes jusque dans les loisirs. « Je joue à Bagatelle en juin, à la Baule avec mon ami Jean-François Decaux [héritier des sanisettes et des panneaux Decaux], il m’arrive de jouer à Deauville. J’ai joué dans le désert, sur le sable, dans l’Emirat d’Abou Dhabi. J’ai joué en Argentine, au Chili, au Brésil. J’ai joué en Arabie Saoudite. Chaque fois que je peux jouer, j’emmène mes bottes. C’est un sport à la portée de chacun, tout le monde peut prendre un maillet et taper une balle. »
Et se payer trois quatre chevaux.
Ça sent le crottin sous la tente.
« Je m’occupe de la diversification du groupe, l’immobilier, le vin, les participations à l’étranger. Et je m’amuse beaucoup. Si vous ne vous amusez pas dans votre métier, ça ne sert à rien… » Il me traitait gentiment, sans arrogance, me guidait vers le salon VIP : comment le dépeindre en exploiteur ?
C’est la vérité, pourtant.
La froide observation des faits.
Il suffit de lire la presse du mardi 20 mai 2008 : «  La crise semble épargner l’aviation d’affaires. Après un excellent cru 2007 et malgré un pétrole cher, elle continue de bien se porter. » C’est Le Figaro, le quotidien du groupe Dassault, qui nous en informe dans ses pages saumon : « Ces quatre mois, DassaultAviation a connu une activité commerciale assez bonne… 2007 avait été une année record avec 212 commandes de jets… “40 % des commandes sont passées par des entreprises et des particuliers qui ne possédaient pas d’avion” explique Alain Aubry, directeur des ventes de Dassault Aviation ».
Mais Le Figaro omet un détail l’actualité aéronautique. Il faut lire Les Échos, alors, toujours ce mardi 20 mai : cette « production qui va augmenter de 50 % d’ici trois ans » chez Dassault s’accompagne d’une « seule ombre au tableau », « une amplification des délocalisations ». Que confirme le PDG, Charles Edelstenne : « Les délocalisations constituent une arme décisive et nous allons être contraints d’y avoir de plus en plus recours… La démarche naturelle va être la délocalisation dans des zones dollar ou à bas coût, comme cela à été fait par l’industrie automobile… »
Ils construisent ce monde où la délocalisation, la quête planétaire des plus bas salaires, est présentée comme « naturelle » – même lorsque « Dassault Aviation enregistre une forte progression de son bénéfice net de 46 % au premier semestre ». Derrière ce « naturel », masqué, sans cesse, il faut révéler tout le « social » au contraire, tous les rapports (lointains) de domination – qui font de Laurent Dassault, gentil ou pas, arrogant ou pas, un exploiteur, avec son père, ses frères, ses pairs. Avec les camions Dentressangle, avec les hypermarchés Auchan, qui tous s’enrichissent sur le travail en miettes, sur les dimanches ouvrés, sur les temps partiels contraints, sur les salaires rognés, sur les pauses décomptées, sur la Pologne, la Chine, l’Inde moins chères, sur les exonérations fiscales, et les spéculateurs autour qui s’enrichissent sur l’enrichissement, sur l’art en hausse, l’immobilier en hausse, le luxe en hausse, tous les marchés de l’inutile qui prospèrent sur l’inégalité.
Mais il faut se forcer pour rétablir ce lien.
On va se forcer…

Leur décor…


Des chevaux, de l’écologique, du luxe rustique… Voilà l’univers enchanté que décrivent les amateurs de Megève. L’image qu’ils souhaitent avoir d’eux-mêmes.

« C’est une grande marque internationale… Il y a quatre-vingts boutiques Charriol à travers le monde, plus de 3000 magasins… J’ai d’ailleurs créé une montre Megève il y a une petite dizaine d’années. »
J’ai l’air d’un con. « Charriol », je ne connaissais pas : je ne prête pas assez attention aux pages de pub du Nouvel Observateur (la plus modeste des breloques chiffre 499 € sur prixrikiki.com). Et c’est son PDG lui-même qui, en dégustant un thé, d’une voix lasse, me décrit son empire - m’accordant dix minutes comme un mauvais moment à passer.

« Depuis douze ans, je suis un sponsor fidèle du Polo des neiges. C’est qu’à Megève, il existe une culture du cheval… Avec ma famille, d’ailleurs, pendant quinze ans, nous avons pratiqué l’art de se servir de calèches : l’été, les calèches étaient tirées par des trotteurs, et l’hiver par des traîneaux russes à quatre chevaux.
-Tout ça au milieu des 4 x 4 !, je le félicite.
-Le cheval peut passer là où le 4 x 4 ne passe pas. Le cochet attendait. Je montais au ski en calèche. Le mariage de ma fille s’est déroulé avec toutes les calèches, la grande calèche avec six alezans blancs… Nous étions écologiques avant l’heure. Notre chalet, de cinq étages, est tout en chêne. Nous avons un vrai goût de l’étable, on en trouve tout autour. »
A l’entrée de la ville, les panneaux « Megève  » sont en bois. Le palace où Nicolas et Carla ont résidé, pour leur Saint-Valentin 2009, se nomme modestement « Les Fermes de Marie », avec des murs décorés (nous l’avons visité) d’antiques semoirs, de tamis paysans - mais avec des suites royales aux jets d’eau multidirectionnels et tout le bataclan. « Authentique », « naturel », ces adjectifs reviennent dans toutes les bouches et dans toutes les boutiques. Une étrange alliance, un oxymore, « luxe rustique » définit parfaitement, sans doute, cette place forte de la bourgeoisie. Car ils veulent tout, et ils ont tout.
Le luxe, bien sûr, les salles de bains avec hammam, les masseurs à portée de main, le champagne à volonté, les petits fours sur commande, les Blackberry dans chaque poche, toute la panoplie des hautes technologies. Et à côté de ce luxe, les signes du rustique. Les signes de la simplicité. Les signes de la pauvreté. Les signes, même, du populaire. Qu’on ne les enferme pas dans une identité sociale, de « gros riche ». Que ces businessmen, âpres au gain, champions des tableaux Excel, s’offrent une autre image d’eux-mêmes, le temps des vacances : « proches des traditions », soucieux de «  l’artisanat local  », comme l’énonce Philippe Charriol, vivant « au rythme de la terre, avec lenteur, et donc la traction hippomobile s’y prête parfaitement ».

« Le rythme de travail, c’est le contraire. Avion, hélicoptère… C’est pour cette raison, au passage, que j’ai choisi Megève comme villégiature. J’habitais souvent à New-York, à Hong-Kong, à Shanghaï, avec un système de multi-résidences, un pied sur chaque continent, qui me permet de suivre mes affaires et le soleil. J’ai étudié les approches aériennes en provenance d’Asie, d’Amérique, et j’ai conclu que Megève était un bon point de chute. C’est très pratique : j’atterris à Genève, et en trente minutes je suis dans mon chalet. »
Voilà la marque des nouvelles élites : leur mobilité. A l’inverse des vieilles fortunes, ancrées sur un territoire, eux n’appartiennent à aucune patrie, ne sont attachés à aucun lieu - sinon, à la rigueur, leur lieu de vacances. C’est un mode de vie ordinaire chez les dirigeants - que le designer Philippe Starck pousse jusqu’à l’absurde : « Je cumule souvent deux cheminées dans chaque chambre de mes vingt et une maisons. Pour aller d’un endroit à un autre, on a un avion dans lequel on habite. Nos vingt-sept motos sont réparties dans le monde, le même modèle, la même couleur, avec la même clé. On peut aussi en embarquer deux dans l’avion. »
Comment s’étonner, dès lors, que le moindre volcan qui fume au-dessus de l’Europe, ou des pistes d’aéroport bloquées par la neige, ou un Eurostar en retard sous le Channel, fassent aussitôt la Une des radios et télés ? Que les médias, les ministres, jusqu’à la Commission européenne, en soient scandalisés, commandent des rapports, réclament des sanctions – bien plus que, par exemple, les 190 000 foyers qui, en 2010, se sont fait couper le gaz et se chauffent à la bougie ? C’est qu’ici, on attente à une valeur clé de l’oligarchie : le déplacement. Le bougisme – qu’ils nous instillent. Rester mobile, sans obstacle, sans frontière : voilà qui devrait être ajouté à la Déclaration des Droits de l’Homme Blanc…

« Et depuis quand vous êtes installés à Megève ?
-Depuis l’époque où François Mitterrand est arrivé au pouvoir : y avait un grand down-turn dans l’immobilier en France, en particulier dans les endroits comme ici. On a acheté ce chalet magnifique, avec beaucoup de salles de bain, une piscine. Mais la station, elle, déclinait un peu. Ensuite, dans les années 90, nous avons participé au renouveau de Megève avec le polo, les calèches, les sculptures… Yes ? » Il décroche son téléphone : « Oui, j’arrive… Je suis en train de finir mon interview… » Il raccroche, remet son manteau : « Je vais y aller parce que mon équipe va bientôt jouer… » Dans sa poche, il cherche un portefeuille.
« Laissez, je vais régler.
- Très bien. » Il me salue. « Au revoir. »
Ce serait tellement plus simple s’ils se montraient méchants, hargneux, arrogants. Ils répondraient à nos stéréotypes, et on les détesterait d’emblée.
Mais là, non. Juste une pointe de sécheresse.
Je retourne l’addition : pffff.
Vu les tarifs, je vide entièrement ma théière. Je lape ma tasse jusqu’aux dernières gouttes, en relisant mes notes : « les calèches », « l’avion  », « l’authentique », je suis déçu. Pas de grande révélation, non. Mais qu’attendrait-on ? Même en entrant dans le carré VIP, même en assistant à leurs dîners privés, même dans leurs chambres à coucher, pas sûr que j’obtienne de grandes confessions. Lève-t-on un coin du voile, au moins, avec ces discussions ? A peine. Au contraire, même.
Oui, au contraire !
Une intuition perce en moi, en cet instant : je venais ici pour découvrir comme un secret, pour résoudre «  Le Mystère des Nantis », pour affronter de près le visage hideux de l’Exploitation. Mais c’est l’inverse, justement, qui se passe : à approcher les riches, surtout durant leurs loisirs, on ne comprend rien de leur enrichissement. Megève fonctionne comme un masque, comme un voile pudique posé sur leur extorsion. Et c’est tout l’intérêt, alors : cette ville offre un négatif de la vie qu’ils imposent aux autres, ailleurs.

...et son envers

Derrière le décor, maintenant, se cachent pollution et exploitation.
Les deux mamelles de leurs fortunes.
_
C’est-à-dire ?
Leurs chalets sont nichés dans un repli de la montagne, avec vue sur ce paysage escarpé, un silence troublé par le « floc… floc… floc… » de la neige qui fond aux fenêtres : un grand bol d’air frais, du « 100 % naturel  » comme ils disent. Mais quel monde construisent-ils, sinon, pour se rendre au plus vite de Paris à Tokyo, de Madrid à Nairobi ? Il faut des aéroports, des lignes à grande vitesse pour cette clientèle pressée et prisée : « Jets privés : ne vous en privez plus ! » titre Le Figaro. « Les very light jets se vendent par centaines », « les villes françaises déroulent de plus en plus le tapis rouge aux avions privés », « l’hélicoptère est devenu le complément de l’avion d’affaires et même du TGV grâce au projet d’implantation d’une hélisurface près de chaque gare », etc. Et surtout, des autoroutes.
Des autoroutes partout, les « 12 000 kilomètres de voies rapides » réclamés par le patronat européen (voir Fakir n°40), et vite accordés par la Commission, plus des trous dans les Pyrénées, dans les Alpes, sous la Manche. Et pourquoi déverser tout ce béton ? Pas pour le rapprochement entre les peuples, non. Pour que les industriels, les grands distributeurs, fassent produire leurs marchandises plus loin, moins cher, dans les « PMO » comme ils disent, les « Pays à bas coût de Main d’Œuvre », et ramènent ces chargements dare-dare vers les marchés de consommation. Leurs profits naissent de là, de ce défilé de camions.
Dans nos campagnes, après ça, autour de nos cités, allez admirer le paysage, écouter le chant du vent, respirer un grand bol d’air pur : des tranchées bétonnées déchirent tout le pays. Tout le pays ? Non : un petit bourg des Alpes résiste... Et qui y voit de l’ironie ? Les Mulliez résident ici, les Dentressangle également – eux dont les poids lourds sillonnent l’Europe. Sans aucun risque qu’une autoroute ne passe sous leurs fenêtres…

Voilà pour l’écologie.
Mais le social, également, doit se lire à rebours. Que de courtoisie, ici ! C’est un univers sans saillance, tout douillet, comme si nous étions entourés de coton, avec des voix douces, une ambiance douce, une musique douce, des visage doux, rien qui accroche, tout glisse, tout lisse. Tandis qu’au dehors, ils bâtissent un monde de violence.
La semaine dernière, dans un foyer d’urgence à Bourg-en-Bresse, je rencontrais un routier international : « Il me reste plus que ça, me montrait-il dans sa chambrette : une commode et de l’informatique… Je faisais l’Espagne, l’Allemagne, les pays de l’est. Je dormais très peu, du lundi au dimanche. Dès que c’était férié dans un pays, je passais dans un autre. J’ai jonglé comme ça durant des années. Le patron me réclamait ça, sinon “les étrangers étaient plus rentables” il me prévenait… Et puis, avec la fatigue, j’ai déprimé… des hallucinations sont venues… Je conduisais dix minutes et je stoppais net : j’avais l’impression qu’un monstre était monté dans ma cabine… J’ai fait arrêt maladie sur arrêt maladie, et maintenant j’ai tout perdu. » Ces dernières années, Norbert-Dentressangle fait pression, avec succès, auprès des gouvernements, auprès de l’Europe, pour accroître le tonnage des camions, les horaires de travail, leur flexibilité. Et il écrème ses routiers nationaux, leur préfère des slaves moins coûteux, ou des auto-entrepreneurs qui s’auto-exploitent. Et qui, pour certains, s’auto-suicident : deux la même semaine…

« On peut l’enlever, ce bazar à la con. On peut même le jeter au feu…  »
Nous voici dans le Nord, désormais, près de Roubaix, au centre de l’empire Mulliez. Un conflit s’achève chez les Pimkie : les filles de l’atelier démontent la tente, le brasero s’éteint, et de dépit, Mado y jette le badge qu’elle portait sur sa poitrine. « Y avait Gérard sur un tas d’or… et c’était inscrit : “Les Mulliez doivent casquer”. Mais ils ne vont pas casquer, ils ont encore gagné. On n’a pas un jour de grève de payé. Sur les 190 licenciements, y aura pas un reclassement. » C’est la peur qui se lit, ici, la peur du lendemain, pour soi, pour ses enfants.
D’après un expert, le taux de profit, chez Pimkie, voisinait les 20 %. Chaque employée versait, chaque année, l’équivalent de 7 600 € en dividendes aux actionnaires Mulliez, plus de sept mois de salaire net. Encore insuffisant : déplacée en Pologne, la logistique reviendra moins cher. Et à aucune de ces petites mains, ce fort chrétien patron n’a offert de place comme vendeuse, dans les Boulanger, Gémo, Décathlon, Auchan, du centre commercial de Tourcoing, juste à côté. Où une caissière témoigne à son tour : «  Pendant sept ans, ils nous ont payés en dessous du SMIC. On avait beau accepter les temps partiels, les coupures le midi, ça ne suffisait pas : il fallait encore que, sournoisement, ils rognent sur notre paie. La CFDT a fini par s’en apercevoir, mais on a perdu toutes ces années.  »
Megève, maintenant. Autour de moi, dans cette salle, par la vitrine, nul reflet de cette peur, de ces combines, de ces conflits. Ils sont brutaux, quotidiennement. Impitoyables, indirectement. Mais ce lieu est fait, justement, pour dénier cette violence. Pour cacher leur tyrannie. Pour purifier leurs fortunes. Pour leur laisser l’âme tranquille, avec au cœur la certitude d’un monde apaisé.

Ça fait penser aux portraits que publient d’eux la presse – ou aux livres à leur propre gloire. Les nababs ne se montrent plus, sérieux, derrière leur bureau, ou devant un paperboard, préparant une OPA, fermant un site, encaissant leurs stock-options. Non, Jean-Marie Messier s’affiche un sandwich à la main et un trou à la chaussette – et dans les premières lignes de son autobiographie, Mon vrai journal, il caresse un loup au fin fond du Canada… Quel romantique ! Et le banquier allemand Rainer Engelke, le voilà qui s’exhibe, pour Le Monde 2, dans sa position habituelle : allongé dans la paille… Et de quoi parle Bernard Arnault, dès les premières lignes de sa « Passion créative » ? De musique ! « Quand je joue du piano, ma femme trouve toujours mes tempi trop rapides. » Et la quatrième de couverture dévoilait toutes les qualités de ce « personnage captivant » : « pianiste, il a joué avec Seiji Ozawa à Tokyo ; mécène, il aide des causes humanitaires ; amateur d’art, il vient de racheter l’enseigne de vente aux enchères Phillips. » Quant à Daniel Bernard, l’ex-PDG de Carrefour, « débarqué » avec 38 millions d’€ d’indemnités, désormais conseiller chez Mc Kinsey, vice-président de Kingfisher le n°3 mondial du bricolage, siégeant au conseil d’administration de Cap Gémini, dirigeant sa société d’investissement Provestis, consultant pour le gouvernement chinois, etc., c’est en vérité un homme d’esprit qui nourrit bien des « rêves » : «  Comme celui d’écrire un ouvrage sur Wagner et Eschyle afin de comparer les dramaturgies nordiques et grecques. Ou encore, dénicher une forêt sans château. Mais le comble du luxe serait d’arriver à créer un jardin qui donnerait des fleurs toute l’année... » Ainsi relèguent-ils à l’arrière-plan leur richesse, presque secondaire, anecdotique - que l’on oublie la cruauté de cette appropriation, que l’on oublie Marie, par exemple, caissière à Carrefour, en temps partiel contraint, 30 heures pour « 837 euros et 63 centimes », à qui on offre une boîte de chocolat à 2,50 € en guise de treizième mois, au moment où l’ancien PDG (wagnérien fleuriste) ramassait le pactole. Le temps d’une photo, le carnassier se déguise ainsi en bohème.
Megève remplit la même fonction : cette station, c’est l’image qu’ils veulent se donner d’eux-mêmes. Et ils y croient. En toute bonne foi : à Paris, on aperçoit la tour Eiffel de partout – sauf, justement, perché sur la tour Eiffel. De même, ici, on n’aperçoit rien de l’Exploitation : on est assis le cul dessus.

Très prochainement, la suite du dossier « Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut »

LAISSER UN COMMENTAIRE
modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 26 octobre 2012 à 08:16, par jacques G. En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Voilà la messe est dite,meme que vous m’avez tiré une larme a l’oeil...Et si on en croit leurs magazines,cela ressemblerait au bonheur..un bonheur construit sur du malheur et de la souffrance.Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2012 à 21:46, par Natalie Béraud En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Très bon article. Et drôlement bien écrit. ce serait bien, un jour, de publier un bouquin avec ces chroniques. En lançant une souscription ? Pourquoi pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2012 à 22:32, par The Ruffin’s crew En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Dans le livre de Naomi Klein, la stratégie du choc - la montée du capitalisme du désastre, il est question de zones dites « vertes » (tout y est sécurisé, verrouillé, la vie y coule paisiblement) et de zones dites « rouges » (indigence, guerre, la vie n’y tient qu’à un fil).
    Megève est la « zone verte » par excellence, l’entre-soi y est cultivé à outrance, claquer 30000 euros en 1h30 est naturel, s’approprier les monts participe au sentiment de toute-puissance.
    Ce n’est pas étonnant de les voir si sereins en ces « hauts-lieux », le blanc (de la neige) représente un certaine pureté et pour eux c’est signe de rédemption (la plupart d’entre eux, pour ne pas dire tous, sont des croyants, je suppose).
    Je comprends votre réticence à vouloir jouer la lutte des classes en ce lieu si harmonieux mais la prochaine fois que vous y viendrez joignez-vous au couple Pinçon-Charlot qui saura comment les secouer, même dans leur « stratosphérique » refuge.

    Une pensée à Mado et tous les « Pimkie » (p... j’aime pas citer de marques, mais bon !) ça met gravement les boules de voir, une fois de plus, le patronat gagner.
    Merci de vous être battu(e)s jusqu’au bout (j’ai connu votre combat par l’émission « là-bas si j’y suis »).

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2012 à 17:55, par Clo En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Très juste. Je ne peux pas m’empêcher de penser à un certain aéroport qu« ils » veulent se construire à grand renfort d’illusions et de mensonges honteux, peut-être prochain maillon de leurs voyages creux. Merci pour l’article et pour votre travail.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2012 à 20:48, par jac En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Et à Megève, où est-il le petit personnel ? Celles et ceux qui font le ménage ? Qui font la vaisselle ? Qui ramassent les poubelles ? Où sont leurs enfants ? Vous ne les avez pas vus ?
    A Megève, il ya des écoles, un collège, des commerçants. Où le personnel a-t-il les moyens de résider ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2012 à 00:18, par Trou Sanfond En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Comme dit le bon peuple :
    si il n’y a plus de riches comment on va etre payé ?

    Les prolasses votent et choisissent leurs bourreaux, les bourreaux auraient torts de ne pas les utiliser !

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2012 à 13:44, par catherine En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Et voilà, comme d’habitude, un article qui prend le temps pour affiner , expliquer, imager, imaginer, et oui pleurer un peu.........il s’agit d’un ailleurs inconnu , égoïste, égocentrique, aveugle et sourd.

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2012 à 19:18, par Jean-Michel En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Merci de ce reportage édifiant, même si on ne peut être qu’écoeuré à sa lecture. Ca change du discours convenu que les riches, on peut leur en prendre, ça ne changerait rien à la situation de la France. Bien sûr que si !
    Il faut prendre l’argent là où il est et Megève le prouve ! C’est pas toujours aux plus pauvres de payer.
    Quant aux grandes entreprises qui font toujours plus les poches de l’Etat, c’est à dire nos poches, qui délocalisent et licencient, il faut que l’Etat confisque leurs biens et que ça revienne au Peuple Français.
    Quant aux banques, basta des établissements privés, ainsi que l’Energie. Nationalisons cela et vous verrez que ça changera vraiment. La finance à la porte !
    Que M. Arnault se casse en Belgique ou à Monaco pour ne pas payer d’impôts en France, on s’en tape : sa fortune c’est rien face au budget de la France. Qu’on arrête de nous enfumer !

    On ne lâche rien !

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2012 à 23:32, par Tsé En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    ça donnerait presque envie de chantonner « Dallas, ton univers impitoyaaaableueueue ! » Elle est pas belle la vie, pour les pourris ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2012 à 15:43, par Artus Regina En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Mouais, c’est assez bien écrit mais on n’apprend quand même pas grand chose. Les riches sont riches, ils ont un train de vie de riches et des loisirs de riches ? Sacré scoop ! Le seul aspect un peu gerbant finalement c’est le népotisme ambiant, mais là encore rien de nouveau, faut pas s’attendre à ce qu’une famille richissime ne verse pas un rond à sa descendance et la laisse se démerder en allant s’inscrire dans les agences intérim.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre 2012 à 15:53, par praha En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Bon Megève, c’est pas mal, mais comparé à Saint-Moritz ou Gstaad, ça fait un peu villégiature de parvenus...

    Lamentable bien entendu, la situation de pauvreté organisée contre les employés, tout autant que le cynisme cool de leurs parasites de patrons. Article très éclairant, surtout pour les autres...

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2012 à 14:50, par Anne En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Très bon article sur le polo et ses joueurs qui semblent être des gens charmants... mais pas contre, pourquoi cette digression à propos des pauvres  ? Franchement, ils ne font que se plaindre, ils n’ont pas de goût ni de style, ils ne comprennent rien au polo, ils se moquent de l’art et du piano, ils préfèrent passer leur week end à faire des heures sup’ chez Carrefour plutôt que de s’investir dans de grands projets humanitaires et de changer la face du monde... c’est d’un pathétique... j’espère que les suites de l’article se remettront dans le droit chemin pour nous décrire ces personnages glorieux et passionnants qui comptent vraiment, pas pour nous rabâcher les râles des ploucs et des miséreux.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2013 à 17:04, par Patrick En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1/3)

    Pffff ! Ils sont trop forts ces riches ! A une époque, on aurait sorti la guillotine... Maintenant, la plupart des moutons de français poussent de petits grognements pour montrer qu’ ils sont pas contents mais vont sagement mettre leur bulletin de vote au nom de Sarko ou Hollande. Bééée !
    Puisqu’on leur dit que c’ est la Crise ! Et que le mieux est de serrer les fesses en priant de ne pas faire partie de la prochaine charrette... Travailler plus pour gagner plus !
    Et on sait bien que si la France va mal, c’est la faute à ces foutus chômeurs qui vivent sur le dos des autres et qui ne veulent pas monter leur mini entreprise d’auto-entrepreneur pour s’auto-exploiter !
    Le lessivage de tête de la télé et des grands médias fait bien son boulot...Béééée !

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 11:34, par lemoine rossi. Martine En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1)

    Pourquoi ai-je lu cet article ? Bien écrit complet au demeurant...Pourquoi je me sens toute vide maintenant ? J’aimais « Là bas si j’y suis »,j’aime Fakir,je lis le diplo,je suis parfois abonnée à mediapart et à chaque fois le même sentiment d’incapacité à savoir si cela valait le coup justement de « savoir » encore et toujours savoir. J’ai 56 balais,36 de militantisme et/ou de bénévolat pour divers causes toutes plus incontournables les unes que les autres,35 ans éducatrice en région parisienne à la PJJ...ET ? Et « ça ». Je n’en peux plus de rabâcher,écouter,tracter,manifester,signer,payer,soutenir,chercher comment faire pour sortir de ce toboggan de plus en plus rapide...pauvreté,mondialisation,complexe medico-pharmaceutique,politique industrielle,Tafta,VIème république,économistes atterrés,ZAD,désobéissance civile et non violente...Et quoi ? « CA »...et l’envie de vomir et de pleurnicher par ce que je n’y crois plus ni au grand soir ni même au petit matin. Nous sommes pris dedans,nous n’avons pas su nous battre suffisamment avant,on a laissé couler partout la sève du capitalisme barbare et maintenant c’est trop tard. Comme une grosse envie de cultiver mon jardin et de lire de la poésie ,avant j’aimais les livres d’anticipation par ce que cela me semblait être de la science fiction sauf que je suis dans la novlangue partout et que 1984 maintenant me fait peur comme votre article. Car enfin quoi ? On sait,merci. Et quoi ? Hop je repars comme vous sur Facebook,je vais faire mon chèque aux impôts,payer pour canal sat et ma « box »,je vais être mélancolique toute la journée mais demain vous me ferez lire un autre de vos articles et rien ne changera,ni vous ni les autres ni moi et c’est cela qui me déprime. Faites moi une proposition de lutte efficace,fondez une armée de gens décidés et honnêtes...je suis prête,j’en suis à un tel degré de dégoût que je prendrais même les armes pour que le plus grand nombre s’en sorte contre cette oligarchie assassine que j’apprends chaque jour à haïr. Et pourtant j’étais pacifiste et non violente,et je ne m’aime pas comme ça.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 13:50, par Nounourse En réponse à : Voyage au sommet de l’oligarchie : La France de tout en haut (1)

    Megève ... et voici qu’à la lecture de votre excellent article me revient en mémoire un très lointain souvenir !
    J’avais été recrutée, toute jeune alors, comme éducatrice remplaçante dans un centre de type institut médico éducatif, qui accueillait des jeunes entre 14 et 21 ans, légèrement handicapés. Lors d’un de mes premiers jours de congés je suis descendue en ville, pour prendre un café en terrasse, un peu hallucinée par ce que je voyais autour de moi. Mais qu’importe, cela votre article le raconte mieux que je ne saurais le faire. Non ce qui me revient c’est un détail : j’ai découvert en payant mon café qu’il aurait fallu aux jeunes du centre où je travaillais, plus de 15 jours d’argent de poche pour pouvoir s’en payer un !

    Répondre à ce message

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Sur la même thématique

Dans le même numéro

Partagez cet article

Tous les articles


Gestion de votre commande