Le droit de grève : « un ébranlement général »

par Artura Bandini 23/09/2013

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Fakir poursuit son « dictionnaire des conquêtes sociales ». Depuis la Révolution jusqu’au Second Empire, les grèves sont interdites, et n’en tournent que plus vite à l’émeute. Napoléon III, puis la IIIe république, vont lentement les légaliser. Une manière, aussi, de les canaliser.

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.