Dix commandements pour boboïser une ville (3)

par L’équipe de Fakir 07/04/2007 paru dans le Fakir n°(31) Décembre - Janvier 2007

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Suite et fin des dix commandements de la mairie pour transformer Amiens en une super-méga-métropole géante, plus high-tech que Los Angeles, avec des plus grands shows qu’à Las Vegas. Leur mégalomanie ne s’arrange pas.

Commandement VIII :

Un Zénith tu implanteras

« On a la cathédrale, rêves-tu à voix haute, on a le Zénith. Si on avait l’an prochain l’ASC en Ligue 1 de football, alors on aurait vraiment tous les attributs d’une capitale régionale » (Le Point).
Des avares pinaillent : a-t-on besoin d’un « Zénith de 5 700 places » ? Est-il prioritaire de dépenser 25 millions d’euros dans pareille salle ? Le Cirque ou la Licorne ne suffisent-ils pas à accueillir Johnny Hallyday, Renaud et la Star Académy une fois l’an ?

Quelle mesquinerie d’évaluer cet équipement par sa seule utilité ! Vois plus grand : Caen, Clermont-Ferrand, Lille, Nancy, Nantes, etc., douze métropoles en France possèdent déjà leur Zénith et pas toi ? C’est donc un impératif. Afin, comme tu l’exprimes, de « renforcer l’attractivité » et d’accéder « demain au rang de capitale européenne ». Poursuis ta collection des « signes du prestige »...

Commandement IX :

Des crèches au sud tu ouvriras

Tu as péché, là, mon petit Gilles : où les femmes dynamiques, dans ta ville, font-elles garder leur bambin ? Deux mandats durant tu n’as rien prévu, puis tu as beaucoup promis, et voilà qu’enfin « pour les 5 000 bébés qui chaque année voient le jour à Amiens » trois crèches ouvriront l’an prochain. Toutes les trois, au sud et au centre-ville : « Le manque était important dans ces secteurs, justifie la sainte Brigitte Fouré. La construction de 1 900 logements sur la ZAC inter-campus obligera aussi à se poser la question d’une crèche » (Courrier Picard, 30/10/06). Un « manque » que tu combles, toutes mes félicitations, dans les quartiers plutôt favorisés, sur une ZAC toute fraîche et taillée sur mesure pour les « nouveaux cadres ». Leurs poupons en priorité tu berceras.

Commandement X :

Une presse dans le mouv’ tu publieras

Comme tu le regrettes souvent : Amiens n’a pas la presse qu’elle mérite.

Quel cadre s’abonnerait au Courrier picard, ce quotidien grisaille qui noircit le bout des doigts, avec des avis de décès pleins les pages, avec la bouchère poignardée par l’amant de son mari, avec le compte-rendu de l’assemblée générale des amis du rail ?

Il te faut donc un journal plus dans le mouv’, à la ligne éditoriale plus adaptée à ton projet politique et social. Ce fut Planète Amiens, avec ses unes positives, sur « le vélo à l’assaut de la ville » (22/09/05), sur « Le nouvel hôpital en vue ! » (3/10/05), sur « Amiens bientôt au Zénith » (de quoi « illuminer l’offre culturelle amiénoise », 18/10/05), sur « les 1 000 “néoprofs“ à Amiens » (28/09/05), sur « les nouveaux célibataires » (19/09/05). Son rédacteur en chef témoignait d’ailleurs : « Nous nous adressons plus particulièrement aux 20-40 ans actifs, urbains et adeptes de la télévision et du Web. Nous sommes peut-être un peu trop CSP+ pour une ville ouvrière. Mais nous avons confiance... et du temps. » (Stratégies, 20/10/05). Du temps, le pauvre en manqua : trois mois plus tard, le rédac’chef était débarqué et L’Union revenait à de la presse quotidienne régionale traditionnelle, cocktail pas du tout inédit : « Plus d’infos font la Somme : des faits divers, des sports tous niveaux. »

Vade retro ! Encore raté !

Malgré tant d’efforts, l’Amiens « CSP+ isé » tient encore de la fiction. À toi de lutter, pied à pied, contre la réalité, qui perdure mais que tu réformeras bientôt, d’une « ville ouvrière », indécrottablement plouc et popu.

Débrouille-toi. En attendant, je remonte à Paris me refringuer chez Hermès...

(article publié dans Fakir N°31, décembre 2007)

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 24 août 2011 à 03:28, par steph En réponse à : Dix commandements pour boboïser une ville (3/3)

    ce texte parle de Amiens...et correspond en tous points à ce qui se passe à Nantes avec hayrault et sa « mégalopole » !! il ne manque plus que l aéroport...sûr qu’ils ont pas ça dans les cartons à amiens ? bravo fakir pour la mise en lumiere de leure stratégie ! (et ça y est on a hermès à nantes, venez donc y faire vos emplettes ;))