Vivisection : vers l’objection de conscience

par Anonyme 01/11/1999

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Je veux pas y assister, moi, aux TP !

La semaine dernière, par exemple, ils ont mis un rat sur une plaque chauffante. Première observation : la bête cherche à s’échapper. C’est donc qu’elle souffre. Étonnant, non ? Ensuite, on lui injecte des antalgiques. Elle réagit moins vite. Passionnant. Enfin, encore une bonne dose de produit et elle s’installe tranquillement le cul sur le gaz, grillant avec sérénité et empestant le méchoui. Alors là, chacun prend des notes et rédige son petit compte-rendu. En gros : « lorsqu’on brûle ce mammifère, il souffre. Si on le gave d’aspirines, ses nerfs répondent plus lentement. »
Le genre de truc que personne aurait deviné tout seul...

Le lapin aussi, c’est amusant. On l’endort. On le crucifie, un marteau quatre clous. On lui ouvre le ventre au scalpel, pour lui trifouiller les intestins. Et là, au beau milieu de notre savant charcutage, voilà que Bugs Bunny se réveille. Il se met à brailler quand il voit le carnage. Forcément, pour lui, c’est pas une bonne nouvelle. Le Progrès et la Science, à l’instant présent, il a l’air de n’y accorder qu’une importance très moyenne, lui.

J’aimerais vivre dans une fac’ où nous ne ferions pas ça.

C’est possible : seul 1% des futurs pharmaciens deviendront chercheurs. En plus, à notre niveau, nous ne recherchons rien : répétition d’expériences menées mille fois par an. Souffrance inutile. Gâchis d’êtres vivants.

En quoi consiste notre mission, à nous, pharmaciens et médecins ? A soulager le mal d’autrui. Quelle inquiétude, donc, lorsqu’on voit des étudiants infliger ces souffrances sans le moindre doute ni le moindre remords, en s’amusant parfois. Et pour les autres, faut la boucler, accepter, ou alors ton diplôme tu peux courir après.

Tout est bien qui finit bien ? Peut-être, car quelques TP sont désormais simulés sur ordinateur. Espérons que le mouvement s’accélère...

Témoignage anonyme.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 4 janvier 2013 à 10:36, par elin eulin En réponse à : Vivisection : vers l’objection de conscience

    Bonjour - vous avez le courage de réagir. Malheureusement tout le monde ne l’a pas ! et tout est fait pour que les étudiants ne disent rien : soit qu’ils sont montrés du doigt, soit qu’une mauvaise ambiance règne, car réagir contre la vivisection c’est reconnaître à ceux qui la pratiquent leur immoralité !
    A lire et voir le site d’un grand Monsieur dans ce domaine qu’est Mr. Hans Ruesh, (que vous connaissez peut-être) grand militant anti-vivisection et ces ouvrages (choc et insoutenables pour certains) sont élogieux à ce titre.
    Bon courage et vous faites parti de ceux qui s’indignent et pour ça je vous félicite. La médecine de demain est entre les mains des jeunes et plus il y aura de jeunes militants, meilleure sera la médecine. Etre soignée par des médecins ayant pratiqué avec la méthode vivisectionniste, me fait froid dans le dos. Pour moi, soigner c’est aider et servir...et ces mots riment mal avec vivisection !

  • Le 3 janvier 2013 à 17:02, par elin eulin En réponse à : Vivisection : vers l’objection de conscience

    A quoi servent encore et encore toutes ces expériences ? cela fait des lustres qu’on les pratique !! ne les a-t-on pas encore répertorier pour ne pas les répéter !!! c’est inadmissible d’utiliser ainsi la vie à des fins de recherche ! tout le monde devrait être indigné de telles pratiques : ah elle est belle la recherche quand elle perd son temps à sacrifier à la pelle des animaux !
    Ne peut-elle se contenter de l’observation et d’une déduction intelligente : si on met un rat sur une plaque chauffante est-ce qu’il souffre ? quelle connerie !!! j’ai peur de me faire soigner avec des médecins qui ont pratiqué de telles barbaries !!!
    il faut vraiment s’indigner et réagir ! aujourd’hui plus qu’hier, on sait de plus en plus de choses et internet est un outil merveilleux pour ça ! et grâce à internet, il est possible de mieux se mobiliser partout dans le monde ! et tout se sait maintenant ! ...l’objection de conscience pour le droit de ne pas martyriser des animaux dans les travaux pratiques doit être réclamée par les étudiants même au sacrifice de leurs études...Réclamer une médecine digne ! c’est à ce prix ! plus il y aura ce type de réactions, plus les choses bougeront.
    Quand à ceux qui se résignent et rigolent, c’est malheureusement pour cacher leurs angoisses et leurs trouilles : ils ne peuvent se résoudre et font ce qu’on leur dit..triste vie pour ces étudiants. Il faut vraiment les aider car si ces jeunes ne réagissent pas vite, ils auront tôt ou tard, cette objection dans leur conscience, mais ils l’auront !
    Il n’est pas humain d’imposer ce genre de travaux pratiques ! quelle honte ! c’est comme dire « boit de l’alcool, tu seras un homme » - « mange de la viande, ça rend fort » ! que des foutaises qui endoctrinent et servent de puissants lobbies !

  • Le 1er mars 2012 à 16:34, par CECILE En réponse à : Vivisection : vers l’objection de conscience

    A TOUS LES ÉTUDIANTS ET ÉTUDIANTES :
    refusez, refusez, refusez la vivisection et la dissection

  • Le 24 mai 2011 à 22:13, par azer En réponse à : Vivisection : vers l’objection de conscience

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion0650.asp

    Une proposition à soutenir en écrivant à son député pour savoir s’il l’a soutient

  • Le 24 mai 2011 à 12:45, par Sévina En réponse à : Vivisection : vers l’objection de conscience

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour votre témoignage. Heureusement qu’il y a des étudiants comme vous qui dénoncent la barbarie !
    Pourriez-vous vous rapprocher d’une association locale de protection des animaux ? Avec la diffusion de votre témoignage, ce sera le meilleur moyen pour vous de lutter contre ces pratiques ignobles.
    Bon courage pour la suite, et je vous souhaite de tout coeur de pouvoir obtenir votre diplôme sans avoir à charcuter des êtres sensibles.
    Sévina

0 | 5