Un mensonge gros comme ça

par L’équipe de Fakir 01/11/1999

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

« Sandrine, l’éléphante, tend sa trompe aux visiteurs comme en signe de bienvenue. » (JDA, juin 1999).
Le JDA est à la liberté de la presse ce qu’est le zoo est à la liberté de mouvement.

Voilà comment le JDA trace, en une photo et une phrase, le portrait d’un animal accueillant. D’ailleurs, le 1er juillet 1999, Cédric Soulet confirme : « Sandrine, l’éléphante, symbolise son continent asiatique, rêvant secrètement d’aller paresser au pied de la rivière des canards... » Emouvante pastorale.

Au zoo, pourtant, les témoignages sont loin de dépeindre une telle harmonie. Edouard Girod, chargé de la communication : « Faut bien avouer que Sandrine, elle est agressive. Même très agressive. Elle a comme des crises de nerfs. » Carine, animatrice zoologue : « Elle a des réactions très très violentes. Et maintenant qu’elle est vieille, comme solutions, c’est plus possible. C’est vrai que l’enclos des éléphants, là, il est trop petit. » Monsieur Tavernier, responsable animalier : « Elle s’est cassée les défenses toute seule, tellement elle est méchante. Et puis elle a bousculé plusieurs soigneurs... sans compter que moi, un coup, elle a failli me tuer ! Maintenant, c’est fini. On évite tout contact direct. On a des portes montées sur verins hylaudriques. Et on lui apporte des soins à distance. »

Nous avons donc interrogé Cédric Soulet, pour connaître la cause de son erreur.

Fakir : Vous le saviez que, bon, Sandrine, elle est assez agressive ?

Le JDA : Ah bah ça oui, bien sûr... de toute façon, rien qu’en la voyant, on le sait tout de suite.

Fakir : Et, bon, euh, ça vous gêne pas sur le plan, je dirais, déontologique ?

Le JDA : Nan ben oui non c’est-à-dire que euh une fois je l’ai vue très gentille avec des enfants.

Plus qu’un journaliste, il s’agit ici d’épingler une pratique : enjoliver la réalité, au mépris de la vérité et des lecteurs.

Bac Philo

Édouard Girod, Monsieur Communication du zoo, et Carine, ravissante animatrice, ont bien voulu commenter quelques formules tirées du Journal des Amiénois. Extraits :

« Le parc zoologique de La Hotoie est devenu un authentique espace de liberté. »

Edouard  : Nan, ça... Un zoo reste un zoo...

Carine : Y’a sept hectares, soixante-dix espèces, bon bah forcément les animaux sont dans des enclos plutôt étroits.

Edouard  : L’animal n’est pas heureux d’être là, mais il est moins malheureux qu’avant.

Carine : Par définition, la liberté totale, en captivité, c’est impossible.

« Les animaux évoluent comme dans leur milieu naturel »

Edouard : C’est pas possible, ils sont en captivité...

Carine : ...et à des milliers de kilomètres de leur milieu naturel, justement.

Edouard : Nous, on essaie de faire le maximum, de s’adapter à leurs besoins.

« Un authentique territoire [...] d’aventures »

Edouard : Pour qui, l’aventure ? Nan, je vois pas.

Carine  : Moi je dirais pas ça.

Qu’on comprenne bien : Edouard Girod n’est ni anar ni gauchiste. Il est chargé de la communication du zoo, c’est-à-dire de sa publicité. Or, par trois fois, en cinq minutes, il s’est vu contraint de désavouer le JDA, dont la flagrante mauvaise foi et l’étonnante capacité à nier l’évidence ont semblé gêner notre interlocuteur.

Voilà qui est clair : notre gazette municipale se veut plus publicitaire que les publicitaires.

Liberté, dans le JDA j’écris ton nom

En deux articles, Cédric Soulet a répété

7 fois le mot « nature »

3 fois « authentique »

3 fois « liberté »

3 fois « harmonie »

3 fois « véritable »

2 fois « aventure ».

Par manque de vocabulaire ? Douteux... Comme un publicitaire, ce journaliste martelle pour mieux convaincre. Il ressasse ses slogans pour nier l’évidence : un zoo demeure toujours un lieu artificiel (et non « naturel », « authentique » ou « véritable ») de captivité (et non de « liberté », d’« aventure » ou d’« harmonie »).

Mais que ce reporter juge « libres » ces bestioles, c’est logique. Lui-même est un journaliste « libre », n’est-ce pas ? Car, le JDA est à la liberté de la presse ce qu’est le zoo est à la liberté de mouvement.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.