Fakir prépare l’après-Sarkozy

par L’équipe de Fakir 18/09/2010 paru dans le Fakir n°(47 ) septembre - novembre 2010

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

L’après Sarkozy est ouvert : les médias l’ont lâché, même la droite n’y croit plus, la bourgeoisie lui cherche un remplaçant moins clinquant. Dans son numéro de rentrée, Fakir dévoile, entre autres, les manœuvres du patronat et de ses médias pour imposer DSK.

À dix-huit mois de la présidentielle, Sarkozy est aux abois.
Même le patronat ne croit plus en son petit Nicolas.
L’establishment mise sur un nouveau cheval de Troie, bien introduit chez les socialistes. Dope Dominique Strauss-Kahn à coups de sondages. Le fait caracoler à la Une de ses médias. Pour que l’alternance droite-gauche ne produise pas l’ombre d’un début de bout d’alternative. Pour que, ironie de l’histoire, à l’heure où le libéralisme vacille, le PS s’offre son porte-drapeau le plus libéral...

Dans son numéro de rentrée 2010, Fakir consacre donc son dossier à « DSK, médias, patronat : la Fabrique d’un candidat ». Des sondages maison aux adjectifs louangeurs, de l’apologie du « Sauveur » à la dépolitisation de la politique, sont détaillés les ingrédients d’une recette concoctée par France 2, le JDD, Le Point, Le Figaro, etc. Que la presse de droite choisisse le porte-drapeau de la gauche à la place des militants.

Voilà. L’après Sarkozy est ouvert. Certes, nous ne devons pas vendre la peau de cette bête politique avant de l’avoir tuée. Mais au-delà de cette mission, débarrasser la France de cette anomalie, pour nous, le plus difficile – et le plus stimulant – reste à faire : œuvrer, dans nos syndicats, dans nos partis, dans nos entreprises, dans nos familles, pour qu’une éventuelle victoire politique de la gauche, ou d’une gauche, débouche sur de véritables conquêtes sociales.

A Fakir, avec la modestie de nos moyens, nous jouons notre rôle. Vous offrir, comme des outils, une contre-information drôle sur la forme mais sérieuse sur le fond, combative mais pas sectaire – qui dépasse l’anti-sarkozysme. Qui élargisse l’horizon de la bataille en cours.

Mais dans ce numéro, vous trouverez également :

  • Un scoop :d’où vient l’argent de Bettencourt ? Avec le témoignage de Franck, qui a contribué à leur fortune
  • Une contre-enquête sur un accident du travail : Un homme est mort (mais il était jeune, noir, pauvre, alors on s’en fout – et la Justice blanchit les notables).
  • Un papier-cul : Hamid a quitté l’Algérie à cause de sa pudibonderie. Depuis son arrivée à Orly, il a embrassé un paquet de lèvres, plein d’amour pour la France (et ses Françaises !)
  • Dans « la page de la France d’après », nous vantons le bilan écologique de notre Président bien aimé : « Faire de l’environnement le cœur de notre projet pour une France plus propre, une France plus blanche ». C’est une réussite.
  • Pour la première fois dans un journal, enfin, une rubrique « Protectionnisme » : sur « le nouveau laisser faire ». Comment les libéraux réconcilient Marx avec Ricardo ? Et comment la gauche consent à intégrer la lutte des classes à la loi du marché…
  • Plus plein de brèves, de photos, de dessins, et des nouvelles de notre procès (avec Mr Casino qui nous réclame 75 000€).
Sans vous, on ne peut rien. Avec vous, on peut beaucoup Et c’est pour ça qu’à la fin c’est nous qu’on va gagner

(article publié dans Fakir N°47, septembre 2010)

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.