La prime à la casse écologique

par François Ruffin, Nicolas Séné 24/01/2010 paru dans le Fakir n°(43 ) décembre - janvier 2010

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

La prime à la casse : c’était la mesure écolo de l’hiver dernier. Sauf que, d’après nos calculs, elle casse surtout l’environnement… On aimerait bien savoir, d’ailleurs, si d’après les vôtres aussi.

« Votre voiture n’est plus toute jeune ? L’Etat vous offre une prime à la casse de 1000 € si elle a plus de dix ans. Renault étend cette prime aux véhicules de plus de huit ans. » C’était la mesure « écolo » de l’hiver dernier : il fallait se débarrasser de nos bagnoles, en racheter des neuves, forcément plus « respectueuses de l’environnement ».

Sauf que.
Sauf qu’une question nous trottait dans la tête : dans ce raisonnement, personne n’inclut le coût écologique pour la fabrication d’une voiture. On a cherché sur Internet : rien.
Alors allons-y.
On appelle le service de presse de Renault.
Un Monsieur sort les fiches techniques des véhicules, et nous renseigne gentiment.
La « Twingo authentique 1.2 », vantée dans la pub du début, rejetterait 120 g de CO2 par kilomètre (139 g, d’après les essais réalisés par les journaux autos, mais peu importe). La Twingo d’il y a dix ans rejetait, annonce le Monsieur, 138 g de CO2 par kilomètre. On « économiserait » donc 0,018 kilogramme par kilomètre. Mais, toujours d’après la firme, la production d’une voiture rejetterait 6,5 tonnes de CO2 (évaluation réalisée pour la Scénic, non disponible pour les autres modèles). Et une tonne, encore, pour la destruction.

La voiture « propre » plus sale…

Une fois ces éléments rassemblés, on peut sortir nos calculettes.

(6500 + 1000) / 0,018 = 416 666.

Donc : pour qu’il soit rentable, écologiquement, d’acheter une nouvelle voiture plutôt que de rouler avec l’ancienne, il faut rouler plus de 416 666 kilomètres ! Ce qui correspond au kilométrage parcouru en 33 années par un automobiliste.
Bien sûr, on chipotera. Que c’est approximatif. Que les données ne sont pas exactes, etc.
C’est vrai.
Mais l’ordre de grandeur est là.
La Twingo neuve, supposée plus « propre », est en vérité plus sale. Beaucoup plus sale.

Le méchant plus gentil…

Ça nous a surpris, ce résultat.
D’autant que ce calcul n’est effectué nulle part. Ni par des journalistes sérieux, ni par des députés sérieux, ni par des industriels sérieux, ni par des techniciens sérieux. Pourtant tous soucieux d’écologie, il paraît.
On avait pu se tromper d’une virgule.
Alors, on l’a repris part un autre bout.
Supposons deux Français moyens, dont la voiture parcourt, chaque année, 12 650 kilomètres.
Le premier, c’est le méchant : pas écolo, il n’écoute pas Borloo et ne croit pas les pubs Renault – mais roule dans un petit modèle quand même. Il use son tacot jusqu’à la corde, seize ans avec sa vieille Twingo.

Soit : 6500 (pour la fabrication) + 16 * 12650 * 0.138 (pour son utilisation) + 1000 (pour sa destruction). Egal, au final : 35,4 tonnes de CO2 rejetés.

Le second, c’est le gentil, qui suit les consignes de Borloo et Renault : au bout de huit ans, il change sa Twingo pour une nouvelle, avec un moteur moins polluant.

Soit : 6500 (pour la fabrication de sa première voiture) + 8 * 12650 * 0.138 (pour son utilisation les huit premières années) + 1000 (pour la destruction de sa première voiture) + 6500 (pour la fabrication de sa seconde voiture) + 8 * 12650 * 0.120 (pour son utilisation les huit années suivantes) + 1000 (pour sa destruction). Egal : 41,1 tonnes de CO2 rejetés.

Tout ça, on le rappelle, à partir des données du constructeur.
Les calculs de l’ISF (l’Institut Scientifique Fakirien) sont formels : changer sa voiture tous les huit ou dix ans est néfaste pour l’environnement. Ca produit 16 %, environ, de gaz à effets de serre en plus. Et pourtant, voilà la mesure qu’ils nous ont vendus comme « écolo » : acheter et jeter.
Plus vite.

La planète marche sur la tête.
Vers le gouffre.
Et au galop : « La France avance, Renault accélère » concluait le spot.

Et vous ?

Si le coeur vous en dit, si vous êtes motorisés et si vous possédez une calculette, on vous invite à nous imiter. Faites vos propres calculs. Et vérifiez que nous ne sommes pas trompés. Et puis - que vous trouviez une faille dans notre raisonnement ou que vous aboutissiez à la même conclusion que nous - on aimerait que nous envoyiez vos calculs à contact fakirpresse.info

(article publié dans Fakir N°43, novembre 2009)

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.