Jean Pierre Garnier à l’assaut des JO d’Annecy

par L’équipe de Fakir 14/06/2012

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Le mercredi 6 juin, c’était la Fête de leurs défaites. Une soirée pour fêter nos victoires contre la finance, dans l’histoire dans le monde entier et de trinquer ensemble. Comme tout le monde n’est pas parisien ou picard dans la nation fakirienne, on a jugé bon de mettre à disposition les vidéos de la soirée. Jean Pierre Garnier nous a conté la lutte des savoyards contre les JO d’Annecy.

En résumé :

Jean-Pierre Garnier a tenu à saluer les Savoyards qui ont remporté une magnifique bataille contre la municipalité d’Annecy « et tous ses alliés locaux », alors que ces derniers voulaient imposer à la population de la ville et de ses environs les Jeux olympiques d’hiver en 2018.

Dénonçant la « monstrueuse alliance » entre la mairie de droite d’Annecy et la « post-gauche » de Michel Destot à Grenoble, appuyés par des groupes tels que Vinci ou Bouygues, il a rappelé le coût environnemental de la mise en place d’installations qui ne seraient utilisées que quelques semaines : construction d’autoroutes, de tunnels, de tremplins de saut défigurant le paysage, suppression de dizaines d’hectares de terre agricole...

Les retombées économiques positives pour la collectivité étaient en revanche plus qu’incertaines : Jean-Pierre Garnier a ainsi cité l’exemple des Jeux olympiques de Grenoble en 1968 qui nécessitèrent 22 ans de remboursement, ou encore de ceux de Montréal, toujours pas totalement payés, ajoutant : « je ne vous parlerai même pas des Jeux olympiques d’été de la Grèce ».

Distribution de tracts aux automobilistes, défilés massifs de tracteurs : la population locale a fait bloc pour mettre un terme au projet, sabotant systématiquement les réunions de « pseudo-concertation », y compris celles tenues en présence des délégués du Comité olympique qui sont restés sans réponses face aux arguments des opposants.
Fait d’arme notable de la mobilisation, la pluie de boules de neige qui s’est abattue sur les élus locaux PS, UMP et Nouveau centre, ainsi que sur les « écolocrates » de la région venus faire la promotion de l’évènement sur l’un des sites pressenti pour la tenue des épreuve.

Le résultat ? Splendide : sur 95 voix, seules 6 sont allées à Annecy, entre autres parce que le territoire à été jugé «  insurrectionnel » par les jurés !
On a fini par trinquer à « tout ce qu’il y a de gauche, de mobilisé, et prêt à en découdre à nouveau en Savoie. »
Santé !

L’intégralité de la transcription disponible ici

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 16 juin 2012 à 18:04, par Jacqueline En réponse à : Jean Pierre Garnier à l’assaut des JO d’Annecy

    Merci de nous faire revivre ces grands moments... auxquels j’ai participé le plus possible.
    Grand moment sur le Pâquier, à Annecy, à l’annonce des résultats.