Comment ils ont ruiné la France

par L’équipe de Fakir 05/12/2010 paru dans le Fakir n°(48 ) décembre - janvier 2011

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Le nouveau Fakir vient de sortir : les Robins des bois à l’envers

C’est le grand projet de Nicolas Sarkozy : la réforme fiscale. Il avait, déjà, éliminé la taxe professionnelle : plus de sept milliards d’euros de cadeaux aux entreprises – que les collectivités vont devoir chercher ailleurs (et devinez où ?) Il va bientôt supprimer l’ISF, l’Impôt sur la Fortune : encore 3 milliards de bonus, pour les riches cette fois.

Malheureusement, notre Président n’innove pas. Depuis Pierre Bérégovoy en 1985, et sous le joug de la « concurrence fiscale » européenne, les gouvernements se suivent et leur politique se ressemble : faire baisser l’impôt sur les sociétés, sur les revenus, sur les successions. C’est-à-dire les impôts « progressifs », les plus justes. Pour se rattraper sur les impôts « régressifs » : la TVA, la taxe d’habitation, etc. qui frappent plus les pauvres.

Dans notre dossier « Comment ils ont ruiné la France », Fakir retrace toute cette histoire. Qui a des conséquences concrètes : lorsque des maternités sont fermées, lorsque des postes d’enseignants ne sont plus remplacés, c’est à cause de ça : parce que « les caisses sont vides », nous dit-on. Et c’est vrai : ils les ont vidées !

Dans ce numéro vous trouverez également :

  • Une immersion : On ne fait pas un journal pour pérorer de loin sur la lutte des classes, et les injustices sociales, et les conquêtes du prolétariat etc., et se tenir à distance quand sonne le clairon. Alors, en ce beau mois d’octobre, Fakir a plongé dans la marmite des luttes.
  • Un reportage : vu qu’on aime vous parler des ouvriers, des vrais. Vous savez ceux qui portent le bleu de travail et qui ont du noir sous les ongles. Et bien on en a trouvé une autre sorte : ils ont des costards-cravate et la main sur la souris. Ce sont « Les prolos du PC », en col blanc avec des Bac +5, aussi maltraités qu’un manutentionnaire chez Renault ?
  • Dans la page de la France d’Après nous vous souhaitons une bonne santé au-travers d’une réforme de l’assurance maladie : « Pour une France plus moderne, une France plus juste ».
  • Une nouvelle rubrique fait son apparition : « La France qui gagne » ; en effet ça suffit la presse gauchiste qui déprime, avec ses sans-papiers maltraités, ses ouvriers délocalisés, ses SDF avinés. Fakir se range résolument du côté de la modernité, et lit pour vous, chaque matin, le journal de la France qui gagne : Les Echos, le quotidien de Bernard Arnault. De quoi redonner du baume au coeur !
  • Plus plein de brèves, de photos, de dessins, vos courriers, des tronches de vie et même un entretien exclusif avec le Père Noël qui a choisi son camp lui aussi....

Vous l’aurez compris on vous as bien gâtés pour Nöel, au point que ce numéro fait exceptionnellement 32 pages au lieu des 24 habituels et tout ça sans que le prix de vente en kiosque augmente, ça c’est un vrai cadeau !

L’âme qui virevolte

Sinon, on devrait avoir le moral dans les chaussettes, non ?
On a perdu dans la bataille des retraites. On a le procès Naouri au-dessus de notre tête comme une épée de Damoclès – repoussé à mai. Et puis il fait gris dans notre grise ville d’Amiens, où siège le CCF – Comité Central de la Fakirie.
Eh bien, pas du tout.
Au contraire, on aurait presque l’âme qui virevolte comme au printemps.

D’abord, dans le joli mois d’octobre, dans les blocages et tout le bazar, on s’est fait plein de copains, cheminots, prolos, délégués syndicaux – et qui viennent encore à nos pliages, nous invitent à leurs repas arrosés, etc. Et ça réchauffe, l’amitié.
Nous avons la conviction, ensuite, que s’ouvre une nouvelle période politique, plus enthousiasmante. On a senti, autour de nous, combien les esprits mûrissaient vite. Ils nous reste à arroser pour que les roses éclosent.

Surtout, on sent, vous, lecteurs, à nos côtés, même séparés par des centaines de bornes. C’est marrant mais, vraiment, on devine votre souffle chaud sur notre épaule : « Allez-y, les gars ! » vous nous murmurez.

Qu’offrir pour Noël ? Fakir vous ôte votre migraine !

Qu’est ce que je vais offrir à mon frangin, ma tata, mon copain, etc. pour Noël ? Cette question vous colle la migraine. Eh bien, on vous apporte le remède sur un plateau – plus efficace que dix boîtes d’aspirine : abonnez-les à Fakir. Tous les détails sur cette page . Une fois abonné, vous verrez, tous vos soucis disparaîtront.

Un peu frileux encore, cliquez ici pour trouver le point de vente du journal le plus proche de chez vous

Sans vous, on est rien. Avec vous, on pourra beaucoup. Et c’est comme ça qu’à la fin c’est nous qu’on va gagner !

(article publié dans Fakir N°48, décembre 2010)

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.