Le poison de l’union

par François Ruffin 09/01/2015

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Un mot, d’abord, d’évidente compassion pour les douze victimes de cette tuerie, pour leurs proches, pour leurs familles. Mon souvenir va plus particulièrement à Charb, que je connaissais un petit peu, que j’avais rencontré à l’occasion, qui avait eu la générosité de venir à Amiens, un week-end de grisaille, pour nous offrir ses dessins, en ces années où nous n’étions qu’un petit journal local, en butte aux procès.
La peine, donc, inutile de s’étaler.

Maintenant, je voudrais vous faire part d’un malaise, qui me gagne depuis mercredi, avec ces foules qui se rassemblent dans la tristesse, avec ces « Je suis Charlie » brandis sur fond noir, avec ces minutes de silence décrétées d’en haut, avec ces drapeaux en berne, avec ces manifestations d’union nationale, avec des messes spéciales, avec ces grandes déclarations générales sur « la démocratie », « la République », avec tous les pompeux cornichons qui y vont de leur commentaire.
C’est ça, cette tristesse conformiste, au garde à vous, l’hommage rendu à des satiristes ? à des polémistes ? à des emmerdeurs ? à des ricaneurs ?
Mais comment a réagi Charlie, par exemple, aux attentats du 11 septembre ?
En mettant leur drapeau rouge et noir et vert dans leur poche ?
En oubliant l’ironie et la satire ?

Depuis près de cinquante ans, depuis mon chéri Cavanna et le professeur Choron, de la Shoah aux tsunamis, en passant par les famines, les guerres, les épidémies, que les morts se comptent par centaines, par milliers, ou par millions, eux passaient au crible de leurs rires, de leurs mauvais esprits, la bêtise et la méchanceté du monde. Et voilà qu’autour de leurs dépouilles, en leur nom !, cesse nationalement le rire et le mauvais esprit. Voilà que ne résonnent plus, en boucle, autour de cette manifeste tragédie, que les mots « tragédie », « choc », « horreur », etc.

J’intervenais hier jeudi, à Grenoble, à la CGT de l’Isère, et le secrétaire a ouvert la séance par une minute de silence, puis a repris par un : « Bon, je sais bien que ce n’est pas une journée à rire… »
Mais si, justement, je dirais.
Et en leur nom.
Qu’avec eux ne meure pas leur mauvais esprit.

Mercredi, je me trouvais à Vénissieux à un débat dans un cinéma, et dans l’après-midi, une vingtaine de personnes ont appelé la salle, pour savoir si la soirée était annulée. De même, là, je reçois un SMS de Vincent qui se demande : « Est-ce que ça vaut le coup de maintenir lundi notre nuit ‘De l’air à France Inter’ ? »
Ah bon ?
Parce que les supermarchés vont fermer, peut-être ?
Les usines et les bureaux seront vidés ?
Les églises, mosquées, synagogues n’accueilleront plus les fidèles ?
Les médias cesseront d’émettre ?
Toute la méchanceté et la bêtise, que moquaient Hara-Kiri puis Charlie, vont cesser, durant toute une semaine, ou juste une journée, ou même seulement une heure ?

C’est bizarre, toujours, comme hommage : en l’honneur de ces empêcheurs de penser en rond, voilà que devraient s’arrêter les lieux de pensée, et surtout de contre-pensée.
En l’honneur de ces diviseurs – car ces dessinateurs et journalistes étaient des diviseurs, qui suscitaient des désaccords, des controverses, c’est-à-dire de la vie –, il faudrait en appeler à l’union, au consensus doux.
En l’honneur de « la liberté d’expression », partout proclamée, il faudrait que n’existe qu’une expression unanime de douleur, et que se taisent les dissidences. Pénible paradoxe.

De SMS en chaîne d’infos, de facebook, en twitter, la nouvelle s’est répandue comme, sans doute, il y a un siècle, les technologies en moins, avait retenti le terrible : « Ils ont tué Jaurès. »
Jaurès qui avait polémiqué, Jaurès qui avait divisé, Jaurès qui jusqu’au bout avait lutté pour la paix. Et c’est autour de sa tombe, pourtant, que cessaient les polémiques et les divisions, que se proclamait l’Union sacrée pour la guerre. C’est autour de son cercueil que la pensée critique devenait interdite, censurée, gelée pour quatre ans.
Sous les éloges et l’encens, ils le tuaient une seconde fois.

C’est dans ces moments de sidération, de grand glissement, au contraire, me semble-t-il, qu’on a le plus besoin de repères. De discussions. D’échanges. D’analyses. Pour comprendre, et ne pas se laisser emporter.

Quant à notre soirée de lundi soir, 19 h, à la Bourse du Travail à Paris, après consultation des copains, elle est maintenue. Le contenu en sera évidemment bouleversé.
Avant cela, à 16 h 30, se tiendra dans le bistro juste en face, le Côte d’Azur, une discussion ouverte.

François Ruffin,
(à titre infiniment personnel).

Vos commentaires

  • Le 9 janvier 2015 à 19:29, par Reveric En réponse à : Le poison de l’union

    Oui Malaise face a cet « union nationale ».
    J’ai subi 10 annés la période « Vall » de CH jusqu’à ce qu’il vire Siné.
    Il en m’ont plus trop fait rire depuis .
    Siné que j’ai évidemment suivi donc dans son aventure.
    Et que j’ai depuis plus ou moins abandonné pour Fakir.

    Quand on utilise des grenades offensives et des armée de « robocops » contre ( pour blesser ou tuer ) des « Remy Fraisse » désarmés et inoffensif quoi faire et mettre en face quand on a affaire à des assassins déterminés armés d’arme de guerre en plein Paris ?

    Donc Nous n’avons pas su les protéger.

    Et les cadors médiatiques qui parlent tous la main sur le coeur de la « liberté de la presse » sur fond de cet terrible évènements me font grincer des dents pour rester poli.

    Pour aller défiler dimanche je me suis donc raccroché à ce texte
    http://www.legrandsoir.info/charlie-hebdo-je-ne-veux-pas-partager-mon-deuil-et-ma-douleur-avec-eux.html

    Sinon à cette heure ils sont tous morts.
    Ils ne parleront plus et ne répondront pas de leurs actes devant la justice.
    J’espérais qu’ils pourraient être jugés et qu’ils ne subiraient pas le sort qui a été réservé à Merah qui s’il était resté vivant aurait été jugé lui aussi et aurait pu parler de son parcours.
    J’ai besoin de comprendre et pas seulement au travers de la grille de lecture imposé par l’oligarchie capitaliste au pouvoir.
    E.R.

  • Le 9 janvier 2015 à 19:21, par jean bricard En réponse à : Le poison de l’union

    pour vous rejoindre dans ce malaise : tout ce soudain engouement autour de charlie hebdo, toute cette générosité, cette passion... charlie va se retrouver complètement muselé tellement redevable envers tout ce monde. charlie ne pourra certainement plus être ce qu’il était. et le consensus, c’était pas son truc...

    comble de l’ironie : c’était un journal au bord de la faillite qui va se retrouver soudain millionaire avec des tas d’abonnés etc ... maintenant qu’ils sont morts...

    j’éprouve aussi un certain malaise et on a vite oublié que charlie suscité autant de rire que d’énervement

    maintenant, tout le monde va lire charlie, maintenant qu’il n’est plus lui-même.

  • Le 9 janvier 2015 à 19:11, par Fil Ze Loom En réponse à : Le poison de l’union

    Merci pour ce commentaire. Je suis moi aussi gêné par cet unanimisme soudain, et autre chose me chagrine. On sait que Charlie menaçait de couler financièrement, comme souffrent les journaux que je lis : Fakir, Siné mensuel, CQFD... Est-ce que l’État va revoir son système d’aides à la presse pour que les titres libres, impertinents et indépendants (comme Charlie mais pas uniquement Charlie) s’en sortent ? Non, bien sûr.

  • Le 9 janvier 2015 à 18:45, par Marion En réponse à : Le poison de l’union

    Merci d’avoir pris le temps d’écrire cela, de le penser.
    J’ai le coeur lourd et je sais depuis ce matin pourquoi : on nous annihile notre pensée critique au profit de la douleur, la douleur, la douleur, l’horreur, l’horreur, l’horreur, les méchants, le mal, l’union républicaine. Depuis quand ne doit-on pas rester vivant ? Merci pour l’air ! A lundi !

  • Le 9 janvier 2015 à 18:34, par Sylvère En réponse à : Le poison de l’union

    Ces Histoires d’Union Nationale avec les Pleureuses de dernière minute ,et les Faux-cul quand à la tristesse sur ordonnance ce sera sans moi !
    Je ne suis pas Charlie , je suis simplement Tristre !
    Ça pue quand même pas mal cette affaire sans parler de théorie Complot ou Plutôt en si ; en parlant !
    Il faudrait sans doute commencer par dire des complots eux-mêmes qu’ils requièrent d’éviter deux écueils symétriques, aussi faux l’un que l’autre : 1) en voir partout ; 2) n’en voir nulle part .

    La petite question toute bête à se poser est soit « A qui profite le Crime » ou « qui Profite de se désordre pour le moins fort bien orchestré »

0 | 5